SOC
Jacinthe Dubé
Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous    
 
En Estrie Concours Chroniqueurs Annonces Classées
 
  CHRONIQUEURS / L'Agora

Se conformer aux idées ambiantes…

 Imprimer   Envoyer 
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau
Mercredi le 20 juillet 2022      

Il y a un petit quelque chose à notre époque qui nous en décourage. Sans chercher à jouer au jeu de l'étiquette, cela aussi est un des maux de notre époque, on peut s'inquiéter du recul de l'esprit critique et des questionnements dans nos débats publics. Dans ma dernière chronique, je vous faisais part de mes appréhensions quant à la babélisation de l'espace public. Ce phénomène est nourri par les nouveaux outils de communication et surtout de notre façon d'en d'user. J'avais négligé de m'intéresser au rôle particulier des médias dits traditionnels dans cette valse que nous dansons sur l'autel du piétinement de nos valeurs et de nos croyances qui ont fait du Québec ce qu'il est aujourd'hui.

L'occasion m'en est offerte par un article paru le mercredi 13 juillet dans Le Devoir sous la signature de la journaliste Annabelle Caillou. Cet article au titre évocateur : De l'intérêt public et de celui des victimes. Comment parler (ou pas) des personnalités dénoncées ?, nous permet de jeter un regard derrière le décor dans les salles de rédaction de nos médias sur l'esprit qui anime désormais les choix éditoriaux. Réflexion sur le droit de participer ou non à l'espace public.

La bien-pensance de notre époque...

Dans les témoignages de Philippe Lépine du journal Métro et de la rédactrice en chef du journal Le Devoir Marie-André Chouinard, on apprend que ces deux médias ont mené une réflexion et débattu de la pertinence ou non de couvrir les activités de personnalités dénoncées comme l'ont été Maripier Morin et Julien Lacroix. Les réflexions et les arguments avancés par ces témoignages donnent à réfléchir. Comme l'a aussi écrit un chroniqueur d'un quotidien local, être propulsé dans l'œil du public grâce aux médias n'est pas un droit, mais une sorte de privilège. Le même raisonnement s'applique à d'autres types de personnalités que celles issues du monde artistique notamment dans le domaine du sport. Nous n'avons qu'à penser à ce jeune hockeyeur Logan Mailloux repêché par les Canadiens de Montréal et toujours sans contrat malgré la nature de son geste (diffuser des photos d'une jeune femme nue sans son consentement) et son grand talent, paraît-il, de défenseur. Lui aussi, tout comme Julien Lacroix et Maripier Morin ne devrait pas avoir droit d'être dans l'œil du public. On pourrait selon la logique défendue par Philippe Lépine lui interdire le droit à une conférence de presse pour plutôt mettre en évidence des victimes d'actes similaires à celui qu'il a eu. Mais cela se justifie-t-il dans une société libre et démocratique où comme le dit Marie-André Chouinard en voulant avoir comme seul guide l'intérêt public : « Je serais mal à l'aise de décréter qu'il y a de la potentielle nouvelle freinée à l'entrée en raison de certains principes. [...] On croit à la réhabilitation, au Québec, et ça vaut aussi pour les agresseurs sexuels allégués, présumés innocents au regard de la justice, ajoute-t-elle. On ne peut pas à tout jamais mettre quelqu'un au rancart, surtout si cette personne a entamé une démarche de réparation. »

Ce débat est important et il doit être guidé par l'intérêt supérieur du public sinon on est envahi par la bien-pensance. Un corset idéologique qui n'a rien à envier à une époque où le Québec tout entier, avec d'heureuses exceptions nous apprennent les historiens, avait été enseveli sous la chape de plomb de l'Église catholique.

On peut être d'accord avec l'idée que d'accéder ou non à l'espace public est un privilège et non un droit, mais encore faut-il avoir une boussole collective orientée vers l'intérêt supérieur du public que nous sommes. La question est de savoir quels crimes, quels méfaits, quels comportements ou attitudes excluent quelqu'un de l'espace public ? L'autre question plus difficile encore est qui décide de la nature de ces crimes et de ces méfaits ? Cela ne peut être l'opinion publique ambiante qui est traversée par des émotions et des dysfonctionnements. Cela ne peut non plus être les médias ou une quelconque structure de pouvoir élitiste qui s'érigent en grands-prêtres de la bien-pensance. Au fond, ce qui doit fonder le droit ou non d'accéder à l'espace public c'est le droit et les tribunaux. Nos institutions communes qui ont le devoir d'édicter des lois et de les faire respecter. Pas le tribunal populaire des réseaux sociaux ni les chapelles intellectuelles universitaires ou médiatiques.

Quand Mathieu Bock-Côté devient persona non grata

Je n'ai jamais été un admirateur de Mathieu Bock-Côté, MBC comme le résume le titre d'un livre à paraître bientôt et qui en fera un phénomène. On peut discuter longuement des idées de cet imposant personnage médiatique au Québec et ne pas se reconnaître dans plusieurs de ses combats, mais peut-on vraiment s'offusquer qu'il revendique le droit pour tous de pouvoir citer un titre d'un ouvrage paru dans les années 1960 comme celui de Pierre Vallières sans se faire accuser de racisme ou d'être mis au ban de la société ? Peut-on reconnaître sans se faire lancer des pierres que généralement seules les femmes peuvent être enceintes ou avoir des menstruations sans être bannies de l'espace public comme l'a été la romancière, la mère de Harry Potter le magicien, J. K. Rowling au Royaume-Uni ? Est-il permis de douter de la sincérité des phrases creuses, apprises par cœur, sur la reconnaissance des peuples Premiers et sur la reconnaissance du fait que nous vivons sur des territoires non cédés ? Ne vaudrait-il pas mieux de leur rétrocéder le territoire et de ne plus en parler ? Peut-on sans crainte aucune contester certains aspects de lois-culte comme la Loi 21 sur la laïcité et la Loi 96 sur la langue française sans se faire accuser de tous les maux ?

Moi je crois que la Loi 21 qui légifère les bouts de chiffon ne fait que témoigner de notre profonde insécurité comme québécois de souche et que la Loi 96 n'est que du théâtre pour instrumentaliser les francophones du Québec. Et vlan, je viens de perdre mon droit à l'espace public auprès des partisans de la CAQ. Je crois aussi que le Parti libéral du Québec s'est livré mains et poings liés à son électorat anglophone de l'Ouest-de-l'Île et qu'il est incapable de parler intelligemment de l'avenir du Québec au sein du fédéralisme canadien. Et vlan, perte de mes privilèges d'accès auprès des libéraux. Que dire enfin du Parti québécois qui mène un combat courageux sur l'indépendance du Québec, mais qui ne parvient pas à connecter avec les moins de 40 ans ? Et vlan, perte de mes privilèges auprès du PQ. Que dire enfin des conservateurs d'Éric Duhaime qui fédère la colère la plus ignoble que nous pouvons ressentir et des solidaires qui au nom d'un électoralisme de bon aloi pactisent avec les radicaux religieux et les wokes pour chercher à gagner du terrain politique ? Et vlan, et vlan, perte de mon droit de m'exprimer auprès des conservateurs et des solidaires.

Je crois que je n'ai oublié personne, ni aucun parti. J'ai émis des opinions qui vont à l'encontre des lieux communs et surtout des croyances militantes des uns et des autres. Cela devrait-il me priver du droit d'écrire mes opinions ? La réponse est bien sûr non. Alors, dites-moi si dire ce que l'on pense n'est pas un problème, pourquoi cet engouement si répandu des uns et des autres pour se conformer aux idées ambiantes ?


Fête des Vendanges
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...

Nous y sommes…

Mercredi le 10 août 2022      
Nous y sommes…
Papalis multicultarismus

Mercredi le 3 août 2022      
Papalis multicultarismus
Faire des vagues et créer un tsunami…

Mercredi le 27 juillet 2022      
Faire des vagues et créer un tsunami…
SOC
NOS RECOMMANDATIONS
Les Expos au quatrième rang du classement: "On a dû faire face à une nouvelle réalité"

Vendredi le 12 août 2022      
Les Expos au quatrième rang du classement: "On a dû faire face à une nouvelle réalité"
Premier camp avec les Cantonniers pour Samuel Collard

Mercredi le 10 août 2022      
Premier camp avec les Cantonniers pour Samuel Collard
3 hommes mettent le feu à un véhicules rue Laurier

Vendredi le 12 août 2022      
3 hommes mettent le feu à un véhicules rue Laurier
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Claude Carrier_Saison Pêche
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 17 août 2022
Diversion médiatique

François Fouquet
Lundi, 15 août 2022
En voiture vers le passé

Fête des Vendanges
Départ du GBC 500 à Magog le 13 aout Par Jeanne Trépanier Mardi, 9 août 2022
Départ du GBC 500 à Magog le 13 aout
Suspect recherché pour une fraude de plus de 2000$ Par Daniel Campeau Vendredi, 12 août 2022
Suspect recherché pour une fraude de plus de 2000$
(Retrouvée) Jeune fille de 14 ans recherchée par le SPS Par Daniel Campeau Jeudi, 11 août 2022
(Retrouvée) Jeune fille de 14 ans recherchée par le SPS
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2022 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous