Accueil  |  Partenaires  |  Contactez-nous  |  Ajouter favoris  |  Télécharger notre Kit Média Suivez-nous sur      
 
10°C
détails
Diffuser votre offre d’emploi
Hébergement site Web - NetRevolution

ESTRIEPLUS.COM  |  SHERBROOKE  |  COATICOOK  |  LE GRANIT  |  LES SOURCES  |  MEMPHRÉMAGOG  |  VAL-SAINT-FRANCOIS  |  JOURNAL HAUT-SAINT-FRANÇOIS
Actualités
Estrie
Sports
Arts et spectacles
Affaires
Estrie en photos
Cahiers
Automobiles
Habitation
Immobilier
Entreprises d'ici
Cinéma / DVD
Santé-Mieux-Être
Gastronomie
Voyages & escapades
Info-Pratique
Méteo
Médias sociaux
Horaire cinéma
Horoscope
Loterie
Liens utiles
Journaux Locaux
Le Haut-Saint-François
L’écho de Compton
Le Papotin
Journal D'une Rive à l'autre
RÉPERTOIRE
MAISONS ET JARDINS
Actualité          Construction et rénovation
Mardi, 28 juin 2011
Produits ménagers verts : Un rapport de l’Université de Sherbrooke démontre une surabondance des écolabels non-officiels

28 juin 2011


 Imprimer   Envoyer 

À l'approche d'une intense période de déménagement au Québec, et par le fait même de nettoyage, le produit vert dans le secteur des produits d'entretien ménager chez-nous est-il aussi vert qu'il le prétend? L'Observatoire de la consommation responsable (OCR) de l'Université de Sherbrooke rend public aujourd'hui un important rapport sur les stratégies de positionnement vert dans le secteur des produits d'entretien ménager au Québec qui démontre notamment l'importance de créer un processus d'identification officiel (Éco Logo) plus crédible aux yeux des consommateurs.

Première étude de fond analysant les pratiques de marketing vert pour les produits d'entretien ménager sur le marché québécois, le rapport de l'Observatoire de la consommation responsable fait état d'une quarantaine d'écolabels différents identifiés ainsi que de sept types de mentions environnementales, alors qu'il existe seulement deux écolabels officiels sur ce marché en Amérique du Nord.

Cette étude a pour objectif d'identifier les pratiques d'allégations environnementales sur ce marché. Ce faisant, le rapport offre des recommandations sur les efforts à faire par les marques pour offrir une plus grande transparence aux consommateurs québécois. Il a aussi pour but de guider les consommateurs dans le choix complexe de ces produits. Actuellement, un consommateur vert sur cinq est prêt à payer 10 % plus cher pour un produit d'entretien ménager vert.

« Les produits d'entretien ménager sont parmi les produits verts les plus achetés par les consommateurs, ce que confirme le top 10 des produits/services responsables les plus achetés par les Québécois , explique le professeur Fabien Durif, coauteur du rapport et directeur de  l'OCR. Ce secteur est l'un de ceux qui a réagi le plus rapidement à la pression environnementale tout en étant l'objet de nombreuses critiques quant à la véracité du positionnement vert adopté. »

L'étude a fait l'objet d'un recensement de plus de 840 produits provenant de 123 marques différentes. Les résultats démontrent que plusieurs stratégies sont utilisées par les marques pour « verdir » leurs produits en apposant une certification environnementale; en inscrivant une ou des mentions environnementales sur l'emballage; en donnant un nom à connotation « verte » (cas d'un produit sur quatre) ou en disposant une image « verte » (ex. nature) sur l'emballage (un produit sur cinq).

« La multiplication des logos environnementaux  crée de la confusion chez les consommateurs et les empêche de faire des choix éclairés », affirme François Décary Gilardeau de chez Option consommateurs, dont l'association a pour mission de promouvoir et défendre les intérêts des consommateurs ainsi que de veiller à ce qu'ils soient respectés.

De plus, les écolabels n'ont pas tous la même valeur, puisque seulement 12 % des produits arborent un écolabel officiel vérifié par une tierce partie indépendante et qu'il existe plus de 30 écolabels « maison » dont les critères de certification ne sont pas toujours précisés.

Les fabricants ont aujourd'hui tendance à exagérer les attributs verts de leurs produits par une utilisation excessive d'écolabels et mentions vertes sur les emballages. Cette multiplication d'écolabels engendre de la confusion et une méfiance de la part des consommateurs, tandis qu'une certification reconnue pourrait donner une crédibilité verte aux produits et rassurer les consommateurs.

Les co-fondateurs de l'OCR, les professeurs Fabien Durif et Caroline Boivin de la Faculté d'administration, travaillent à l'avancement de la connaissance  sur la consommation responsable avec différents partenaires, dont l'organisme à but non lucratif Éthiquette pour un marché responsable. L'OCR a aussi publié le «Baromètre 2010 de la consommation responsable au Québec», en partenariat avec le magazine Protégez-vous.

Le rapport complet est disponible à l'adresse suivante: http://consommationresponsable.ca/

Source : Caroline Dubois

 



 Imprimer   Envoyer 

PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...   

 
Félix Massé
Jeudi, 18 septembre 2014
Internet et le droit à l'oubli

Daniel Nadeau
Mercredi, 17 septembre 2014
Douche écossaise

François Fouquet
Lundi, 15 septembre 2014
Je voulais vous dire...

La Maison du Cinéma
Vendredi, 12 septembre 2014
Une pause pour Dolan après le succès de Mommy? Certainement pas!

Natalie Dion
Jeudi, 4 septembre 2014
Regardez dans votre angle mort!


Vieux Clocher de Magog

MIKE WARD
19 ET 20 SEPTEMBRE 2014

Théâtre Centennial

Daniel Clarke Bouchard, piano
Dimanche 21 septembre, 15 h
INSCRIPTION INFOLETTRE



  Copyright 2014 Estrieplus.com  | Notes Légales  | Sitemap |  logo xml  

Membre du groupe : dejavendu.com - avisdedeces.ca - 123matching.com - calendrierplus.com - concoursplus.com - clic2go.com - zipjobs.ca - radioactif.com