Théâtre_Granada_Mononc_Serge
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan Covid du 1er décembre
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
DÉCOUVERTES / Découvertes
Anita Lessard Par Anita Lessard

Dimanche, 9 février 2020

Agricultrices du monde


Le but de cette mission unique dans l'histoire d'UPA DI visait, notamment, à souligner le caractère primordial de l'engagement des femmes sur les plans de l'alimentation, de l'occupation des territoires et de la survie d'une agriculture nourricière à échelle humaine.

 Imprimer   Envoyer 
crédit photos: (haut) Hélène Jolette; le groupe d'agricultrices des deux pays (bas) Hélène Raymond; France Demers aux côtés de la présidente du Collège des femmes et une interprète (wolof-français)

Organisé par l'UPA Développement International et les Agricultrices du Québec, le voyage de coopération canado-sénégalaise, dont France Demers et 15 autres femmes œuvrant dans le milieu agricole a été un franc succès. Le but de l'exercice était de favoriser l'autonomie et le leadership féminin dans l'exploitation agricole familiale.

Parties le 10 janvier dernier, elles ont parcouru 4500 km en autobus (!), d'un bout à l'autre du Sénégal, pour aller à la rencontre de leurs ‘'sœurs de terre'', vivant une toute autre réalité dans leur pratique de l'agriculture. Accueillies chaleureusement par leurs homologues du continent africain, les québécoises ont pu échanger sur leur savoir-faire et sur le fonctionnement des structures organisationnelles, ainsi que sur les différents enjeux auxquels elles sont confrontées en tant que femme.

Le but de cette mission unique dans l'histoire d'UPA DI visait, notamment, à souligner le caractère primordial de l'engagement des femmes sur les plans de l'alimentation, de l'occupation des territoires et de la survie d'une agriculture nourricière à échelle humaine.

Il faut dire que les défis ne sont pas les mêmes au Sénégal; les sécheresses, le manque de reconnaissance de leur compétences et de leur approches, mais aussi le statut légal des femmes et les mœurs du pays, peuvent rendre la pratique paysanne plus difficile. Accueillies à Dakar par le Conseil National de Coopération et de Concertation des ruraux (CNCR) et son Collège des femmes, les participantes ont vécu pendant ces 16 jours de voyage, un réel partage culturel, mais aussi technique.

France Demers est copropriétaire de l'érablière et ferme laitière Magolait située à Magog. Elle et sa fille agronome faisaient partie du contingent de québécoises et considère son expérience comme une leçon d'humilité. « Pour nous ici c'est facile! On a l'eau courante, l'électricité, la grosse machinerie, la robotisation. Là-bas elles sont encore à (utiliser) la pelle, la fourche, et la gratte. Ce sont des femmes avec un grand cœur et qui sont super travaillantes. C'est en revenant ici que l'on se rend compte qu'on doit apprécier ce que l'on a. Elles se contentent de ce qu'elles ont et accomplissent des choses vraiment formidables », raconte Mme Demers. « Elles sont inspirantes ces femmes; jamais fatiguées, elles toujours le beau sourire. »

Ce genre de voyage amène assurément sa part de surprises et de chocs culturels. Que ce soit au niveau de la nourriture, des coutumes, de la perception des relations interpersonnelles, ou même de la température (il n'était pas rare de voir des gens arborant une tuque et un manteau à 30 degrés Celsius!), les visiteuses ont pu observer à quel point leurs mondes sont différents. Le rythme de vie est également à des lieues de celui, effréné, que vivent les agriculteurs ici. Malgré tout cela, ce sont les similarités entre elles qui ont rendu ce périple inoubliable, créant des liens d'amitié durables et une grande solidarité.

L'expérience a permis de mesurer à quel point les personnes qui œuvrent dans le milieu agricole, peu importe leurs origines, travaillent à assurer la subsistance de leur famille; travaillent à mettre sur pied des services qui profitent à toute une collectivité; et font tout en leur pouvoir pour être en mesure de générer suffisamment de revenus pour assurer à leurs enfants une vie meilleure.

 


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Bilan Covid du 1er décembre

Bilan Covid du 1er décembre
La magie de Moment Factory à Sherbrooke

La magie de Moment Factory à Sherbrooke
Destination_Sherbrooke_etincelles_2
NOS RECOMMANDATIONS
Don de 18 000 $ de denrées alimentaires du milieu agricole de l’Estrie

Don de 18 000 $ de denrées alimentaires du milieu agricole de l’Estrie
Notre histoire en archives – Les groupes yé-yé des années 1960

Notre histoire en archives – Les groupes yé-yé des années 1960
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Destination_Sherbrooke_etincelles_3
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 1 décembre 2021
La politique québécoise s’emmêle…

François Fouquet
Lundi, 29 novembre 2021
Recherche de sens et espace

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Jeudi, 25 novembre 2021
Notre histoire en archives – Les groupes yé-yé des années 1960

JD_NOVEMBRE_2021
Destination_Sherbrooke_etincelles_1
Un succès pour l'Encan sous le sapin de la Fondation du CHUS Par Daniel Campeau Mercredi, 24 novembre 2021
Un succès pour l'Encan sous le sapin de la Fondation du CHUS
Musique à bouches: préserver la musique traditionnelle dans la mémoire collective Par Catherine Blanchette Jeudi, 25 novembre 2021
Musique à bouches: préserver la musique traditionnelle dans la mémoire collective
Le meilleur et le pire Par Daniel Nadeau Mercredi, 24 novembre 2021
Le meilleur et le pire
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
-
slimecut