Hyundai juin 21
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 16 juin
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
STEBUC 2021
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 11 janvier 2021

Vivre dans un état policier



 Imprimer   Envoyer 

Une mesure historique dans l'histoire récente du Québec. Nous voilà soumis à un couvre-feu. C'est une atteinte directe aux libertés individuelles. Vrai. Mais...

« Y a pas de mais, c'est une des plus graves atteintes jamais vues! », clame un quarantenaire qui m'avait dit la même chose lors de la mise en application du règlement obligeant le port du masque dans les lieux publics.

« Tu vois pas l'escalade dans l'amputation de nos libertés individuelles? T'es aveugle ou quoi? »

Je ne suis pas aveugle. Je suis donc « ou quoi », j'imagine.

« De toute façon, si toi, t'aimes ça vivre dans un état policier où on n'a plus aucun droit, ça te regarde. Moi, je me bats! »

Aux grands mots... 

Je ne me réjouis pas de ce couvre-feu. Pas plus que des restrictions sanitaires. J'ai aussi le goût de discuter certaines applications. C'est normal. Je veux être proactif dans la vie de ma communauté, après tout.

Dans le doute, avant de monter aux barricades et pour être proactif dans ma communauté, justement, je ramène au centre de la table ce qui, dans ma compréhension des choses, motive les normes : la multiplication des cas augmente nécessairement les hospitalisations et l'utilisation des unités de soins intensifs disponibles. Toujours dans ma compréhension, il faut ralentir le nombre d'utilisateurs des soins hospitaliers jusqu'au moment où une immunité collective minimale, conjuguée à une médication efficace, change les choses.

« Oui, mais moi, là-dedans? »

Il y a des moments où le « moi » s'efface un peu et laisse de la place au « nous ». C'est un difficile, mais essentiel, équilibre à conserver.

Après tout, la solidarité, ce n'est pas juste de déposer des denrées non périssables lors d'une collecte annuelle!

« Pis ça, ça justifie la mise en place d'un état policier? La vérité, c'est que ça reviendra jamais comme avant! Ils ont pris le contrôle et toi, tu les encourages! »

Je n'en peux plus de l'usage abusif des mots comme « état policier », « ostracisation », « totalitarisme » et autres pour décrire ce qu'on vit présentement.

Dans un état policier ou totalitaire, on ne laisse pas les gens chialer pendant des mois. On leur impose le silence de façon brutale. Dans un état policier ou totalitaire, il n'y aurait pas eu 1000 fois plus d'avertissements que de constats d'infraction pour non-respect des règles en cours. Et il n'y aurait pas tous ces recours de contestation qui sont mis à la disposition des gens qui ont reçu un constat d'infraction.

Et ostraciser un peuple, ce n'est pas lui demander poliment de se conformer à des règles de distanciation susceptibles de donner un coup de main à la collectivité.

Pis notre société, on la veut comment, au fait?

Depuis des années, nos gouvernements sont élus pour faire en sorte que l'économie fonctionne, ce qui devrait ouvrir la porte à toutes les solutions, croit-on "néo-libéralistement"...

On constate que c'est épouvantable d'imposer autant de solitude pour les gens dans les résidences de personnes âgées?

Avant de tout mettre sur le dos des mesures sanitaires, il faudrait se mettre en tête que la solitude chez les personnes plus âgées et chez toutes les personnes qui peinent à performer assez pour conserver leur place au soleil était là avant les mesures. On ne le voyait pas parce qu'on roulait trop vite, mais c'était là!

Je vous laisse sur deux images.

Quand j'ai demandé aux gens des Petits frères des pauvres de Sherbrooke pourquoi ils ont changé leur nom pour ne garder que « les Petits frères », la réponse est venue instantanément : « parce que la solitude est plus large que la pauvreté qui elle, est déjà trop largement répandue! ».

C'était bien avant les normes sanitaires.

Finalement, dernière image: qu'est-ce qui motive les partisans de Trump? Les libertés individuelles à tout prix. Quand on bafoue la démocratie, qu'on encourage ses ouailles à la violence, on met en terre la semence d'un état policier... au nom des libertés individuelles! Quand la contradiction s'invite dans la joute!

 

Clin d'œil de la semaine

Contradiction vicieuse : une liberté personnelle qui exclut la notion de collectivité exclut de facto la notion même de la liberté...



Écoloboutique 210615
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Balados et langue qui fourche

Balados et langue qui fourche
La sauce à spag

La sauce à spag
STEBUC 2021
NOS RECOMMANDATIONS
Bilan COVID-19 du 9 juin

Bilan COVID-19 du 9 juin
Bilan COVID-19 du 15 juin

Bilan COVID-19 du 15 juin
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Écoloboutique 210615
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Geneviève Hébert députée juillet 2020
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 16 juin 2021
Pôvre Canada

François Fouquet
Lundi, 14 juin 2021
La sauce à spag

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 11 juin 2021
Sortir de sa zone de confort

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
GRANADA 3 JUILLET 21
Bilan COVID-19 du 9 juin Par Maxime Grondin Mercredi, 9 juin 2021
Bilan COVID-19 du 9 juin
Croire et en mourir… Par Daniel Nadeau Mercredi, 9 juin 2021
Croire et en mourir…
Sherbrooke remettra 115 vélos à des jeunes dans le besoin Par Maxime Grondin Jeudi, 10 juin 2021
Sherbrooke remettra 115 vélos à des jeunes dans le besoin
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous