Théâtre des employés du CHUS
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
4°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  L'ALS manifestait ce matin pour demander au gouvernement fédéral de répondre aux besoins des locataires.
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Automobiles
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Voyages & Gastronomie
Affaires & Juridique
Famille
Style de vie
Éducation
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Théâtre des employés du CHUS
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 15 mai 2017

L’engagement, version Vallières



 Imprimer   Envoyer 

On dit des hommes modernes qu'ils fuient l'engagement en couple. C'est écrit dans bien des magazines féminins. L'homme moderne aurait donc peur de s'engager. Peut-être parce qu'il sent qu'il ne pourra plus jamais dire «rock on?» Peut-être parce que l'engagement est incompatible avec le plaisir et un brin de liberté?

Allez savoir pourquoi, mais toujours est-il que les gars semblent fuir l'engagement.

D'abord, j'avance ceci : j'en ai plus que marre de ces "quiz" qui se multiplient à vitesse Grand V dans les magazines et les médias sociaux et qui prétendent tout régler en quelques questions et réponses basées sur des idées préconçues.

Comment garder la flamme allumée... en six questions. Comment attacher votre homme et qu'il « sourisse » pareil! Le tout en huit questions faciles ! Et autres banalités banales. Ça, une banalité banale, ça devrait demeurer banal. Si ça se retrouve en première page d'un magazine, on devrait dépenser l'argent du magazine ailleurs. Trop banal et "préformaté" pour avoir une certaine valeur.

Mais revenons à l'engagement...

Double V, Vincent Vallières, débarque sur scène en 2017 avec un petit groupe de musiciens nouveau (carrières et engagements professionnels obligent).

Disons d'abord ceci : pour comprendre l'univers de Vincent, il faut le voir au moins une fois en spectacle. C'est là que son univers se dessine, comme un produit qui libère doucement ses substances et propriétés actives, au gré des chansons et des interventions de l'artiste.

Remarquez que cette recette (allez voir un artiste en spectacle) s'applique à bien d'autres aussi... C'est un réflexe à développer! Avec les nouvelles technologies, on survole souvent plus qu'on déguste la musique offerte. On écoute quelques secondes d'une chanson et, ça y est, on aime ou pas. Souvent pas, parce qu'on n'a aucune autre perspective que le bout d'écoute proposé.

Mais revenons à Vallières.

Il débarque avec une petite bande de joyeux lurons dont le sourire complice trahit le plaisir évident d'être là. Et ça rock solide.

Vallières? Rock?

Ouaip! Et plus solide qu'on pourrait le croire.

« Me semble que sur disque, c'est moins ça! »

Encore ouaip.

Le disque met en valeur les textes, la mélodie. Mais voilà bien une facette originale de l'univers Vallières : le voir en spectacle implique l'entrée dans une dimension nouvelle, revisitée. Plus rock.

Pourtant, l'auteur de « On va s'aimer encore » n'en démord pas. Il écrit l'amour sur la base toujours renouvelée de l'engagement. Sa blonde et ses proches reviennent souvent dans le décor textuel et musical de Vincent. Toujours en plaidant l'espoir, l'engagement et le fait de s'accrocher, que ça en vaut la peine.

La radio commerciale est remplie de chansons pop qu'on écrit et écoute comme on écrit et lit des romans Harlequin: la formule est toujours la même, seul le nom des personnages change un peu.

L'univers de double V est parsemé d'espoir, d'amour et d'engagement. Et ça "rock" pareil. Et solide, en plus.
Parce qu'on peut continuer à « rocker on » et être amoureux et père de famille.

Embarquer dans l'univers de Vallières, c'est tasser du revers de la main les concepts et préceptes de la psychopop et décider de bâtir sur le possible, l'espoir et la vision à long terme, la tête haute, le bonheur en priorité.

Pas mauvais comme route à prendre...

Clin d'œil de la semaine

Aujourd'hui est toujours plus beau quand on croit qu'il mène à un beau demain possible...


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Tous pour… soi

Tous pour… soi
Plus ça change…

Plus ça change…
NOS RECOMMANDATIONS
Opération Boules de Noël : une 16e édition lancée

Opération Boules de Noël : une 16e édition lancée
Le nouveau chef du NPD en visite à Sherbrooke

Le nouveau chef du NPD en visite à Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Gestion Financière JLR
 
Catherine Côté
Mercredi, 22 novembre 2017
Party de bureau: comment éviter les faux-pas !

René Dubreuil
Mercredi, 22 novembre 2017
Les nouvelles rondes de René

Daniel Nadeau
Mardi, 21 novembre 2017
Les réflexes du boutiquier

Yves Paquette
Mardi, 21 novembre 2017
Essai routier du Chevrolet Bolt EV 2017

Isabelle Perron
Mardi, 21 novembre 2017
Mon Top 5 des meilleurs cafés à Sherbrooke

APCHQ Estrie
Lundi, 20 novembre 2017
Groupe Concept PV spécialiste en revêtement de cèdre!

François Fouquet
Lundi, 20 novembre 2017
Tous pour… soi

Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke
Lundi, 20 novembre 2017
Le psychologue scolaire, une ressource clé

Assurance Xpert
Lundi, 20 novembre 2017
L’assurance hypothécaire, c’est quoi exactement?

Tire le coyote
Le nouveau chef du NPD en visite à Sherbrooke Par Cynthia Dubé Mercredi, 15 novembre 2017
Le nouveau chef du NPD en visite à Sherbrooke
Toujours sans nouvelle de Félix Par Cynthia Dubé Mercredi, 15 novembre 2017
Toujours sans nouvelle de Félix
Une adolescente portée disparue Par Cynthia Dubé Vendredi, 17 novembre 2017
Une adolescente portée disparue
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous