Théâtre_Granada_GrandRéveillon
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan Covid du 1er décembre
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 18 octobre 2021

Une vie, un sentier, des repères



 Imprimer   Envoyer 

C'est drôle, comment je réagis parfois en retard...

C'est arrivé dimanche dernier, mais voilà que je l'ai vraiment réalisé mercredi soir.

Ce que je vous raconte ici n'a rien à voir avec un grand scénario de film ou de roman à succès. Et pourtant, c'est vital. Basique. Fondamental.

Des vies, on n'en a pas deux ou trois. On en a une. Virtuellement, les jeux vidéo en proposent plusieurs. Même que des codes disponibles sur Internet permettent généralement d'en ajouter autant qu'on le souhaite.  Une tricherie qui n'existe pas dans la vraie vie.

Dans chaque vie, je vois un sentier. On peut, cela dit, le moduler. Le faire tourner à gauche ou à droite. On peut avoir l'impression d'en sortir pour ensuite y revenir. Ou pas. Personnellement, je ne crois pas que le sentier soit dessiné à l'avance et que tout soit préprogrammé, mais ça, c'est moi. 

Si, dans mon titre, les mots vie et sentier sont au singulier, le mot repères, lui, est au pluriel.

Dimanche dernier, donc. De façon un peu improvisée, et selon les disponibilités du moment, j'ai retrouvé des membres de ma famille. Certains venus de loin. Finalement! On a jasé, beaucoup ri, tantôt dehors, tantôt à l'intérieur.

Nous avons passé là quelques heures de notre dimanche. Et nous sommes retournés dans nos chaumières respectives, le cœur léger.

Je vous l'ai dit : ce n'est pas un scénario de grand film ou roman à succès!

Puis, mercredi. Toute fin de journée. Je retrouve avec plaisir un ami avec qui je m'accote, généralement, quatre ou cinq fois l'an. Après les « me semble que ça fait trop longtemps » et « là, on reprend le rythme, mon vieux! », voilà qu'on tombe en synchronicité de cœur et d'esprit sur l'histoire que je viens de vous raconter. L'ami avait vécu la même chose que moi avec sa famille.

Mais il avait poussé plus loin l'analyse.

C'est là que tout s'est aligné. Il m'a parlé de ce confort ressenti à côtoyer les siens. L'impression "d'être à la maison" au sens plus large, parce que c'est ce réconfort que la famille inspire. Les échanges en grands groupes, mais souvent en sous-groupes. Les rires, mais les confidences aussi. Le goût de savoir comment ça se passe pour l'autre. Cette absence de pression dans un petit univers où chacun a une place naturellement. Sans stratégie. Sans compétition comparative.

Le genre de rencontre où on réalise que ces gens-là constituent, chacun à sa façon, un repère rassurant pour les autres.

Un sentier sans repères est un sentier sec. Sans substance.

Ce n'est pas la première fois que j'observe cette synchronicité avec l'ami. Mais c'est en retournant chez moi, plus tard, ce mercredi, que j'ai réalisé ma chance d'avoir des repères familiaux et amicaux.

Cette même réflexion m'habite quand je constate la violence que subissent trop de gens, le trop grand nombre de sans-abris, de réfugiés, de laissés pour compte.

Chacun a sa vie. Son sentier.

Mais ce n'est pas évident pour chacun d'identifier l'orientation à donner à ce sentier.

On naît tous égaux, c'est de la foutaise.

On est tous égaux, c'est de la foutaise.

En fait, on est tous les possibles quand on regarde la chose plus collectivement.

Savoir apprécier la valeur de nos repères, sur le sentier de notre vie, c'est être disposé à comprendre que celle ou celui qui n'en a pas est mal outillé.

Même avec la meilleure volonté, mal outillé, personne ne peut contribuer de façon valorisante au grand chantier qu'est notre société.

 

Clin d'œil de la semaine

« Passe-moé ‘à puck, pis j'vas compter des buts »

-Les Colocs 
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Confiance et méfiance

Confiance et méfiance
À mon nouveau conseil municipal

À mon nouveau conseil municipal
Les_Galeries_4saisons
NOS RECOMMANDATIONS
Le meilleur et le pire

Le meilleur et le pire
Don de 18 000 $ de denrées alimentaires du milieu agricole de l’Estrie

Don de 18 000 $ de denrées alimentaires du milieu agricole de l’Estrie
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Destination_Sherbrooke_etincelles_3
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 1 décembre 2021
La politique québécoise s’emmêle…

François Fouquet
Lundi, 29 novembre 2021
Recherche de sens et espace

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Jeudi, 25 novembre 2021
Notre histoire en archives – Les groupes yé-yé des années 1960

JD_NOVEMBRE_2021
Destination_Sherbrooke_etincelles_1
Le meilleur et le pire Par Daniel Nadeau Mercredi, 24 novembre 2021
Le meilleur et le pire
La magie de Moment Factory à Sherbrooke Par Daniel Campeau Lundi, 29 novembre 2021
La magie de Moment Factory à Sherbrooke
Musique à bouches: préserver la musique traditionnelle dans la mémoire collective Par Catherine Blanchette Jeudi, 25 novembre 2021
Musique à bouches: préserver la musique traditionnelle dans la mémoire collective
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
-