Automobiles Val Estrie dec 2019
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
Automobiles Val Estrie nov 2019
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 29 avril 2015

Mon « ami » Stephen…



 Imprimer   Envoyer 

Un ami à moi, du milieu des affaires, est un grand admirateur du premier ministre du Canada, Stephen Harper. Lors d'un récent souper, il me reprochait d'être injuste envers son favori et de ne pas l'évaluer à sa juste valeur.

Pour cet ami, Stephen Harper n'est rien de moins que le plus grand premier ministre que le Canada ait eu. Le prenant aux mots, je lui ai dit que lors de ma prochaine chronique dans EstriePlus, je lui dirais pourquoi je suis en désaccord avec lui et j'expliquerais les motifs qui m'amènent à conclure que Stephen Harper ne mérite pas d'obtenir un nouveau mandat des Canadiens à titre de premier ministre. Je m'exécute...

Le génie de Stephen Harper

On ne devient pas premier ministre du Canada sans être un personnage remarquable. Mon ami sera heureux de lire ici que je trouve des qualités à Stephen Harper. Sa plus grande qualité est de loin son génie politique. Stephen Harper est un homme d'une grande intelligence politique. Il est combattif, aime prendre des risques et ne craint pas d'adopter des positions politiques en fonction de ses valeurs profondes. Il a une compréhension fine des enjeux politiques au Canada. Il a très bien compris le désabusement des gens envers l'État et a aussi compris que les nouveaux arrivants pouvaient venir gonfler les rangs de celles et ceux qui ne voulaient plus d'un gouvernement interventionniste dans leurs vies.

Stephen Harper a surtout bien assimilé le fait qu'il ne pouvait pas devenir premier ministre de ce pays sans un large support, ni se faire réélire plus d'une fois sans être en mesure de conserver ses appuis et même de les faire croître. Ceux qui ne font que démoniser Stephen Harper démonisent le Canada et les Canadiens. Cela démontre seulement leur mécompréhension du Canada.

Des vents favorables...

Stephen Harper ne voulait pas qu'être premier ministre du Canada. Il voulait changer le Canada. Il faut dire qu'il a bénéficié de vents favorables. Profitant de ceux-ci, il a cherché à apporter des changements profonds dans la gouvernance canadienne en matière de pratiques du fédéralisme, de politique extérieure et en matière de justice pénale. Il a aussi voulu remettre à l'ordre du jour les liens de notre pays avec la monarchie anglaise. Stephen Harper incarne le politicien le plus opportuniste pour profiter de la nouvelle conjoncture politique que les politicologues canadiens-anglais, John Ibbitson et Darrell Bricker, ont baptisé « The Big Shift ».

Ce « grand virage » du Canada se caractérise selon ces auteurs par la délocalisation massive de la population canadienne, d'est en ouest sous l'impulsion d'une immigration massive en provenance de la région Asie-Pacifique au cours des deux dernières décennies. Ces nouveaux arrivants sont plus prudents et plus conservateurs que les immigrants européens des 19e et 20e siècles. Leurs valeurs conservatrices s'unissent à celles de bien des Canadiens qui veulent moins de gouvernement, un plus petit gouvernement et qui souhaite le rétablissement de la loi et l'ordre.

Cette nouvelle coalition politique conservatrice est opposée aux vieilles élites politiques laurentiennes ou si vous préférez du Canada Central (Québec et Ontario) et elle a le vent dans les voiles en ce moment grâce à la force du nombre et à la popularité du néo-libéralisme en Occident. C'est de ce contexte que s'est nourri Stephen Harper pour changer le Canada.

L'agenda de Stephen Harper

Il ne faut pas se méprendre Stephen Harper est en politique pour gagner. Il veut être premier ministre pour gouverner et pour changer le Canada. Stephen Harper déteste les libéraux et l'ordre libéral. Il utilise tous les moyens à sa disposition pour réduire à néant l'œuvre du « natural governing party ». Pour lui, l'État canadien doit être démantelé. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il a joliment réussi à démanteler de larges pans de l'œuvre libérale des 150 dernières années, incluant les années du gouvernement de Brian Mulroney, le plus libéral des chefs conservateurs de l'histoire de ce pays.

Avec Harper, plus de lois pénales, des peines plus lourdes pour les criminels, moins de culture, moins de Radio-Canada, plus de pétrole, moins de Kyoto, moins de dépenses, moins d'impôt et surtout moins de respect des institutions canadiennes.

Durant ses différents mandats, Stephen Harper a démontré un profond mépris pour nos institutions canadiennes. Que ce soit le Parlement qu'il traite comme une matière négligeable, le Sénat qu'il ridiculise par son inaction, les provinces et territoires qu'il refuse de rencontrer en groupe, La Cour suprême envers laquelle il manifeste régulièrement son irritation et son désaccord avec ses jugements ou encore Statistiques Canada dont il a réduit substantiellement les budgets et aboli le recensement long qui permettait de mieux comprendre les problématiques auxquelles étaient confrontés les citoyens de ce pays.

Les changements liés à notre politique étrangère sont encore plus radicaux. Les gouvernements de monsieur Harper ont transformé la politique de paix et de Casques bleus de Leaster B. Pearson en politique guerrière. Le Canada est devenu plus belliqueux que les États-Unis dans beaucoup de dossiers de politique internationale. Qui plus est, nous sommes plus que jamais liés aux politiques de l'État d'Israël dans la poudrière que représente le Moyen-Orient.

Réélire Harper?

Curieusement, les Canadiens vont vraisemblablement réélire Stephen Harper comme premier ministre du Canada avec un gouvernement minoritaire l'automne prochain. Du point de vue du Québec, cela n'est pas une nouvelle heureuse. Du point de vue du Canada non plus. Pourtant, profitant de la nouvelle mouvance conservatrice alimentée par la nouvelle immigration de la région Asie-Pacifique et d'une concurrence qui a du mal à se définir, Stephen Harper va peut-être réaliser l'exploit d'être réélu et de devenir ainsi l'une des grandes figures politiques canadiennes.

Vous aurez compris que je ne suis pas un partisan de Stephen Harper et de ses politiques. Néanmoins, je me dois de reconnaître comme le demandait mon ami le génie politique de Stephen Harper. S'il n'est pas pour moi un grand premier ministre, il est un politicien de talent. Un grand Canadien qui se dévoue pour son pays. Trop de choses et trop de valeurs nous séparent pour que nous puissions nous réconcilier. Je trouve cela dommage. Stephen Harper est un grand chef de coalition politique, mais un mauvais premier ministre. Vraiment. J'aurais bien aimé pouvoir écrire à l'endroit de ce politicien de génie, mon ami Stephen... ce n'est malheureusement pas possible n'en déplaise à mon ami du monde des affaires...

Lectures recommandées :

Darrell Bricker et John Ibbitson, The Big Shift. The Seismic Change in Canadian Policis, Business and Culture and What It Means for Our Future, Toronto, Harper Collins Publishers Ltd, 2013, 256 p.

Julian Castro et Frédérick Boily, Le fédéralisme selon Stephen Harper. La place du Québec dans le Canada conservateur, Québec, Presses de l'Université Laval, 2014, 250 p.

Paul Wells, The Longer I'm Prime Minister. Stephen Harper and Canada 2006-, Toronto, Random House Canada Limited, 2013, 448 p.


Cho Choco Décembre 2019
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Le temps du mépris et du sexisme éhonté

Le temps du mépris et du sexisme éhonté
Le fouillis de l’immigration

Le fouillis de l’immigration
NOS RECOMMANDATIONS
Un don de 25 000$ pour les jeunes musiciens

Un don de 25 000$ pour les jeunes musiciens
Quoi faire ce week-end

Quoi faire ce week-end
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Fondation Rock-Guertin 2019
Nicolas Pellerin & Les Grands Hurleurs concours
Centre culturel de l'Université de Sherbrooke 9dec 2019
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 11 décembre 2019
Haïr les femmes et les tuer…

Jérôme Blais
Mardi, 10 décembre 2019
Conseil golf: les clés de l'élan

François Fouquet
Lundi, 9 décembre 2019
Parcours d’un week-end

Fondation québécoise du cancer - Estrie
Samedi, 7 décembre 2019
Les séjours à l’hôtellerie de l’Estrie de La FQC

Jacinthe Dubé 10 dec 2019 2019
Le casse-tête de la pauvreté Par Anita Lessard Mardi, 3 décembre 2019
Le casse-tête de la pauvreté
Un don de 25 000$ pour les jeunes musiciens Jeudi, 5 décembre 2019
Un don de 25 000$ pour les jeunes musiciens
ÉMERGENCE, Boutique pop-up: un nouveau concept avant-gardiste Par Daniel Campeau Vendredi, 6 décembre 2019
ÉMERGENCE, Boutique pop-up: un nouveau concept avant-gardiste
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous