Fondation Vitae
Caffuccino

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
-15°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
CAHIERS
Automobiles
Habitation
Mode-Santé-Beauté
Voyages & Gastronomie
Affaires & Juridique
Famille
Style de vie
Éducation
Blogue
JOURNAUX LOCAUX
Le Papotin
Jean Coutu - Sylvie Lussier & François Maltais
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 9 août 2017

L’avenir de Sherbrooke IV : les défis de l’avenir



 Imprimer   Envoyer 
Nous avons parmi les meilleurs taux de taxation des villes de même taille et nous dépensons moins et mieux que la plupart des villes de plus de 100 000 habitants.

Dans moins de trois mois, nous serons appelés à élire des femmes et des hommes pour nous représenter et former le prochain conseil municipal de la ville de Sherbrooke. La campagne électorale commencera sous peu. Ces femmes et ces hommes, regroupés dans un parti ou non, visiteront nos foyers, feront des déclarations aux médias pour nous dire en quoi elles ou ils seront nos meilleurs représentants à l'hôtel de ville de Sherbrooke. Nous serons alors appelés à faire nos choix en traçant une marque sur un bulletin de vote le premier dimanche de novembre 2017. C'est le temps des élections.

Comme le chantait Félix Leclerc, il faut se rappeler ce que sont les élections. Nous ne pouvons mieux traduire à notre avis le scepticisme et l'incrédulité des citoyennes et des citoyens envers leurs élus que les paroles de la chanson Attends-moi petit gars, chanson écrite en 1962 par Félix Leclerc, notre plus grand poète et troubadour national :

« La veille des élections
Il t'appelait son fiston
Le lendemain comme de raison
Y'avait oublié ton nom.
Attends-moi, ti-gars,
Tu vas tomber si je suis pas là
Le plaisir de l'un
C'est de voir l'autre se casser le cou... »

Ils ont peut-être oublié nos noms, mais là, nous sommes dans la période où ils se souviendront de nous, car de nombreuses femmes (pas assez à mon avis) et de nombreux hommes chercheront à nous convaincre de leurs visions et de leurs compétences pour obtenir notre confiance et devenir ainsi conseillères, conseillers ou maire de notre ville. Plus que les paroles, les engagements électoraux, la vision qui nous sera proposée de l'avenir de notre ville devront être l'élément déterminant de nos choix électoraux. Cette vision devrait répondre aux défis de l'avenir de Sherbrooke. La série de chroniques que j'ai écrites sur l'avenir de Sherbrooke depuis le 19 juillet dernier se veut une contribution intellectuelle à ce choix. Place aux défis de l'avenir de Sherbrooke.

La responsabilité fiscale

À chaque élection, c'est toujours pareil. Les nouveaux qui veulent remplacer les gens qui sont en poste promettent de gérer mieux les finances de la ville. Les promesses de geler ou diminuer les taux de taxation, de réduire les dépenses en éliminant les postes inutiles et la volonté de faire mieux avec moins sont toujours des sujets importants dans les campagnes électorales municipales. À Sherbrooke, je l'ai déjà écrit dans une chronique le 4 janvier dernier, la ville est bien gérée.

Nous avons parmi les meilleurs taux de taxation des villes de même taille et nous dépensons moins et mieux que la plupart des villes de plus de 100 000 habitants. Certes, on peut toujours améliorer les choses, mais la réalité est que notre ville est responsable sur le plan fiscal. Elle l'était au temps des maires Jacques O'Bready, Jean-Paul Pelletier, Paul Gervais et Jean Perrault. Elle l'est aussi avec le maire Bernard Sévigny. Attaquer l'administration actuelle sous l'angle des dépenses inutiles et d'une gestion déficiente est un combat perdu à l'avance même si ce combat est celui de certains conseillers et d'une frange de la population qui disent n'importe quoi sur un mode populiste qui se nourrit de l'ignorance des gens.

Si nous voulions prendre un engagement réaliste et crédible à ce sujet, cela devrait être de maintenir la ville de Sherbrooke dans le premier tiers des villes de plus de 100 000 habitants en matière de taxation, de salaires versés à ses employés, de dépenses par habitant, de dettes, etc.

On ne peut ni ne doit comparer le taux de taxation de Sherbrooke à des petites villes ou des municipalités qui n'ont pas les mêmes responsabilités.

Le développement économique

S'il y a un sujet qui devrait préoccuper les citoyennes et les citoyens de cette ville, c'est la question du développement économique. Où s'en va notre développement? Qu'en est-il de la stratégie des filières-clés que nous avons adoptée il y a à peine cinq ans et dont on n'entend plus parler? Comment faire de Sherbrooke un lieu d'innovation, de recherche et de développement entrepreneurial? Nos entreprises manufacturières exportent-elles suffisamment?

Quelle est la stratégie de nos futurs élus quant au positionnement de Sherbrooke eu égard au nouveau traité de libre-échange avec l'Europe et à la nouvelle réalité de l'ALENA? Qu'entend-on mettre en place pour faire de l'agriculture urbaine une voie d'avenir? Pourrait-on utiliser la marge de manœuvre que nous donne la propriété d'Hydro-Sherbrooke pour aider la culture en serre de légumes, de fruits, de marijuana?

La démocratie et le pouvoir citoyen

Ces dernières années, on observe beaucoup d'appétit de nombreuses citoyennes et de nombreux citoyens pour participer à la vie démocratique de notre ville. Que fera le prochain conseil municipal pour favoriser l'expression citoyenne et une plus large participation de toutes et de tous à la vie démocratique municipale? Peut-on envisager de diffuser plus largement les séances du conseil municipal? À quand une ville avec des données ouvertes que toutes et tous pourraient consulter à loisir sans se retrancher derrière la Loi sur l'accès à l'information? Peut-on envisager une ville qui pratiquerait dans le cadre d'une expérience pilote le vote consultatif de toutes les citoyennes et de tous les citoyens pour les projets importants, les dossiers structurels en aménagement urbain et pour les décisions budgétaires?

Les nouvelles technologies de l'information permettraient de tels votes. Les élus qui sont nos personnes désignées pourraient voter, mais en ayant l'éclairage de leurs commettants. Ne serait-ce pas une avancée importante permettant de mieux concilier la démocratie représentative avec la démocratie participative? Ce serait beaucoup mieux que de chercher à abolir les vieux référendums sur le zonage par une nouvelle « patente » de démocratie contrôlée par des élus trop frileux pour jouer à plein la démocratie participative. Qui plus est, à quand des organismes de développement contrôlés par des citoyennes et les citoyens plutôt que par des élus qui veulent les présider à tout prix? Pourquoi ne pas faire des organismes consultatifs de véritables lieux de pouvoir citoyen? Je crois que renouveler la démocratie municipale est l'un des plus grands défis de notre avenir.

La culture, le sport et la qualité de vie et la mixité de la population

Sur le plan du développement culturel et sportif, on peut dire que Sherbrooke n'a pas beaucoup à envier aux villes de même taille au Québec. Nous avons accès à des infrastructures culturelles et sportives, tant privées que publiques, de très grande qualité. La construction de la nouvelle salle de spectacle pour les jeunes publics vient compléter nos ressources. Il faut en féliciter le présent conseil municipal.

Sur le plan de la qualité de vie et de la mixité de la population dans les quartiers, il y a cependant du travail à faire afin d'améliorer la situation. L'un des graves problèmes parmi ceux qui nous attendent pour l'avenir est la coexistence de populations jeunes et âgées dans un même cadre urbain. La population de Sherbrooke est composée de 25 % de jeunes étudiantes et étudiants et devient de plus en plus le choix d'un lieu de vie pour de nombreux retraités québécois. Or, ces populations n'ont pas les mêmes besoins et ne vivent pas la même ville. Les problèmes liés au quartier universitaire avec la présence des étudiantes et des étudiants qui font la fête ou ceux du transport avec la STS sont des épiphénomènes de ce problème à venir. Un problème qui viendra complexifier davantage notre vivre ensemble qui sera de plus en plus coloré dans l'avenir avec l'apport de nouveaux immigrants. Un défi important pour penser notre ville.

Une ville verte à taille humaine

Nous vivons dans une période où de profondes transformations ont cours. À notre époque, les projets de développement urbain doivent emprunter de nouveaux sentiers. Il faut que la ville soit vécue autrement. Il faut faire place dans notre développement urbain à des modes de transport différents. Il importe de redonner la ville aux piétons, aux cyclistes et de favoriser une meilleure cohabitation de tous les modes de transport. Je suis d'avis que la Ville de Sherbrooke va dans la bonne direction en ces matières. Le quartier Well inc. est un bel exemple de planification urbaine mettant en valeur la mixité de la population et le développement d'une économie à valeur ajoutée. Sherbrooke doit devenir une ville intelligente. Une ville à taille humaine qui appartient à ses citoyennes et à ses citoyens. Un défi majeur pour notre avenir.

Une vision d'avenir

Le défi le plus important de tous est la vision que nous proposeront les différents candidats quant à notre avenir. Voulons-nous vivre dans une ville qui ne connaîtra pas une importante croissance démographique où nous voulons augmenter notre taille? Souhaitons-nous que Sherbrooke soit l'une des trois régions urbaines du Québec avec Montréal et Québec où préférons-nous plutôt être une petite ville tranquille et peinarde? Sherbrooke doit-elle s'imposer comme un lieu important d'entrepreneuriat au Québec où l'important c'est de maintenir nos emplois existants sans en créer de nombreux autres Désirons-nous poursuivre le développement immobilier ou commercial de la ville en cherchant un meilleur équilibre de tous les quartiers ou préférons-nous le statu quo et une ville dont le développement se décide selon les humeurs du moment?

Néanmoins, Sherbrooke doit devenir une ville à taille humaine, appartenant à ses habitants, une ville intelligente qui carburera à l'économie du savoir et qui sera capable de devenir une ville avec des pratiques démocratiques novatrices qui en feront un centre urbain majeur au Québec, le troisième pôle urbain avec Montréal et Québec. Sherbrooke doit devenir le phare de notre avenir commun. Soyons attentifs lors de la prochaine campagne électorale aux propos des uns et des autres. Faisons notre choix en fonction des questions et des réponses qui seront données aux défis qui se posent à notre avenir. La question qui se pose est : qui sera en mesure de relever les défis de l'avenir ?


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Philippe Couillard, fils spirituel d’Adélard Godbout

Philippe Couillard, fils spirituel d’Adélard Godbout
Trouver le point d’équilibre…

Trouver le point d’équilibre…
NOS RECOMMANDATIONS
Construire ou brûler?

Construire ou brûler?
Un homme au lourd passé judiciaire s’en prend à sa conjointe

Un homme au lourd passé judiciaire s’en prend à sa conjointe
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Jean Coutu - Sylvie Lussier & François Maltais
 
Tourisme Cantons-de-l'Est
Vendredi, 15 décembre 2017
5 façons de profiter de la neige ce week-end!

Fontaine Panneton Joncas Bourassa & Associés
Jeudi, 14 décembre 2017
Interdiction d’animaux dans les logements et zoothérapie: qu’en est-il exactement?

Bedon & bout'chou
Jeudi, 14 décembre 2017
Rituels et souvenirs familiaux

Alexandre Dagenais
Jeudi, 14 décembre 2017
Offrez-vous la permaculture pour Noël!

Sarah-Eve Desruisseaux
Jeudi, 14 décembre 2017
Je te lève mon verre, année 2017 !

Daniel Nadeau
Mercredi, 13 décembre 2017
La fin de la lune de miel de Justin

Marianne Therriault
Mercredi, 13 décembre 2017
Au secours! J’ai raté mes cheveux!

William Lafleur
Mercredi, 13 décembre 2017
Construire ou brûler?

Domino's Pizza
Sherbrooke et Magog : une seule voix pour l’économie de la région Par Cynthia Dubé Lundi, 11 décembre 2017
Sherbrooke et Magog : une seule voix pour l’économie de la région
Cinq blessés dans un accident causé par la vitesse Par Cynthia Dubé Vendredi, 15 décembre 2017
Cinq blessés dans un accident causé par la vitesse
Construire ou brûler? Par William Lafleur Mercredi, 13 décembre 2017
Construire ou brûler?
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous