SAQ_Mondial_des_cidres_2102
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 25 février
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
SAQ_Mondial_des_cidres_2102
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 3 octobre 2016

La sauce à spaghetti



 Imprimer   Envoyer 

À vos tablettes électroniques ou vos calepins de notes, je vous donne la recette ultime du repas tout aussi ultime : la sauce à spaghetti.

Mais non, je ne vous donnerai pas de recette. Mais non... De toute façon, ça contient bien trop d'ingrédients, une sauce à spaghetti!

Je goûtais une nouvelle sauce, ces jours-ci. Une sauce préparée par une amie. Qui tient la recette de sa belle-mère. Oui, oui, ça peut marcher, aussi, une sauce à spaghetti de la belle-mère. Après tout, avant d'être une belle-mère, elle a été une mère! Et c'est toujours la recette de sa mère qui est la meilleure. Au risque de faire chicanes dans le couple.

Pour moi, la sauce à spaghetti, c'est tellement plus qu'une série d'ingrédients et de'instructions! La mémoire olfactive étant la plus puissante, dit-on, je n'ai aucun mal à me rendre, dans le dédale de mes souvenirs, sur la route de mon enfance. J'entrouvre la porte de la maison et l'odeur est là. Celle de la sauce à spaghetti. Celle qui annonce un petit bonheur. Celle qui réconforte.

Je me souviens d'une journée où mon corps ne « feelait» pas bien du tout. Au souper, enroulé dans les couvertures de mon lit, je me disais que je ne mangerais pas. Me semble que rien ne me tentait. On devrait écouter son corps, dans ces conditions, non? C'est ce que j'ai fait. J'ai avisé maman que je n'allais pas manger. Que je « feelais » encore un peu croche. J'ai quitté ma chambre pour aller à la salle de toilettes et là, elle m'a surpris. Comme en flagrant délit. L'odeur de la sauce à spaghetti. Ne serait-ce que pour déjouer la terrible injustice qui me guettait (celle de ne pas pouvoir manger de spaghetti), j'ai défié mon corps et je me suis présenté à table.

Hey, bien, c'est confirmé, le spaghetti guérit aussi.

La sauce à spaghetti (ou une autre recette marquante), c'est plus qu'un repas. C'est un repère. C'est la maison. La sécurité qu'elle représente. C'est l'endroit où on sait qu'on a une place. L'endroit où pas grand-chose ne peut nous arriver.

Comme plusieurs, j'ai retranscrit la recette de sauce à spaghetti de maman. Mais maman a cette manie de souvent préciser ses quantités par le mot « au goût ». Ça aide pas, ça!

De toute façon, quoi qu'on fasse, on dirait que ça ne goûte jamais tout à fait pareil. Et c'est probablement mieux ainsi. Pour qu'un élément devienne un repère dans la vie de quelqu'un, ça prend une touche personnelle. La touche qui fait évoluer les choses. Qui tisse, même sur la base d'une recette commune, une toile un peu différente de celle qui nous a protégés un jour.

Des fois, je me dis que quand une maman (ou un papa qui fait de la sauce à spaghetti!) meurt, il y a une sauce à spaghetti qui nous quitte. Mais la recette demeure, épicée de souvenirs et de bons moments. Une recette qui demande à être faite et refaite un peu différemment, juste pour s'assurer qu'elle devienne un repère pour quelqu'un d'autre.

En mangeant la sauce à spaghetti concoctée par mon amie, voilà que j'avais cette impression un peu étrange de mettre la fourchette dans l'univers de quelqu'un d'autre, comme si ce quelqu'un me racontait un souvenir de son enfance.

La recette peut être relevée ou pas, c'est selon. Mais quoi qu'il en soit, c'est toujours fort, une sauce à spaghetti...

Clin d'œil de la semaine
Phrase potentiellement dangereuse: « C'est la sauce à spaghetti de ma mère. Elle est relevée et bien épaisse... »


Résidence Le Boisé du Lac dec 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Savoir d’où on vient : des funérailles jusqu’à la nation

Savoir d’où on vient : des funérailles jusqu’à la nation
Mais demain matin, m’aimeras-tu un peu?

Mais demain matin, m’aimeras-tu un peu?
Scie à Chaine Claude Carrier fév 2021
NOS RECOMMANDATIONS
Stressé ? Respire par le nez !

Stressé ? Respire par le nez !
Prise 2 pour les spectacles gratuits de l’OSS

Prise 2 pour les spectacles gratuits de l’OSS
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Carnaval de Sherbrooke 2021
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Dominos février 21
 
Me François Sylvestre
Jeudi, 25 février 2021
Le Choix d’un liquidateur : Une décision pas toujours si simple!

François Fouquet
Lundi, 22 février 2021
Entre Woke et Ward

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 19 février 2021
Stressé ? Respire par le nez !

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
SAQ_Mondial_des_cidres_2102
Un Mondial des Cidres réinventé pour l’Empreinte Par Megan Foy Vendredi, 19 février 2021
Un Mondial des Cidres réinventé pour l’Empreinte
Opération IMPACT : une journée chargée pour les policiers Par Maxime Grondin Lundi, 22 février 2021
Opération IMPACT : une journée chargée pour les policiers
L’apport d’un mentor en entrepreneuriat de Sherbrooke reconnu Par Maxime Grondin Samedi, 20 février 2021
L’apport d’un mentor en entrepreneuriat de Sherbrooke reconnu
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous