Musée Nature Science relache 2021
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
Salon Priorité Emploi fev 21
ACTUALITÉS / Estrie
Maxime Grondin Par Maxime Grondin

Mercredi, 10 février 2021

Un projet pilote pour la récupération des masques lancé par le CIUSSS de l’Estrie



 Imprimer   Envoyer 
Manon Larivière, directrice des services techniques du CIUSSS de l'Estrie – CHUS, lors de la conférence de presse.

Depuis le début de la pandémie, le masque est devenu un outil indispensable pour la population. Toutefois, l'empreinte écologique qu'il laisse demeure importante. C'est pour cette raison que le CIUSSS de l'Estrie - CHUS annonce un projet pilote afin de récupérer les masques chirurgicaux.

À eux seuls, les établissements de santé de ce réseau se font distribuer environ 50 000 masques par semaine. Cette initiative vise ainsi à éviter un engorgement au sein des sites d'enfouissement.

« Le contexte actuel lié à la COVID-19 a certainement mis en lumière un enjeu et des préoccupations environnementales avec l'augmentation en termes de volume d'utilisation de masques chirurgicaux, mais aussi d'équipements de protection individuelle (EPI), qui sont à usage unique. On sait qu'au-delà de la pandémie, quand on va revenir à la normalité, l'utilisation des masques chirurgicaux et des EPI vont rester », explique Manon Larivière, directrice des services techniques du CIUSSS de l'Estrie - CHUS.

Ce projet se fera en collaboration avec différents partenaires locaux, soit l'Université de Sherbrooke (UdeS), MGA Environnement et CRB Innovations. En ce qui concerne l'UdeS, elle récupère ses masques chirurgicaux depuis le mois d'octobre. Tout comme le CIUSSS, elle doit gérer d'énormes quantités d'EPI à usage unique.

Patrice Cordeau, vice-recteur adjoint au développement durable à l'Université de Sherbrooke, soutient qu'avec une telle quantité des coûts astronomiques s'en dégagent. Bien que l'environnement soit important, une gestion administrative efficiente doit tout de même être suivie. Selon ses dires, les coûts d'enfouissement pour le projet pilote se situent à 120 dollars la tonne, alors que sur le marché, il est question de 10 000 dollars la tonne.

« En ce moment, les institutions au Québec ont le choix difficile de dire : "Oui, je veux faire quelque chose pour l'environnement, oui je veux récupérer mes masques. Mais je dois aussi justifier la dépense auprès de ma direction et mes administrateurs". C'est là toute la beauté du projet, pour les grands générateurs que sont les hôpitaux, les institutions, il y aura une solution un peu plus acceptable au niveau social et environnemental », mentionne-t-il.

Une revalorisation des masques

Au cours des prochains jours, des bacs de récupérations seront installés aux portes des entrées principales de l'Hôtel-Dieu de Sherbrooke. Les employés de cet établissement pourront, de façon volontaire, déposer leur masque de procédure à ces endroits. Ceux-ci seront collectés et acheminés vers les partenaires afin d'être revalorisés.

Martin Gagnon, responsable du projet chez MGA Environnement tenant un exemple de ce composite compact lors de la conférence de presse virtuelle. Le matériel recyclé servira à la production de composites compacts, formé à 65 % de biomasse et à 35 % d'EPI. Ces disques seront fabriqués au Carrefour d'innovation sur les matériaux de la MRC des Sources. Ils serviront à la création d'énergie telle la chaleur, vapeur ou électricité. Ils pourraient également être transformés en éthanol ou méthanol, ou en matériaux de construction.

« Ce qu'on veut, c'est d'éviter l'enfouissement des EPI, mais aussi d'autres types de biomasses résiduelles urbaines. [...] Le composite que l'on va générer répondra aux critères environnementaux puisque le 65 % de biomasse vient compenser le carbone fossile dans la création d'énergie », assure-t-il.

Le coût de ce projet est de près de 300 000 $. Celui-ci vise le secteur industriel avec l'énergie produite grâce à la valorisation de la galette. M. Gagnon souligne également qu'il veut éventuellement ajouter les institutions scolaires qui ont de la difficulté avec les masques.

Long terme

Puisque le projet demande une grande logistique, le CIUSSS voulait le tester. Ainsi, avec l'expérience de l'hôpital Hôtel-Dieu, les possibilités de déploiement à des unités et à d'autres installations seront analysées.

C'est notamment pour cette raison que, lors de la première phase, ce sera uniquement les masques qui seront récupérés. À plus long terme, l'établissement vise à élargir le type de matières recueillies pour procéder à la collecte de l'ensemble des EPI.

« Grâce à cette initiative, ce sont des milliers de masques de procédure et autres EPI qui éviteront de se retrouver à l'enfouissement », se réjouit Mme Larivière. 



Résidence Le Boisé du Lac dec 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Les autobus scolaires de l’Estrie pourront être suivis en temps réel grâce à un projet pilote

Les autobus scolaires de l’Estrie pourront être suivis en temps réel grâce à un projet pilote
Une autre saison des sucres tourmentée

Une autre saison des sucres tourmentée
Scie à Chaine Claude Carrier fév 2021
NOS RECOMMANDATIONS
Cas possibles de variant de la COVID-19 au sein de deux écoles de la région

Cas possibles de variant de la COVID-19 au sein de deux écoles de la région
Entre Woke et Ward

Entre Woke et Ward
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Carnaval de Sherbrooke 2021
Inscription Infolettre EstriePlus.com
QT Recherche fév 2021
 
Me François Sylvestre
Jeudi, 25 février 2021
Le Choix d’un liquidateur : Une décision pas toujours si simple!

François Fouquet
Lundi, 22 février 2021
Entre Woke et Ward

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Musée Nature Science relache 2021
L’apport d’un mentor en entrepreneuriat de Sherbrooke reconnu Par Maxime Grondin Samedi, 20 février 2021
L’apport d’un mentor en entrepreneuriat de Sherbrooke reconnu
Cas possibles de variant de la COVID-19 au sein de deux écoles de la région Par Maxime Grondin Vendredi, 26 février 2021
Cas possibles de variant de la COVID-19 au sein de deux écoles de la région
Place au Carnaval de Sherbrooke Mercredi, 24 février 2021
Place au Carnaval de Sherbrooke
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
slimecut