Zoo voyage autour du monde 2020
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Sherbrooke se prépare pour des pluies abondantes
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
ACTUALITÉS / Estrie
Mercredi, 4 décembre 2019

Un conseiller municipal présente son plan pour Valoris


Le conseiller municipal du district de Deauville, Pierre Tremblay, reste perplexe quant à la possibilité que Valoris puisse se sortir de cette impasse.

 Imprimer   Envoyer 
crédit photo: Facebook; Pierre Tremblay conseillé municipal du district Deauville

La semaine dernière, le centre de valorisation des matières résiduelles Valoris a adopté son plan de redressement 2019-2021. Rappelons que ce plan a été diffusé sur le site de la corporation, lundi au début de la séance du conseil municipal.

Après avoir consulté le plan, le conseiller municipal du district de Deauville, Pierre Tremblay, reste perplexe quant à la possibilité que Valoris puisse se sortir de cette impasse. M. Tremblay a noté plusieurs points préoccupants à l'intérieur du plan de redressement et c'est pourquoi sa position reste inchangée. Il a donc décidé de présenter sa vision de l'avenir de Valoris et espère que le conseil municipal acceptera d'étudier ses idées.

Ayant la volonté d'être un élu constructif et pertinent dans ses commentaires, le conseiller municipal du district de Deauville a décidé d'étudier en détail la situation de Valoris et de proposer publiquement sa solution. Le conseiller Tremblay croit que la solution est comptable et non complexe. Elle réside davantage dans une stratégie simple et efficace.

« Je propose de mettre fin à l'hémorragie financière qui a déjà coûté des millions de dollars aux contribuables sherbrookois en fermant de façon temporaire Valoris. Je suis conscient que cela aura pour effet de mettre à pied temporairement des travailleuses et travailleurs, et cela me désole, mais je suis persuadé que c'est la solution pour repartir sur de meilleures bases. La fermeture n'est pas une finalité, ce sera l'occasion de se tourner vers le gouvernement pour lui demander de l'aide. Malheureusement, c'est souvent dans les cas extrêmes que les autorités gouvernementales interviennent. Si elles décident de ne pas le faire, on saura alors qu'elles ne nous aideront jamais», a annoncé Pierre Tremblay. La réflexion du conseiller quant à la participation gouvernementale réside dans le fait que depuis l'ouverture de Valoris, il y a dix ans, jamais le gouvernement ne s'est engagé à investir dans le projet. En cette période où de nombreux centres de tri ferment partout dans la province, il se demande pourquoi le gouvernement accepterait de venir en aide à Valoris. 

Le conseiller est bien conscient que nous devons tout de même disposer des déchets des citoyens. Il propose donc de lancer un appel d'offres pour enfouir les déchets des Sherbrookois à moindre coût dans un autre site d'enfouissement. Selon ses informations, il serait possible d'enfouir les déchets dans un site à l'extérieur de Sherbrooke pour 113 $ la tonne, incluant les frais de transport et les redevances au gouvernement du Québec. Il en coûtera 241 $ la tonne en 2020, si le statu quo est maintenu. C'est plus de la moitié moins de ce que coûte présentement l'enfouissement d'une tonne de déchets chez Valoris.

Selon le conseiller Tremblay, le compost serait toujours géré par Valoris, mais avec des effectifs réduits. La population devra être sollicitée afin qu'elle effectue le meilleur tri possible des matières recyclables, qui elles, sont dirigées vers Récup-Estrie, une régie performante qui s'autofinance et qui génère des profits.

 Pour M. Tremblay, il est évident que la Ville devra, à nouveau, octroyer un important montant à Valoris afin de maintenir son budget à flot. Le conseiller Tremblay est persuadé qu' un important montant sera emprunté par la Ville, qui possède une réputation solide devant les institutions financières, pour ensuite être remise à Valoris, qui l'administrera à sa façon. « Il est clair pour moi que Valoris se sert de la Ville pour emprunter à sa place, car jamais une institution financière n'accepterait de prêter une importante somme à une organisation qui base son futur sur des suppositions. »

Selon Tremblay, si Valoris était une PME et qu'elle se présentait devant un banquier pour emprunter plusieurs millions de dollars, la première demande de la banque serait sans doute de fournir une liste de clients ou de contrats. Or, les informations parues dans les médias font état de possibles clients importants dont l'identité doit rester secrète. Est-ce que la banque accepterait cette réponse? Pierre Tremblay aimerait bien savoir qui seront les mystérieux clients qui sauveront Valoris. Il maintient que la gestion d'une telle corporation doit se faire de la même façon que l'on gère le budget de notre famille ou de notre PME. Selon lui, la Ville de Sherbrooke et ses partenaires n'ont pas la capacité financière de maintenir Valoris en vie en injectant million après million.

 À la veille du dévoilement du budget 2020 de la Ville, Pierre Tremblay se questionne sur la véritable volonté des Sherbrookoises et des Sherbrookois. « Sachant qu'une partie de la hausse de taxes qui sera annoncée provient des débâcles financières de Valoris, je me demande jusqu'où nos citoyennes et nos citoyens souhaitent que nous allions dans ce projet. Sont-ils prêts à voir leur compte de taxes augmenter de façon drastique pour sauver Valoris? ». Il fait valoir que malgré que les dirigeants de Valoris soient de bonne foi et qu'ils travaillent fort pour trouver des solutions, il n'est plus possible pour la ville d'investir dans ce projet qui se voulait porteur, mais qui n'a malheureusement pas donné les effets escomptés. « Pour le bien de l'ensemble des contribuables, ainsi que pour la santé financière de notre ville, je souhaite sincèrement que le conseil se penche sérieusement sur ma proposition », a conclu Pierre Tremblay.

source: Pierre Tremblay

 


Hyundai Sherbrooke juillet 2020
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Le Service d’aide aux néo-canadiens: contribuer à l’intégration en région

Le Service d’aide aux néo-canadiens: contribuer à l’intégration en région
NOS RECOMMANDATIONS
Une 2e édition du magazine Memphrémagog...Vraiment!

Une 2e édition du magazine Memphrémagog...Vraiment!
Les palissades sur Wellington sud sont complétées

Les palissades sur Wellington sud sont complétées
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Geneviève Hébert députée juillet 2020
 
François Fouquet
Lundi, 3 août 2020
La terre plate, le masque et la peur

Sarah Beaudoin
Dimanche, 2 août 2020
Ce qui se passe dans ma chambre à coucher

Daniel Nadeau
Mercredi, 29 juillet 2020
Écrire son histoire…

Jérôme Blais
Mercredi, 29 juillet 2020
La stabilité de l'élan

Yves Nantel
Mardi, 28 juillet 2020
La fonte du pergélisol; c'est du sérieux

Jacinthe Dubé 21 juillet 20
Zoo voyage autour du monde 2020
Une 2e édition du magazine Memphrémagog...Vraiment! Par Anita Lessard Jeudi, 30 juillet 2020
Une 2e édition du magazine Memphrémagog...Vraiment!
Lydiane St-Onge : Ambassadrice du tourisme local Par Anita Lessard Mardi, 28 juillet 2020
Lydiane St-Onge : Ambassadrice du tourisme local
Laser Game Evolution : le défi de ramener la clientèle Par Anita Lessard Mardi, 28 juillet 2020
Laser Game Evolution : le défi de ramener la clientèle
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous