Musée Nature Science relache 2021
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
Salon Priorité Emploi fev 21
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 22 janvier 2018

La vie, la scène



 Imprimer   Envoyer 

Chaque jour, il pleut des vidéos sur les médias sociaux. Une pluie parfois rafraîchissante, parfois lourde. Mais une pluie constante. Difficile, souvent, dans un monde où la réalité est devenue virtuelle et même augmentée, de faire la part des choses. De trier ce qui est essentiel. Ce qui est réel.

Via le Web, on a un accès instantané, au moment où on le souhaite, à une panoplie de performances, de spectacles, de prestations plus ou moins professionnelles. La haute définition des écrans de nos bidules électroniques permet souvent d'avoir des images plus nettes que nettes, plus découpées que découpées... Mais vous savez quoi? Rien ne remplacera la prestation d'un être humain sur une scène. Installez 12 caméras avec un réalisateur qui fait le bon choix d'images au bon moment, rien ne remplacera l'état d'esprit, la relation entre le spectateur et l'artiste.

J'ai assisté au spectacle de « 2Frères » la semaine dernière. Un cadeau de moi à moi. Puis, à celui des Zapartistes samedi soir. Un cadeau de Noël.

Je suis ressorti du spectacle de « 2Frères » heureux, le cœur léger, la fonction « petit bonheur » était activée en moi. Je suis sorti du spectacle des Zapartistes troublé. Correctement troublé.

C'est ça la scène. Quelque chose d'organique qui nous entraîne quelque part. Ailleurs.

Vous connaissez les Zapartistes? Un groupe d'humour qui décortique l'actualité politique en faisant ressortir des travers parfois gros comme ça! Tellement gros qu'ils finissent par passer inaperçus! Certains prétendent que les Zapartistes sont de la gau-gauche, qu'ils ne valent pas la peine d'être vus. Je répondrais ceci : ils méritent d'être vus. En se rappelant que ce qu'on doit laisser au vestiaire, c'est son manteau. Pas son intelligence. Ni son esprit critique.

Revenons à la scène...

Pour les Zapartistes, pas de chichi. Pas de bombardements lumineux, d'effets de boucane et de mise en scène léchée. Des changements d'accessoires et de parties de costumes qui se font là, devant nous. Chacun des trois artistes a un lutrin devant lui. Les textes y sont. Comme une référence.

Mais le trouble ressenti n'est pas là. Pas du tout.

Les musiciens sont polyvalents. Et ils sont là! Pas d'enregistrements programmés savamment, nenon! Des musiciens. Bons. Présents. Participatifs.

Le trouble n'est pas là non plus.

J'ai ri de bon cœur et très souvent. La justesse du propos et des imitations réussit à nous transporter d'un univers à l'autre.

Le trouble, en fait, est autochtone, dans le spectacle de cette année.

Deux fois, un personnage des Premières Nations est incarné et vient s'adresser à nous sur scène. Deux fois, il est tassé du revers de la main avant de finir. La première fois, il se fait dire quelque chose comme : « Ce que vous avez à dire est important, mais ce n'est pas le moment... on vous fait signe » « M'a être là... ». Plus tard, il est interrompu encore : « On s'excuse beaucoup pour tout, mais ce n'est pas le bon moment dans le déroulement. On vous revient... » « M'a être là. J'ai toujours été là... »

Trouble. C'est tellement ce qu'on fait des autochtones depuis des siècles! Ce personnage m'a remué. Solidement...

À la fin du spectacle, le personnage de Trump est attaqué par un missile qu'on comprend venir de Corée du Nord. Il se sert de sa ceinture de champion de lutte pour contrer l'attaque. L'effet est d'une simplicité désarmante. Un missile en carton qui frappe une ceinture. Lumières rouges, effets sonores. On comprend que le modèle actuel mondial tombe.

Et l'autochtone revient. Il peut enfin s'adresser à nous. Calme. Sage.

Au-delà de nos tractations politiques, de notre recherche de performance, de notre acharnement à tout surexploiter, à démontrer sa grande supériorité, il y a cet oubli. Cet oubli de vivre en harmonie avec une nature bien plus grande que nous.

Comme l'autochtone le faisait avant qu'on vienne tout chambouler et coloniser...

Clin d'œil de la semaine

L'humain a besoin de la planète pour vivre. L'inverse n'est pas vrai...

 

 


Carnaval de Sherbrooke 2021
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Mais demain matin, m’aimeras-tu un peu?

Mais demain matin, m’aimeras-tu un peu?
Entre Woke et Ward

Entre Woke et Ward
Hyundai sherbrooke Fev 2021 Électrique
NOS RECOMMANDATIONS
Vaccination de masse : la campagne débutera le 15 mars en Estrie

Vaccination de masse : la campagne débutera le 15 mars en Estrie
Le gouvernement veut plus d’activités pour les aînés

Le gouvernement veut plus d’activités pour les aînés
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Carnaval de Sherbrooke 2021
Inscription Infolettre EstriePlus.com
QT Recherche fév 2021
 
Me François Sylvestre
Jeudi, 25 février 2021
Le Choix d’un liquidateur : Une décision pas toujours si simple!

François Fouquet
Lundi, 22 février 2021
Entre Woke et Ward

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Musée Nature Science relache 2021
Place au Carnaval de Sherbrooke Mercredi, 24 février 2021
Place au Carnaval de Sherbrooke
Le gouvernement veut plus d’activités pour les aînés Par Maxime Grondin Lundi, 22 février 2021
Le gouvernement veut plus d’activités pour les aînés
Semaine de relâche : une présence accrue des policiers Par Maxime Grondin Jeudi, 25 février 2021
Semaine de relâche : une présence accrue des policiers
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous