Destination_Sherbrooke_lumière
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan Covid du 1er décembre
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
En Estrie
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 15 février 2021

Mais demain matin, m’aimeras-tu un peu?



 Imprimer   Envoyer 
Photo by form PxHere

Le calendrier est régulier comme une horloge. Il égrène ses dates de façon prévisible et parfois douloureusement régulière.

À partir du 1er février, on sait bien que ça s'en vient. Le temps qui passe vite ou moins vite n'est que perception. Un beau matin, et on sait exactement quand, la St-Valentin sera là. L'ultime date qui célèbre l'amour, a-t-on décidé, sans trop se demander qui est le « on ».

C'est grand l'amour!

L'amour est cette patente pas toujours rationnelle qui peut te greffer des ailes ou te plomber les pieds. C'est selon. Quand l'amour s'invite (sans être invité, généralement), il te révèle souvent à toi-même! Il te trouve des forces que tu ne connaissais pas et dévoile des faiblesses que tu arrivais à camoufler jusque-là.

Au fil des siècles, des artistes ont multiplié les plateformes pour exprimer cette affaire invisible qui peut nous posséder ou nous déposséder...

Le titre de la chronique vient de « Ce soir l'amour est dans tes yeux », chanson interprétée par Martine St-Clair (et brillamment revue par Louis-Jean Cormier, en passant). « Ce soir, l'amour est dans tes yeux ». Le titre de la chronique arrive juste après: "mais demain matin, m'aimeras-tu un peu?"

Il y souvent des « mais » en amour.

C'est comme ça parce que l'amour est ressenti. Et ce qu'on ressent est une perception. Et la perception qu'on a d'une chose n'est pas la même que celle qu'aura autrui.

C'est peut-être terre à terre, un brin non romantique, mais c'est de même!

Je n'en sais pas plus que vous sur l'amour. Pas moins non plus. Je ne crois pas en avoir manqué, loin de là. Je suis certain de ne pas l'avoir toujours bien géré. C'est de même...

Mais quelques éléments s'impriment dans ma perception de ce qu'est l'amour.

La plus récente (et je crois l'avoir partagée avec vous déjà), c'est qu'entre deux personnes, au fil des ans, il y a un état d'une grande noblesse qui s'invite. Cet état s'installe doucement, quand on lui en laisse la chance. Longtemps, il se tient caché derrière l'amour passion, l'amour raison, l'amour parental et tous les autres états de l'amour. Un beau matin, je ne sais pas exactement quand, il sort de l'ombre et là, ça y est, on réalise que l'autre, celle ou celui qui nous accompagne, est devenu une compagne ou un compagnon de vie.

Compagne ou compagnon de vie : l'ultime état de l'amour! Celui qui a résisté au temps et aux intempéries.

En chanson

J'entendais cette semaine qu'il se dépense environ 3 milliards de dollars à la St-Valentin au Canada.

C'est utile pour les uns. Inutile pour les autres. Ça met une pression sur quiconque n'est pas en couple pour les uns. Ça célèbre le couple pour d'autres. Ou ça représente bien des cadeaux pour se faire pardonner quelque chose (pour les plus sarcastiques)!

L'amour est davantage une route qu'une destination. Et on réalise où on était sur le chemin quand l'autre nous quitte, je crois bien.

Il me vient trois petites perles d'engagement (il y a bien d'autres, je sais!) qui percolent dans des textes de chansons d'amour. C'est l'engagement qui mène au statut de compagne ou compagnon de vie.

« On va s'aimer encore. Au travers des doutes, des travers de la route », écrit Vincent Vallières.

« C'est quand notre prénom a l'air d'un mot gentil », chante Ginette Reno.

« Si le courage s'éteint, par malheur, un beau matin, resteras-tu là, à veiller sur ma tête en bois? », demande Jipé Dalpé.

De bien belles perles qui me rassurent aussi sur cet aspect : l'amour que l'artiste célèbre ne s'abreuve pas qu'à la source d'eau de rose...

 

Clin d'œil de la semaine

Un mets bien choisi à la St-Valentin n'effacera le mais de l'amour le lendemain.    
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
À mon nouveau conseil municipal

À mon nouveau conseil municipal
Le centenaire et l’autobus

Le centenaire et l’autobus
Destination_Sherbrooke_etincelles_2
NOS RECOMMANDATIONS
Sécurité des sans-abris, le milieu se mobilise

Sécurité des sans-abris, le milieu se mobilise
150 personnes pour la sauvegarde l’urgence de Coaticook

150 personnes pour la sauvegarde l’urgence de Coaticook
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Musée_nature_science_bigbox
 
François Fouquet
Lundi, 6 décembre 2021
Lib-lib-lib, lib-libre…

Yves Nantel
Vendredi, 3 décembre 2021
La Solution: quatre voies s'affrontent

Daniel Nadeau
Mercredi, 1 décembre 2021
La politique québécoise s’emmêle…

JD_NOVEMBRE_2021
Destination_Sherbrooke_etincelles_1
Fermeture d’écoles à Sherbrooke et Magog Par Daniel Campeau Vendredi, 3 décembre 2021
Fermeture d’écoles à Sherbrooke et Magog
Bilan Covid 19 du 1er décembre Par Daniel Campeau Mercredi, 1 décembre 2021
Bilan Covid 19 du 1er décembre
Les Marchés de Noël abondent en Estrie Par Catherine Blanchette Mardi, 30 novembre 2021
Les Marchés de Noël abondent en Estrie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
-