Automobiles Val Estrie dec 2019
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Sherbrooke aura son projet pilote pour la collecte du verre
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
Station Vacances 2019
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 6 novembre 2013

Les lundis de Rejean Hebert



 Imprimer   Envoyer 

J'ai beaucoup d'estime pour le député de Saint-François et ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Rejean Hébert. Anecdote, il fut l'un de mes premiers patrons alors qu'à l'âge de 16 ans j'étais moniteur à L'O.T.J. de Charny et que M. Hébert était mon moniteur en chef.

Déjà, Rejean Hébert avait un charisme certain et beaucoup de leadership. Son élection comme député de Saint-François l'année dernière pour succéder à mon amie Monique Gagnon Tremblay m'avait d'une certaine façon réjouie. Je croyais alors à sa capacité d'exercer un véritable leadership en région comme Monique Gagnon-Tremblay avait réussi à si bien le faire durant sa longue et fructueuse carrière à l'Assemblée nationale du Québec. Il faut dire que jusqu'à maintenant je suis un peu resté sur ma faim.

Un monde nouveau dominé par le libre-échange avec les États-Unis et l'Europe

Depuis l'élection du gouvernement du parti québécois, peu de choses ont changé en Estrie. Bien sûr, le gouvernement du Québec manifeste sa présence dans des annonces d'autoroutes déjà prévues, mais non budgétées nous dit-on, les établissements de santé et des services sociaux reçoivent bien des contributions gouvernementales pour leurs projets d'immobilisation et le gouvernement Marois vient d'annoncer à nouveau des subventions à des entreprises existantes, le cas de Neptune en est une illustration parfaite. Mais que nous propose donc le leader régional Rejean Hébert pour notre région? Que souhaite-t-il que notre région devienne? Comment voit-il notre avenir dans un monde où le libre-échange avec les États-Unis et celui à venir de l'Europe s'annoncent comme notre cadre de référence?

Un projet porteur pour l'Estrie : l'art de vivre

La région de l'Estrie est l'une des plus petites de toutes les régions administratives du Québec. Elle est parmi les moins populeuses, elle ne compte que 3 % de la population du Québec. Néanmoins, elle dispose d'atouts exceptionnels comme la présence de deux universités, dont une, l'Université de Sherbrooke, qui s'illustre particulièrement dans le domaine de la recherche. C'est aussi une région qui compte sur des atouts naturels de très grande qualité comme la région Magog-Orford, la région de Lac-Mégantic. Une région qui a aussi des atouts certains dans le domaine de l'industrie manufacturière et qui dispose d'un vaste réservoir de producteurs de terroirs qui rend l'art de vivre crédible pour notre positionnement comme région.

Des dossiers laissés en plan

Depuis l'arrivée du gouvernement Marois au pouvoir, notre région a beaucoup perdu plus qu'elle n'a gagné. La suppression du prêt de l'industrie de l'amiante pour des raisons de santé publique, la catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic (dossier très bien géré celui-là par le gouvernement du Québec), les conséquences prévisibles du futur traité de libre-échange avec la communauté européenne pour nos producteurs fromagers locaux et la réduction des budgets de nos universités. Un bilan qui n'est pas marqué par le succès et par une vision transcendante.

La faute de qui?

Est-ce dire que tout cela est de la faute de Rejean Hébert et de son gouvernement? La réponse à cette question n'est ni noire, ni blanche. Néanmoins, certains de ces dossiers sont liés à des décisions du gouvernement Marois c'est indiscutable. La fin de l'industrie de l'amiante est un exemple. Les compressions budgétaires dans nos universités sont directement liées à des décisions du gouvernement. Ce qui est le plus dommage cependant c'est l'absence de vision et de leadership pour proposer aux gens d'ici un projet, une vision d'avenir stimulante qui soient autre chose que la part légitime de l'Estrie dans les dépenses gouvernementales. Il va de soi que l'on investisse dans notre CHUS c'est un hôpital universitaire qui dessert une région beaucoup plus vaste que la nôtre. Il est aussi dans l'ordre des choses que nous ayons notre juste part des investissements dans les projets d'infrastructure. Mais quel est donc le projet et quelle est la vision de Rejean Hébert pour singulariser la région de l'Estrie et la ville de Sherbrooke, sa capitale régionale, dans le grand concert des économies à valeur ajoutée de demain à l'échelle internationale?

Un aéroport et une capitale dynamique

Une piste de solution à privilégier est surement le dossier de l'aéroport de Sherbrooke. Ce dossier piloté par le maire de Sherbrooke Bernard Sévigny a vraiment besoin d'un coup de pouce de tous les leaders de notre région. La décision du gouvernement du Canada est inqualifiable. Ne pas reconnaître que Sherbrooke, le troisième pôle urbain du Québec avec les régions de Québec et Montréal, a besoin d'un aéroport est une injustice flagrante à l'endroit de Sherbrooke, de l'Estrie et du Québec. Ce dossier mériterait de se retrouver sur la liste des dossiers à régler du ministre Cloutier. C'est un dossier majeur pour Sherbrooke et son avenir. Je m'explique mal la modestie du ministre responsable de notre région dans ce dossier. Comme je m'explique mal le fait que le ministre de la Santé et des Services sociaux n'ait pas jusqu'ici pensé à un projet moteur pour lancer sur des bases solides notre filière des Sciences de la vie à Sherbrooke. Un projet structurant dans cette filière serait une panacée pour Sherbrooke et pour l'Estrie et surtout pour le comté de Saint-François. Ce gouvernement, qui veut faire du Québec un pays et qui a lancé ces dernières semaines un vaste plan d'action en économie est-il en panne d'imagination pour donner à Sherbrooke et à l'Estrie un projet d'avenir et une vision emballante. Notre député-ministre serait-il déjà en panne d'imagination? Ça promet pour l'avenir...

À la défense de l'arrondissement de Bromptonville

Si le député de Saint-François ne propose pas de projets emballants pour l'économie de Sherbrooke et de l'Estrie, il a cependant des idées sur l'organisation administrative de la ville de Sherbrooke. Il se questionne sur la disparition de l'arrondissement de Bromptonville et propose que l'on doive agir avec équité avec les communautés anglophone et francophone niant ainsi le fait évident que Lennoxville est la capitale culturelle de la communauté anglophone et que cela s'inscrit dans notre histoire. Je suis étonné de l'intérêt de notre député de Saint-François et ministre régional pour une question d'intendance municipale alors que cette question vient d'être réglée dans le cadre d'un scrutin municipal où ce projet qui fait titiller le ministre régional était au cœur de l'engagement du maire réélu et de son équipe, Bernard Sévigny et le Renouveau sherbrookois. J'ose espérer que monsieur Hébert ne se transformera pas en juge le moment venu à l'Assemblée nationale et que sa conviction personnelle et ses intérêts électoraux ne viendront pas interférer avec la volonté claire des gens de Sherbrooke dont l'opinion claire a été traduite dans les résultats de la dernière élection municipale.

Nous avons besoin d'un leader pour défendre l'Estrie à Québec

La décision du gouvernement Marois de ne pas convoquer aux urnes les Québécois cet automne donne plus de temps à Rejean Hébert pour s'affirmer comme un leader pour notre région. S'il ne le fait pas, ce n'est pas parce qu'il n'en a pas le talent. Sa feuille de route comme ministre de la Santé et des Services sociaux témoigne éloquemment de son talent de communicateur et de leader. Il faut simplement qu'il en ait l'intérêt et qu'il développe une vision de notre avenir comme a su si bien le faire Sherbrooke Innopole pour l'avenir économique de Sherbrooke. Pour cela cependant, il faudra à Rejean Hébert un projet et un discours plus articulés que celui qu'il nous démontre dans ses « photo-up » du lundi. Les relations publiques c'est bien, mais les idées c'est mieux...

Tweet de la semaine : « Dans une très belle photo, il y a souvent du hasard; rarement dans un très beau texte » dans Bernard Pivot, Les tweets sont des chats, Paris, Albin Michel, 2013, p.96

Pour commentaires : dnadeauestrieplus@gmail.com


Entrepôt Chaussures Prix 27 nov 2019
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Le Canada aujourd’hui

Le Canada aujourd’hui
Le fouillis de l’immigration

Le fouillis de l’immigration
NOS RECOMMANDATIONS
34 chefs d'accusations Guillaume DUCLOS-FERLAND 21 ans

34 chefs d'accusations Guillaume DUCLOS-FERLAND 21 ans
Quoi faire ce week-end

Quoi faire ce week-end
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Fondation Rock-Guertin 2019
Mieux conserver ses aliments pour moins gaspiller concours
OSS - Grand concert de Noël Simons 2019
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 4 décembre 2019
Reconquérir le Québec

François Fouquet
Lundi, 2 décembre 2019
Ultimes indicateurs de performance

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 29 novembre 2019
Qualitarisme alimentaire, vous connaissez?

Des horodateurs dans les rues de Magog Jeudi, 28 novembre 2019
Des horodateurs dans les rues de Magog
Travaux à surveiller cette semaine à Sherbrooke Lundi, 2 décembre 2019
Travaux à surveiller cette semaine à Sherbrooke
34 chefs d'accusations Guillaume DUCLOS-FERLAND 21 ans Lundi, 2 décembre 2019
34 chefs d'accusations Guillaume DUCLOS-FERLAND 21 ans
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous