RADIO-CANADA SEPT 21
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 17 septembre
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
VIEUX-CLOCHER_8_SEPT
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 15 septembre 2021

Les bonnes consciences



 Imprimer   Envoyer 

Incroyable, mais vrai. La campagne électorale fédérale, terne à souhait, vient réveiller de vieux démons au Canada anglais à l'endroit du Québec et laisse le Québec pantois devant l'expression d'un mépris décomplexé à l'égard de la langue et de la culture française. Nul Québécois ne peut rester indifférent devant la charge de la modératrice Shachi Kurl, de l'entreprise de sondage Angus, à l'endroit du chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet. Cela a marqué le débat en langue anglaise jeudi dernier et redonné de l'élan à la campagne du Bloc au Québec. La sortie énergique du premier ministre Legault dans son uniforme de capitaine Québec est venue confirmer son intervention musclée dans une campagne électorale fédérale. Réflexions libres sur une élection aux allures improbables.

Les débats

La semaine dernière, nous avons eu droit à deux débats électoraux du consortium des médias mercredi avec le débat en français et jeudi avec le débat en anglais. Des débats, un mot peut-être trop fort, pour décrire les échanges aseptisés des chefs en présence. N'eût été l'intervention largement médiatisée de la modératrice Shachi Kurl au débat anglais, ces événements auraient été de non-événements. Il faut dire, je l'écrivais dans ma dernière chronique, que la présente campagne électorale ne donne pas lieu à de véritables confrontations d'idées sur les véritables enjeux qui préoccupent les Canadiennes et les Canadiens. À titre d'illustration, il est évident que la lutte aux changements climatiques sera un enjeu majeur non seulement pour le Canada, mais pour l'ensemble de la planète. On en parle bien sûr. On devise sur le mérite des uns et des autres, mais on perd la citoyenne ou le citoyen dans des débats de pourcentage de réduction du taux d'émission de gaz à effet de serre dans des horizons temporels lointains sans dire un mot sur ce que signifiera la chute du taux d'émission dans nos vies quotidiennes dans nos façons de nous alimenter, de voyager, d'habiter nos quartiers et même de travailler et de nous recréer. La lutte aux changements climatiques se traduira à terme par des changements majeurs dans nos modes de vie. Qui des chefs en présence parlent de ces enjeux. La chef du Parti vert, Annamie Paul, n'en fait même pas son crédo. C'est tout dire.

Armes à feu, financement de la santé, pandémie, politique internationale, immigration, querelles de juridictions fédérales-provinciales, avortement, liberté religieuse et réconciliation avec les peuples premiers du Canada, tous des thèmes effleurés, mais qui ne font pas l'objet de véritables débats et d'échanges qui permettraient aux Canadiennes et aux Canadiens de bien saisir l'ampleur des enjeux soulevés. Les débats des chefs sont des formules à revoir et la couverture médiatique des campagnes électorales devrait faire la différence entre ce que constitue une approche qui favorise les débats et les échanges d'idées et celle qui privilégie la mise en contradiction systématique des positions des partis afin de favoriser une course de chevaux où nous sommes invités à prédire les gagnants à l'aide des analystes et des commentateurs. Il serait plus indiqué que l'on mette en contexte la nécessité de préserver la culture et de la langue française en Amérique du Nord plutôt que de démoniser une autorité qui doit protéger sa collectivité française dans un océan anglophone. Cela serait plus indiqué que de se livrer à du Quebec bashing...

Quebec Bashing

Ce n'est pas d'aujourd'hui que les élites canadiennes-anglaises tout particulièrement celles qui proviennent du milieu des médias ou des intellectuels se cambrent contre le Québec. Pendant longtemps, le Québec a été vu comme une Priest-riding Society, peuplé de sorte d'attardés mentaux rébarbatifs à la démocratie. Le père de l'actuel premier ministre du Canada Justin Trudeau, Pierre Elliott Trudeau a jadis écrit que les Québécois n'aimaient pas la démocratie. Dans l'histoire politique canadienne, il n'y a pas que la chef du Parti vert, Annamie Paul, qui voulait éduquer les Québécois. Cette idée purement canadienne-anglaise que le Canada était supérieur moralement au Québec n'est pas apparue jeudi soir dernier. Le mépris à l'endroit du Québec est à la mode au Canada. Rappelons l'affaire Alexandra Duval, les hauts cris de certains quant à l'affirmation nationale du Québec par la défense de sa langue et de sa culture et bien sûr toutes ces fadaises sur le racisme présumé du Québec qui s'exprime à la fois par la Loi 21 sur la laïcité et son refus de reconnaître la présence de discrimination systémique sur son territoire par le gouvernement du Québec.

Pourtant, ce regard méprisant pourrait faire son autocritique s'il se donnait la peine de regarder les faits quant au traitement réservé aux minorités dans l'histoire. Le Québec n'a sûrement pas de leçons à recevoir des élites canadiennes qui ont enfermé les Premières Nations dans des réserves et qui ont des conditions de vie qui rivalisent avec celles que nous pouvons retrouver dans les pays les plus pauvres du monde. Un Canada élitiste toujours prêt à défendre une minorité, mais qui refuse de reconnaître la discrimination systémique du Québec français au Canada. Si le Canada ne veut plus du Québec, il devrait en prendre acte et nous le dire. Au fond ce qui passe mal pour le Canada anglais c'est qu'au Québec il existe une communauté majoritaire francophone qui a des valeurs similaires à celles qui prévalent chez nos voisins canadiens. Ils n'ont pas le monopole de la vertu. Cela se traduit par du mépris...

Les dés sont jetés

Quoi que l'on puisse penser de l'opportunité ou non d'inviter les Canadiennes et les Canadiens aux urnes, nous y sommes. Nous devons nous choisir un gouvernement en pleine crise de 4e vague de la pandémie de la COVID-19 et de ses variants. D'ailleurs, le vote a commencé ce dernier weekend. J'ai été voté vendredi dernier au Club de golf de Sherbrooke. Dans un bureau de scrutin, tout parait normal. Il y a une affluence régulière au bureau de scrutin même s'il est trop tôt pour savoir s'il y aura un effet pandémie sur le taux de participation électorale.

Le vin est tiré. Il faut choisir laquelle des formations politiques en présence est la plus apte à combattre la pandémie et à relancer notre économie. Il est hasardeux de penser aujourd'hui que nous retrouverons notre vie d'avant. La crise actuelle bat au rythme d'une quatrième vague, celle des non-vaccinées et de la lutte aux changements climatiques et de ses effets destructeurs sur nos vies ont des chances de faire de l'actuelle crise un faible reflet de ce qui nous attend au tournant de la deuxième moitié du 21e siècle au Canada.

Il reste que choisir un candidat pour lequel nous allons voter est un exercice plutôt facile si nous le faisons avec une grille d'analyse sur les éléments qui sont fondamentaux pour nous. De toutes les questions présentement au programme politique, il m'apparaît que c'est la lutte aux changements climatiques qui est la plus urgente. La question de la réconciliation, quel drôle de mot j'y préfère reconnaissance, avec les peuples autochtones est aussi en tête de ma liste. La question du financement du système de santé devrait aussi être l'objet des préoccupations des Canadiennes et des Canadiens tout comme l'inflation et l'équilibre budgétaire.

Non, je n'ai pas trouvé dans une formation politique en présence la satisfaction de tous mes critères avec toutes les nuances que la complexité du réel nécessite, j'ai cependant fait un choix éclairé à mon sens. Un choix libre de toute influence, même pas celle du premier ministre Legault qui m'indiquait pour qui ne pas voter. J'ai trop confiance à votre jugement et à votre intelligence pour vous dire pour qui ou pourquoi voter. Je vous reparlerai des résultats de cette drôle d'élection dans ma prochaine chronique du 22 septembre.

En attendant, je vous souhaite bon vote et j'espère que tout comme moi vous ferez un choix éclairé et que vous refusiez de voter pour vous donner bonne conscience...


ECOLOBOUTIQUE AUG 2021
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Panne d’inspiration

Panne d’inspiration
La mouche du coche

La mouche du coche
RADIO-CANADA SEPT 21
NOS RECOMMANDATIONS
Moins de collisions mortelles dans la région lors de la période estivale

Moins de collisions mortelles dans la région lors de la période estivale
Une saison en présentiel pour l’Orchestre symphonique de Sherbrooke

Une saison en présentiel pour l’Orchestre symphonique de Sherbrooke
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Coop Funéraire arrangements oct 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Boucherie du terroir B nov 2020
 
Me Catherine Chouinard
Jeudi, 16 septembre 2021
Quittance ou Mainlevée?

Daniel Nadeau
Mercredi, 15 septembre 2021
Les bonnes consciences

François Fouquet
Lundi, 13 septembre 2021
Si on ne peut se fier au passé!

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Quoi faire ce weekend? Par Catherine Blanchette Jeudi, 9 septembre 2021
Quoi faire ce weekend?
Dépister le cancer du poumon plus tôt pour plus de chances de s’en sortir Par Maxime Grondin Lundi, 13 septembre 2021
Dépister le cancer du poumon plus tôt pour plus de chances de s’en sortir
Sherbrooke : un individu recherché pour vol Par Maxime Grondin Vendredi, 10 septembre 2021
Sherbrooke : un individu recherché pour vol
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
slimecut