Sherbrooke pour emporter
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Un homme recherché pour agression sexuelle
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
DÉCOUVERTES / Découvertes
Samedi, 10 octobre 2020

Ma santé mentale, notre trouble social



 Imprimer   Envoyer 

Dans le cadre de la Journée mondiale de la santé mentale, une jeune immigrante témoigne de son parcours, et offre, par le fait même, un espace de réflexion et de dialogue.

C'est à cœur ouvert que je me présente devant ton écran pour souligner la Journée mondiale de la santé mentale! C'est avec lourdeur que je veux te faire part de mon témoignage. Oui, tu ne me connais pas, mais je veux que tu retiennes seulement que je suis une jeune africaine d'origine camerounaise, qui vit au Canada depuis 2016. J'espère qu'après m'avoir lu, tu vas être sensible à mon histoire et en t'y reconnaissant juste un peu, j'espère que la prochaine fois, tu seras là pour moi, pour toi, ou pour l'inconnu que tu trouveras dans la situation que je vais te décrire.

À l'âge de 16 ans, alors vivant en France, je fus diagnostiquée de la bipolarité. Après ce diagnostic, ma vie s'est vu être sérieusement bouleversée. Le plus difficile dans mon parcours fut l'approche avec laquelle les divers membres de ma famille et mes amis ont reçu la nouvelle et m'ont accompagné.

À l'époque, adolescente, vivre avec un tel diagnostic était vraiment compliqué... J'étais jeune et je ne comprenais pas pourquoi cela m'arrivait... à moi. Ça me troublait encore plus. Pourtant, dans mon cas, comme dans plusieurs autres cas, la bipolarité dont j'avais été diagnostiquée avait pour cause plusieurs facteurs tels que l'environnement familial et social. Étant issue d'une communauté immigrante africaine noire, ce diagnostic mental m'indexait énormément et me complexait carrément. Les superstitions de la famille ne m'ont pas aidée non plus, me poussant dans des situations de crises encore plus importantes. Ce que j'essaie de te faire comprendre ici, c'est qu'au-delà de la maladie mentale il y a de vraies personnes qui souffrent... au fond d'une jeune fille que j'étais, il y'avait une jeune fille qui souffrait et qui ne demandait qu'à être supportée et accompagnée.

Un diagnostic de maladie mentale, d'instabilité mentale n'est pas une chose qu'on choisit d'avoir du jour au lendemain. On le devient du jour au lendemain, à cause de différentes situations de la vie, ou à cause de nos gènes familiaux. Des troubles d'anxiété aux troubles de dépression, de bipolarité, jusqu'à l'automutilation ou la schizophrénie, la santé mentale est à prendre avec sérieux et plus d'empathie. Dans mon cas, à l'époque je demandais seulement à être acceptée comme toutes les autres jeunes filles de mon âge. Je souhaitais que mes amis ne voient en moi rien de différent à eux. J'ai fait en tout 6 ou 7 crises qui m'ont tout conduit à l'hôpital psychiatrique... Plus jeune, les crises étaient fréquentes, car je n'étais pas passée en phase d'acceptation de la médication. Depuis que je vis au Canada, ces crises j'en ai fait 2 : une en 2016 et la dernière cette année.

Étant arrivée ici au Canada, je croyais que le regard surement serait plus compatissant, mais j'ai quelquefois, un peu trop de fois, été surprise par des regards perturbateurs qui m'ont bien souvent affectée. Finalement, j'ai fini par comprendre que le problème n'était pas l'altération de ma santé mentale, mais plutôt que le monde a peur de ce qu'il ne connait pas.

Voici ce que j'aimerais que tu retiennes! Dans la communauté immigrante et en dehors, nous devrions mettre en place plus d'outils qui permettraient d'aider autant les personnes souffrant d'un diagnostic mental que les autres. Nous devons démystifier la peur derrière le mot « mental ». Et si toi, tu as un diagnostic de maladie mentale, il te suffirait de te dire qu'en dépit de nos origines, nos croyances, notre couleur de peau ou autre, dans la communauté humaine qui nous compose, nous pouvons nous faire aider et avoir espoir de guérir malgré le regard désobligeant des autres. Pour ceux qui n'ont pas de diagnostic, je vous encourage fortement à accompagner vos proches dans le processus de guérison et de vous tenir informés sur la question.

Je vous invite donc à parler de la santé mentale pour mieux aider, car bon nombre souffrent encore en silence. Des organismes existent, des lignes téléphoniques aussi, mais avoir un frère, une amie, une sœur ou un conjoint à l'écoute peut vraiment aider et surtout faire la différence. N'aies pas honte de demander de l'aide, car ton équilibre pourrait en dépendre.

Pour terminer, j'aimerais dire ceci : la santé mentale on n'en parle pas souvent, mais ce n'est pas parce qu'on en parle pas qu'elle n'existe pas. La santé mentale englobe notre bien-être émotionnel, psychologique et social. Elle affecte grandement la manière dont nous nous sentons et réagissons face aux autres. C'est comme une grippe ou un mal de dents. Elle est si importante et si fragile. Au fond, quand on regarde avec attention, quand on regarde au-delà du trouble mental, on est tous humains, exposés au même risque d'être troublés. N'est-ce pas que nous sommes tous différemment pareils? En effet, on se ressemble bien plus qu'on pense!

Thia, jeune leader à Dialogue +


Vieux Clocher 23 oct 2020
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Promouvoir l’environnement en temps de pandémie

Promouvoir l’environnement en temps de pandémie
La régionalisation de l’immigration : des stratégies pour l'Estrie

La régionalisation de l’immigration : des stratégies pour l'Estrie
Coop Funéraire arrangements oct 2020
NOS RECOMMANDATIONS
Sondage MacClean's: L'UdeS première pour la satisfaction des étudiants.es

Sondage MacClean's: L'UdeS première pour la satisfaction des étudiants.es
17 octobre 1970

17 octobre 1970
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Boucherie du terroir aout 2020
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 21 octobre 2020
La nouvelle inquisition

François Fouquet
Lundi, 19 octobre 2020
Une bonne pensée pour Ndji

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 16 octobre 2020
Que la force soit avec toi

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Concours De Martineau
Investissement majeur chez Tafisa Lundi, 19 octobre 2020
Investissement majeur chez Tafisa
Une proposition pour maintenir l'accès au Centre Sherbrooke Vendredi, 16 octobre 2020
Une proposition pour maintenir l'accès au Centre Sherbrooke
Action de grâce…2020 Par François Fouquet Mardi, 13 octobre 2020
Action de grâce…2020
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous