Radio-Canada Le Retour
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Le SPS visitera bars et restaurants dès ce soir pour faire respecter les mesures sanitaires
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
ACTUALITÉS / Estrie
Anita Lessard Par Anita Lessard

Jeudi, 10 septembre 2020

Travailler ensemble pour prévenir le suicide



 Imprimer   Envoyer 

C'est sous le thème Travaillons ensemble pour prévenir le suicide que la 18e Journée mondiale de prévention du suicide se tient aujourd'hui. L'organisme JEVI tient à rappeler aux estriens que l'implication de tous est nécessaire pour éviter qu'un être cher ne commette l'irréparable.

Bien que les statistiques des dernières années démontrent une amélioration dans le taux de suicide au Québec, la province demeure l'un des états les plus affectés par ce fléau dans le monde.

Sébastien Doyon travaille au sein de l'organisation depuis une dizaine d'années en tant qu'intervenant, il vient tout juste d'y prendre le rôle de directeur clinique. L'expérience acquise au fil des interventions avec des personnes en détresse, a permis aux différents acteurs du milieu de développer un protocole adapté pour leur venir en aide. 

« Dès le départ lors de l'appel, on cherche toujours à comprendre c'est quoi la situation de la personne; quels sont ses difficultés, qu'est-ce que ces difficultés occasionnent et comment elle les perçoit. Parce que les idées suicidaires ne sont pas toujours là de la même façon d'un téléphone à l'autre, » explique M. Doyon. Il ajoute que le passage du temps a un effet sur la perspective et la détermination de la personne en situation de détresse.

Celle-ci semble d'ailleurs être le point de départ d'une grande partie des personnes qui contemplent l'idée de mettre fin à leurs jours. « Plus les idées suicidaires sont présentes, moins on est capable d'envisager l'avenir sans les difficultés qui nous affligent. On a l'impression qu'on va toujours être dans la même situation, qu'on ne pourra plus s'en sortir et qu'on arrivera plus à être bien. On s'imagine toujours avec la souffrance que l'on vit, » de décrire Sébastien Doyon.

L'une des stratégies utilisées afin de désamorcer ce type de sentiments est selon l'intervenant, d'insuffler une dose d'espoir à la personne. « Notre but c'est travailler cet espoir que la situation elle peut s'améliorer, qu'il y a des solutions autres que le suicide. On va aussi travailler avec ce que la personne a déjà réussi à faire pour être capable de s'en sortir; donc on va utiliser les forces de la personne, et le fait que la personne elle est en vie actuellement. » Un rappel des succès et de la capacité de résilience de l'individu sont également des outils fort utiles pour lui redonner une certaine confiance afin de prendre le chemin de la guérison.

Bien évidemment, s'il y a urgence d'agir, la mobilisation se fera pour assurer la sécurité physique de celui ou celle qui lance un appel à l'aide ou qui a posé un geste suicidaire.

Pour l'entourage de ces personnes, arriver à détecter et reconnaître les signaux de détresse peut s'avérer complexe. Côtoyer quelqu'un qui vit des épisodes suicidaires est un lourd le fardeau à porter au quotidien. Afin d'accompagner cette personne de façon constructive, M. Doyon suggère de prendre le temps de questionner celle-ci. « Souvent on a peur de mettre l'idée en tête, mais au contraire, ce que l'on veut c'est de pouvoir ouvrir la discussion et que la personne puisse recevoir de l'aide en cas de besoin. L'objectif est que cela ne repose pas complètement sur les épaules de l'aidant, qu'il puisse être appuyé lui aussi. »

Une des actions à prendre est de contacter un organisme comme JEVI avec l'individu en détresse, de prendre le temps d'expliquer sa situation, pour ensuite passer le relais à l'intervenant qui a répondu. L'aidant peut également prendre les devants et téléphoner pour trouver conseils et ressources, afin d'apporter son soutenir en tant que proche, et non en tant qu'intervenant.  

Les appels se sont faits plus rares au début de la pandémie. Par la suite c'est plutôt la nature de ceux-ci qui a changée selon Sébastien Doyon. « Beaucoup de stress par rapport à tout ce qui se passait et beaucoup d'isolement, bref c'est dans les propos tenus qu'il y avait une différence. Mais pas nécessairement un plus grand volume d'appels. » Il ajoute toutefois que la situation pourrait évoluer compte tenu de la possibilité qu'une deuxième vague ne s'abatte sur la province. La situation de pandémie a été difficile pour plusieurs et continue d'affecter la population. Il est primordial, maintenant plus que jamais, de travailler collectivement pour prévenir le suicide.

Pour une 2e année, JEVI invite la population à marcher pour la cause, d'une façon différente. Cette année, étant donné les circonstances, l'organisme propose aux citoyens.ennes  tout de même, de prendre le temps de marcher en famille, avec des  amis ou des collègues, parce que c'est ensemble qu'il est possible de prévenir le suicide.

De plus, ceux qui souhaitent démontrer leur appui à la cause, en soutien aux personnes endeuillées par suicide ou en souvenir d'un être cher, sont invités à allumer une chandelle. La lumière de la chandelle souligne son attachement à la vie et contribue à créer un moment propice à la réflexion et à l'espoir.

 

Les participants à la marche sont invités à partager une photo ou courte vidéo de leur marche sur l'une des plateformes suivantes : 

  • Par courriel preventionsuicide@jevi.qc.ca
  • Par Facebook, identifiez nous @jevicps.estrie

Hyundai Sherbrooke sept 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Un 17e Tour du silence pour les victimes cyclistes de la route

Un 17e Tour du silence pour les victimes cyclistes de la route
Quatre nouveaux chantiers débutent dans les rues de Sherbrooke

Quatre nouveaux chantiers débutent dans les rues de Sherbrooke
Café William Spartivento septembre 20
NOS RECOMMANDATIONS
Arrestation et perquisition de drogue à Lac-Mégantic

Arrestation et perquisition de drogue à Lac-Mégantic
Le Festival Rivières de Lumières propose une édition insolite

Le Festival Rivières de Lumières propose une édition insolite
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Écoloboutique sept 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Café William Spartivento septembre 20
 
Me Michel Joncas
Jeudi, 17 septembre 2020
Haie de cèdres et voisinage

Daniel Nadeau
Mercredi, 16 septembre 2020
En attendant Godot…

François Fouquet
Lundi, 14 septembre 2020
Soupe au lait

Jacinthe Dubé 5 juin20
Concours  Vieux-Clocher Phil Roy sept 2020
Fermeture de l'usine Kruger de Brompton Lundi, 14 septembre 2020
Fermeture de l'usine Kruger de Brompton
Un défi pour adopter d'autres façons de se déplacer Lundi, 14 septembre 2020
Un défi pour adopter d'autres façons de se déplacer
La campagne Biscuits sourire est de retour Vendredi, 11 septembre 2020
La campagne Biscuits sourire est de retour
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous