Théâtre_Granada_GrandRéveillon
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan Covid du 1er décembre
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
DÉCOUVERTES / Découvertes
Anita Lessard Par Anita Lessard

Jeudi, 23 juillet 2020

Le Journal de rue de l'Estrie: distribuer la solidarité



 Imprimer   Envoyer 
Lucie Roy derrière l'un des kiosques du Journal de rue de l'Estrie

À l'instar de plusieurs organisations, la pandémie aura mis en suspend leurs activités. Maintenant que des directives claires leur permettent de reprendre leur mission, les camelots du Journal de rue de l'Estrie sont plus qu'heureux de retrouver leur clientèle...moyennant quelques ajustements.

Sa directrice Nancy Mongeau, admet que les mois de confinement ont été difficiles pour plusieurs de ces travailleurs. « Le moins évident ça été de gérer l'incertitude. Au début de la pandémie on ne savait pas combien de temps on serait confiné; on ne savait pas quel secteur allait rouvrir. Dès qu'on a entrevu ce qui s'en venait, avant-même les annonces on a commencé à se préparer, à voir de quelle manière on allait remettre les camelots au travail. »

Les défis sanitaires étant multiples tels : avoir à manipuler les journaux et de l'argent, ou être en contact étroit avec la clientèle, ont forcé l'organisation à faire preuve d'imagination pour permettre aux camelots de recommencer la distribution de leur journal.

« Les camelots avaient hâte. Il y en a qui attendaient juste ça! On n'a pas eu besoin de les convaincre du tout. Par contre ce ne sont pas tous les camelots qui sont de retour au travail. Certains ont une santé plus fragile; il y en a d'autres qui attendent de savoir comment les choses vont se passer. Ils et elles doivent tous passer par une formation parce qu'ils ont une nouvelle procédure de travail à adopter », explique Mme Mongeau.

C'est donc derrière de petits kiosques de bois, munis de visières, ainsi que de produits désinfectants que ces valeureux travailleurs de la rue ont partiellement repris leurs activités. Pour assurer que la distanciation physique soit respectée, la clientèle est invitée à se procurer le Journal de rue de l'Estrie présenté de deux façons : ensaché ou pas. « C'est le client qui prend lui-même son journal et qui met l'argent dans la tirelire. Il n'y a donc aucun contact physique entre le camelot et le client; mais il y a un contact humain par exemple! C'est ça qui très important parce qu'au-delà de l'argent, c'est le contact humain qui manque à nos camelots », insiste la directrice de cet organisme communautaire.

Nancy Mongeau tient à rappeler que ces personnes vivent souvent seule, n'ont pas un très grand réseau, et n'ont pas toujours les moyens financiers pour faire des activités sociale ou de loisir.

Lucie Roy est de retour au poste et de réjouit de pouvoir le faire en toute sécurité. « Je commençais à avoir hâte de recommencer. Les gens réagissent bien. Des fois je n'ai même pas besoin de montrer le journal; ils viennent me voir et ils me l'achètent ou ils me donnent du ‘'tip''. Le monde et respectueux et bien gentil avec moi », raconte Mme Roy. Comme la plupart de ses collègues, elle contribue également au contenu du journal avec des textes de son cru. Son dernier parle justement de son vécu en confinement. « Ça été pas mal difficile; les commerces et les restaurants fermés, et de ne pas voir sa famille. À Pâques surtout, j'ai trouvé ça plate quand même! »

Les kiosques du Journal de rue de l'Estrie et leurs camelots sont présentement installés au Maxi Grandes-Fourches et au Marché de la Gare; on espère ajouter d'autres points de service dans la ville d'ici quelques semaines. Pour savoir à quel moment le retrouver, visitez la page Facebook de l'organisme au @journalderueestrie.

 


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Recherche de sens et espace

Recherche de sens et espace
Comment devenir un pro des casinos live

Comment devenir un pro des casinos live
Destination_Sherbrooke_etincelles_2
NOS RECOMMANDATIONS
Les Marchés de Noël abondent en Estrie

Les Marchés de Noël abondent en Estrie
La vaccination est débutée chez les 5 à 11 ans.

La vaccination est débutée chez les 5 à 11 ans.
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Destination_Sherbrooke_lumière_2
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 1 décembre 2021
La politique québécoise s’emmêle…

François Fouquet
Lundi, 29 novembre 2021
Recherche de sens et espace

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Jeudi, 25 novembre 2021
Notre histoire en archives – Les groupes yé-yé des années 1960

JD_NOVEMBRE_2021
Destination_Sherbrooke_etincelles_1
Musique à bouches: préserver la musique traditionnelle dans la mémoire collective Par Catherine Blanchette Jeudi, 25 novembre 2021
Musique à bouches: préserver la musique traditionnelle dans la mémoire collective
La vaccination est débutée chez les 5 à 11 ans. Par Daniel Campeau Vendredi, 26 novembre 2021
La vaccination est débutée chez les 5 à 11 ans.
Un succès pour l'Encan sous le sapin de la Fondation du CHUS Par Daniel Campeau Mercredi, 24 novembre 2021
Un succès pour l'Encan sous le sapin de la Fondation du CHUS
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
-
slimecut