La Grande Guignolee des Medias 2019
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
Automobiles Val Estrie nov 2019
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 8 juillet 2015

Cadeau de Grec



 Imprimer   Envoyer 

L'expression consacrée « cadeau de Grec » signifie un cadeau empoisonné. Tiré de l'histoire du Cheval de Troie employé par les Grecs lors de la guerre de Troie lorsqu'Ulysse et Achille voulaient délivrer la belle Hélène. Le subterfuge employé par Ulysse et ses compagnons pour rentrer dans Troie a été de cacher des guerriers dans un grand cheval de bois offert aux Troyens.

On ne sait si cette histoire est vraie, nous sommes cependant convaincus que le peuple grec a une grande histoire et que c'est à eux que nous devons la démocratie telle que nous la connaissons aujourd'hui dans la plupart des pays occidentaux. Nous leur devons aussi de grands philosophes qui sont à la base encore aujourd'hui de nos sciences et de notre compréhension du monde.

Aujourd'hui encore, le peuple grec se rappelle à nos bons souvenirs en ayant rejeté massivement la proposition des créanciers par plus de 60 % des voix lors d'un référendum tenu sur cette question dimanche dernier. Par ce vote massif contre la proposition de l'Europe sous le leadership agressif de l'Allemagne, les Grecs font le pari de refuser l'austérité qu'on voulait lui imposer quitte à sortir de l'Union européenne. Les Grecs nous donnent-ils encore aujourd'hui une grande leçon d'histoire à nous les Occidentaux?

La crise financière de 2008 et les ennuis de l'Europe

La crise des finances de la Grèce tient à un mensonge. Celui d'une grande Europe qui en échange du fantasme d'États de droits régis par les droits et libertés des individus et aux comptes publics équilibrés selon des règles édictées par l'Allemagne. Ainsi, tous les pays qui ont adhéré à l'Euro doivent avoir des budgets équilibrés autant que possible, les déficits ne doivent pas dépasser un certain pourcentage. En échange, les Grecs comme les autres partenaires ont le bonheur de vivre dans la zone euro et peuvent faire affaire partout à l'intérieur de cette zone sans contraintes de mouvements des personnes, des biens et sans frais de douanes. L'Europe est maintenant une immense zone de libre-échange où on a promis à tous les membres signataires que cela fera de leurs citoyens des gens plus riches.

Si pendant un temps, cela a semblé donner de bons résultats, la crise financière de 2008 est venue rappeler les gens à l'ordre. L'insécurité des marchés financiers s'est étendue à l'Europe. La crise financière mondiale a révélé des économies plus fragiles dans ce grand ensemble. L'un de ces pays fragilisés est la Grèce.

L'austérité allemande...

Devant cette situation, les grands financiers de la planète se sont réunis et l'Europe sous le leadership de la chancelière allemande, Angela Merkel, a imposé à la Grèce un programme d'austérité qui a eu des résultats très mitigés et qui a mis la Grèce sens dessus dessous avec en prime une hausse effarante de l'inflation et du chômage. La population grecque en a beaucoup souffert et elle en souffre encore.

En échange de cette austérité imposée, les partenaires de la Grèce l'ont sauvé de la faillite et lui ont prêté beaucoup d'argent. Malgré la volonté de la classe politique, les mesures d'austérité n'ont pas obtenu la faveur de la population grecque. Les Grecs se sont mobilisés et cela a mené à une grave crise politique.

Cette crise politique a été en quelque sorte résolue par l'élection d'un gouvernement de gauche. Le chef de la gauche radicale Aléxis Tsipras avait alors promis de mettre fin à cinq années d'austérité. Cinq ans d'humiliation et de souffrances imposées par les créanciers internationaux de la Grèce.

Une fois élu, le nouveau premier ministre Aléxis Tsipras a eu beaucoup de difficultés à tenir parole. Il a négocié et fait des compromis avec les créanciers internationaux de la Grèce, mais ceux-ci en ont trop exigé. Ils n'ont pas laissé d'oxygène à Aléxis Tsipras et à son gouvernement qui commençait à subir les foudres de la critique à sa gauche tout en étant conspué à droite. Tsipras a mis fin aux négociations et a décidé que c'est au peuple grec de dire oui ou non aux créanciers internationaux de la Grèce. C'est ce qu'on fait les Grecs et ils ont rejeté à 61 % la proposition des créanciers de la Grèce. C'est une grande victoire pour la démocratie grecque et une dure défaite pour l'Europe des bureaucrates et des financiers. Le peuple grec vient de sonner la fin de la récréation des programmes d'austérité budgétaire néo-libéraux.

Quel avenir pour la Grèce et l'Europe?

Au moment où j'écris cette chronique (dimanche en fin d'après-midi), il est encore trop tôt pour mesurer les conséquences du résultat du référendum perdu par l'Europe et gagné par les Grecs. Certains prédisent l'exclusion de la Grèce de la zone euro, d'autres prédisent des jours sombres pour l'économie grecque, mais tous conviennent que cette crise doit trouver une solution négociée avec les Grecs.

Cette volonté courageuse des Grecs de prendre part au débat vient aussi rappeler que l'idée, généreuse a priori, de construire une grande Europe où s'effaceraient les coutumes et les traditions nationales au nom de promesses d'un bien-être pour tous, a du plomb dans l'aile.

Les Grecs par la force de leur vote dans un geste démocratique sacré ont dit non à l'austérité. Ils ont aussi résisté aux menaces d'être exclus de l'Europe s'ils refusaient de consentir aux mesures proposées par les créanciers internationaux. Le peuple grec rappelle à tous qu'au-delà des enjeux financiers importants, il y a des humains et que ceux-ci doivent être pris en compte dans toute solution proposée pour sortir de la crise. On ne peut pas impunément sacrifier la vie de milliers d'êtres humains sur l'autel du néo-libéralisme financier. Les Grecs ont raison de choisir leurs vies plutôt que la zone euro. C'est pourquoi le résultat du référendum de dimanche en Grèce n'est pas à proprement parler un cadeau de Grec, mais plutôt un cadeau des Grecs à l'Humanité. Un cadeau de Grec pour que l'on puisse tous se rappeler qu'outre l'argent il y aussi la dignité...


Vieux Clocher de Magog 9 decembre 2019
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Le Canada aujourd’hui

Le Canada aujourd’hui
Haïr les femmes et les tuer…

Haïr les femmes et les tuer…
NOS RECOMMANDATIONS
Quoi faire ce week-end

Quoi faire ce week-end
Un don de 25 000$ pour les jeunes musiciens

Un don de 25 000$ pour les jeunes musiciens
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Fondation Rock-Guertin 2019
Nicolas Pellerin & Les Grands Hurleurs concours
Plateau Marquette Médico-Esthétique dec 2019
 
Me Laurence Ferland
Jeudi, 12 décembre 2019
Les règles encadrant les cartes-cadeaux

Daniel Nadeau
Mercredi, 11 décembre 2019
Haïr les femmes et les tuer…

Jérôme Blais
Mardi, 10 décembre 2019
Conseil golf: les clés de l'élan

François Fouquet
Lundi, 9 décembre 2019
Parcours d’un week-end

Fondation québécoise du cancer - Estrie
Samedi, 7 décembre 2019
Les séjours à l’hôtellerie de l’Estrie de La FQC

Jacinthe Dubé 10 dec 2019 2019
Un don de 25 000$ pour les jeunes musiciens Jeudi, 5 décembre 2019
Un don de 25 000$ pour les jeunes musiciens
Perquisitions de drogues Jeudi, 5 décembre 2019
Perquisitions de drogues
Quoi faire ce week-end Jeudi, 5 décembre 2019
Quoi faire ce week-end
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous