Musée Nature Science relache 2021
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 6 mars
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
Salon Priorité Emploi fev 21
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 9 avril 2012

Faire ses Pâques


9 avril 2012

 Imprimer   Envoyer 

La notion est floue pour certains, relève du folklore pour d'autres, est très importante pour ceux-ci et ne révèle absolument rien pour ceux-là.

C'est pas mal c'est qui est ça...

Les fêtes religieuses n'ont plus la cote. En tous les cas, pas la cote qu'elles avaient avant.

Encore cette année, nonobstant ce qui précède, nous avons organisé le dîner de Pâques. Tout ce qu'il y a de traditionnel: jambon à l'ananas, patates, carottes, léger dessert et un tout petit peu de chocolat...(et des chips, pour la portion supplémentaire de légumes...)

Encore une fois cette année, j'en ressors réconforté. Et rassasié (et le mot est faible)...

Ce qui me réconforte, c'est cet empressement que démontrent les enfants, neveux et nièces à participer! Ils ont quelque part entre 16 et 30 ans, et, pour eux, la fête est un repère. Un synonyme de plaisir familial, de retrouvailles. Dans un monde qui va si vite et qui nous occupe tant, que l'événement demeure important me rassure. Me surprend un peu, mais me rassure.

« Ils semblent tenir beaucoup à la tradition, tu ne trouves pas? »

Je jase avec mon grand frère.

« Oui. En fait, ils ne demandent pas mieux. Ce sont souvent les adultes qui abandonnent les traditions! »

C'est vrai.

Au cours des dernières décennies, on a laissé tomber plein de traditions. Pour être sûr de faire les choses différemment. Ce qui était traditionnel était dépassé. Il fallait évoluer, changer.

Il y a eu les sapins de Noël de couleur pastel dans les années '80. On avait aussi flushé le ragoût de boulettes et la dinde au profit des couronnes de crevettes. Le Jour de l'an se célébrait entre amis : ce n'était plus très bien vu de fêter ça en famille. (Bye, Bye la famille...)  

Changer pour changer. C'était une époque où on exigeait des changements.      

Depuis quelques années, certaines choses reviennent. Et on se rend compte que ce qui est traditionnel n'est pas nécessairement poche.

-------

Dans l'invitation de cette année, pour le dîner de Pâques à la maison, j'avais décidé de changer le menu. Bouchées de fantaisies, petit verre de vin et tout le monde circule dans la maisonnée en dégustant ses bouchées et se racontant plein de petoum-petoums plus ou moins signifiants. Voilà ce que je proposais. Le niaisais, évidemment. Et je ne sais pas ce que sont des petoum-petoums, autrement que l'expression de babillages politiquement corrects...)

La réaction des jeunes a été vive : pas question de bouchées de fantaisie, on veut du jambon à l'ananas, des patates et des carottes. Et on veut être regroupés, aux tables dressées pour l'occasion. Et on veut rire. Et on veut fraterniser.

Ce qui fut demandé fut fait. Vingt-quatre personnes heureuses, enjouées, qui passent des heures ensemble dans une journée de type réconfort moderne...

-----

Il ne reste pas beaucoup de ces repères dans l'année. De ces occasions magiques. Il faut les cultiver.

Les plus jeunes nous le rappellent.

Comme quoi la sagesse, c'est souvent d'écouter...

Clin d'œil de la semaine

La ministre Beauchamp n'est pas sage. Elle n'écoute pas les élèves...    

 


Résidence Le Boisé du Lac dec 2020
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate

Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate
Entre Woke et Ward

Entre Woke et Ward
Hyundai Sherbrooke Électrique Mars 21
NOS RECOMMANDATIONS
Le nom de la victime retrouvée ensanglanté à Sherbrooke est dévoilé

Le nom de la victime retrouvée ensanglanté à Sherbrooke est dévoilé
La fraude qui sévit à Sherbrooke est également présente à Magog

La fraude qui sévit à Sherbrooke est également présente à Magog
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Résidence Le Boisé du Lac dec 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Sports TA février 21
 
Sarah Beaudoin
Samedi, 6 mars 2021
Vivement l’érotisme

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 5 mars 2021
Qu’est-ce que la médecine fonctionnelle ?

Daniel Nadeau
Mercredi, 3 mars 2021
Le petit panthéon de mes disparus

François Fouquet
Lundi, 1 mars 2021
Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Radio-Canada VLR mars 21
Notre histoire en archives : débâcle à Bromptonville Par BAnQ Sherbrooke Jeudi, 4 mars 2021
Notre histoire en archives : débâcle à Bromptonville
Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate Par François Fouquet Lundi, 1 mars 2021
Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate
La fraude qui sévit à Sherbrooke est également présente à Magog Par Maxime Grondin Lundi, 1 mars 2021
La fraude qui sévit à Sherbrooke est également présente à Magog
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous