Musée Nature Science relache 2021
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 6 mars
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
Salon Priorité Emploi fev 21
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 31 octobre 2011

La lutte au décrochage


31 octobre 2011

 Imprimer   Envoyer 

Il faut s'en occuper. Sans plus tarder. Ça ne peut plus durer.

Dès qu'on aborde le thème du décrochage, j'entends des témoignages qui viennent de partout :

« L'école traditionnelle a oublié les garçons dans le déploiement des sempiternelles réformes.  Le modèle fabrique des filles qui font tout, ce qui fait fuir les garçons qui se font dépasser en tout! »

Ou encore...

« Les enfants ne respectent plus rien ni personne. Ils n'en font qu'à leur tête. Ils veulent tout, tout de suite. Sans dire merci. »

Les enfants grandissent dans le milieu qu'on a bien voulu leur fournir. Un milieu où papa devait performer pour gagner du galon et, ainsi accéder à une suite de promotions, toutes plus payantes les unes que les autres. Maman n'étant pas en reste, il lui a fallu, en plus de faire la preuve qu'elle est aussi bonne que papa, prouver qu'elle était également une supermaman qui faisait tout, multipliant les pirouettes.

Les enfants ont grandi sans prendre de vacances. À la garderie dès l'âge de un an (maximum...), ils ont été contraints à se lever tous les matins à heure fixe et revenir à heure fixe, à se grouiller pour aller à toutes sortes de cours la fin de semaine pour être en mesure de performer dans tous les domaines, ils ont appris à se grouiller juste parce que ça pressait, tout le temps. Le temps, c'est de l'argent, et papa et maman en ont besoin,  juste pour arriver... 

C'est cette même idée de la performance qui a fabriqué toutes sortes de routes transversales sur l'avenue historiquement linéaire du système d'éducation. On improvise des réformes qu'on impose à qui mieux mieux.

Tous ces constats me semblent fondés. Le problème, c'est que je ne veux pas parler du décrochage scolaire...

C'est le décrochage des adultes dont je veux parler. Le grand décrochage, je dirais même... Celui qui arrive parce qu'on n'a plus confiance en nos structures, qu'elles soient routières ou politiques. Le décrochage qui survient quand on ne croit plus au système monétaire, ou si peu. Quand on réalise qu'au nom de la performance, un petit pourcentage des riches a mis la main sur une richesse qui manque de plus en plus cruellement à la majorité.

Et ce décrochage, il ne faut pas le combattre.

C'est en regardant le mouvement populaire qui s'est organisé autour de la dénonciation de Wall Street, mouvement qui s'est répandu à travers le globe, que je me suis  fait cette réflexion sur notre nécessaire décrochage.

Un décrochage qui fera en sorte que nous mettrons de la pression sur les décideurs. Par des moyens populaires, hors des grands partis politiques. Un décrochage qui pourrait même révolutionner tranquillement les choses autour de nous.

Nous vivons dans un système complètement déséquilibré.

Et je me suis dit que, finalement, ce sont peut-être nos décrocheurs scolaires qui ramèneront une forme d'équilibre dans tout ça.

Clins d'oeil  de la semaine...

Et oui, avec un s, le clin, cette semaine...

Jacques Duchesneau est congédié  pour ses prises de position publiques. Pas grave, le bien est fait!

Le syndicat des employées et employés de soutien de l'Université de Sherbrooke, le SEESUS, voit son nom se terminer de la même manière que REFUS. Un hasard, j'imagine...


Écoloboutique mars 21
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Mais demain matin, m’aimeras-tu un peu?

Mais demain matin, m’aimeras-tu un peu?
Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate

Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate
Hyundai Sherbrooke Électrique Mars 21
NOS RECOMMANDATIONS
Notre histoire en archives : débâcle à Bromptonville

Notre histoire en archives : débâcle à Bromptonville
Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate

Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Résidence Le Boisé du Lac dec 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Geneviève Hébert députée juillet 2020
 
Sarah Beaudoin
Samedi, 6 mars 2021
Vivement l’érotisme

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 5 mars 2021
Qu’est-ce que la médecine fonctionnelle ?

Daniel Nadeau
Mercredi, 3 mars 2021
Le petit panthéon de mes disparus

François Fouquet
Lundi, 1 mars 2021
Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Radio-Canada VLR mars 21
La vitesse aura un goût amer pour un jeune automobiliste Par Maxime Grondin Mercredi, 3 mars 2021
La vitesse aura un goût amer pour un jeune automobiliste
COVID-19 : l’Estrie passe au palier orange Par Maxime Grondin Mercredi, 3 mars 2021
COVID-19 : l’Estrie passe au palier orange
Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate Par François Fouquet Lundi, 1 mars 2021
Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous