La Fête du Lac des Nations prévente65 2 juillet 2019
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  Création du Bureau de l'environnement de la Ville de Sherbrooke
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
La Fête du Lac des Nations prévente65 2 juillet 2019
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 17 décembre 2018

Le saumon et le dollar



 Imprimer   Envoyer 
C’est bien qu’on redonne, comprenez-moi bien. Mais le fait de prendre soin de sa communauté ne devrait pas se baser sur la charité. - François Fouquet

Le dollar n'est rien d'autre qu'une unité de mesure. Une unité d'échange. Pourtant, si on en a beaucoup, on devient quelqu'un. Pourtant, le dollar, c'est comme un degré: une unité qui mesure la chaleur. Mais en aucun temps, un degré ne dégage de la chaleur.

J'écoutais un entretien avec Florent Vollant. Un Innu né au Labrador. Un musicien doublé d'un conteur hors pair. Pour moi, le bon conteur est celui qui sème des images dans l'imaginaire au fur et à mesure qu'il développe une histoire.
Il est très bon conteur, ce Florent.

Et il parlait de sa communauté. De Noël dans sa famille. Il parlait avec le calme d'un penseur assez en confiance pour ne pas avoir à lever le ton pour se faire entendre.

Et il parlait saumon.

Pas du saumon qui vit des problèmes quand il arrive dans l'eau salée. Pas le saumon qui a de la difficulté avec son prédateur, le bar rayé. Non. Il parlait du saumon pour ce qu'il représente dans la chaîne alimentaire de sa communauté.
Il racontait qu'un pêcheur qui revenait avec 8 saumons avait le réflexe de partager les saumons avec sa communauté. Il retire la reconnaissance des siens dans le geste de solidarité. Après tout, tout le monde doit manger. C'est la base. S'il voulait faire l'inverse, il se retrouverait isolé, brisant les règles de vie communautaires qui veillent sur l'accès équitable à la nourriture.

Et, disait-il avec un sourire : « qu'est-ce que tu veux qu'un gars seul fasse avec 8 saumons, de toute façon? »
Et il a ri de l'évidence qu'il venait de mettre en lumière.

Dans ma voiture, je n'ai pas ri. Ou, si je l'ai fait, c'était un rire jaune.

Un bon conteur sème des images avec ses mots et ses récits. Vollant venait de semer une image qui illustrait le rapport que je constate avec l'argent et son rôle dans notre communauté à nous.

Je me suis dit : « et si chaque dollar était un saumon? »

Subitement, le côté abstrait de l'argent devenait beaucoup plus concret.

L'image m'en a ramené une autre. Celle de Claude Forgues, qui a œuvré des années durant à Centraide Estrie. Il répétait souvent : « les besoins alimentaires, ce n'est pas entre Noël et le Jour de l'an le problème, c'est entre le Jour de l'an et Noël! »

Quand on y pense, la charité commence à partir du moment où les ressources sont centralisées dans les mains (voire les poches) d'une petite minorité et au détriment d'une majorité qui n'a pas toujours ce qu'il faut.

Et on applaudit chaleureusement, larme à l'œil, le riche qui redonne. Un peu. Des fois. Dans un événement caritatif ou une guignolée. Et qui donne plus s'il y a un retour de visibilité.

C'est bien qu'on redonne, comprenez-moi bien. Mais le fait de prendre soin de sa communauté ne devrait pas se baser sur la charité. La charité, c'est la relation entre un aidant et un aidé. Et ce qui est pire, c'est que ça entretient cette relation.

Disons que tous vos dollars sont des saumons, demain matin. J'entends Florent Vollant répéter, même sourire dans la voix : « qu'est que tu veux qu'un gars seul fasse avec autant de saumons, de toute façon! »

Clin d'œil de la semaine

Si le Panier de l'espoir repasse chaque année à la même adresse, le problème est peut-être ailleurs que dans l'appartement en question...

 


Vieux Clocher 17 juin 2019
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Notre-Dame de là-bas… et d’ici

Notre-Dame de là-bas… et d’ici
Comment je le veux, Monchénou?

Comment je le veux, Monchénou?
Fête nationale en Estrie 2019
NOS RECOMMANDATIONS
L'esprit entrepreneurial partagé pour et par les jeunes

L'esprit entrepreneurial partagé pour et par les jeunes
Les emplois d’été étudiants et le salaire : peut-on payer un étudiant moins cher ?

Les emplois d’été étudiants et le salaire : peut-on payer un étudiant moins cher ?
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Badmofo Methods juin 2019
Inscription Infolettre EstriePlus.com
La Grande Virée Artistique de Sherbrooke 2019
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 19 juin 2019
Québec-Canada 2019

Jérôme Blais
Mardi, 18 juin 2019
Le pire ennemi du golf c’est qui?

François Fouquet
Lundi, 17 juin 2019
Fascinant comportement humain

La Grande Virée Artistique de Sherbrooke 2019
Pour mieux comprendre le diabète de type 2... Par Pierre-Olivier Pinard Vendredi, 14 juin 2019
Pour mieux comprendre le diabète de type 2...
Un bilan environnemental mitigé pour Sherbrooke Mardi, 11 juin 2019
Un bilan environnemental mitigé pour Sherbrooke
Le Festival du thé des Cantons, perpétuer une délicieuse tradition Mardi, 11 juin 2019
Le Festival du thé des Cantons, perpétuer une délicieuse tradition
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous