Salon Priorité Emploi fev 21
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 1er mars
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
Salon Priorité Emploi fev 21
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 12 juin 2017

Définissez le mot : levier



 Imprimer   Envoyer 

Le Grand Prix de Montréal plaît à des dizaines de milliers de personnes. Et je peux le comprendre très bien. L'humain qui est aux commandes d'une machine formidable. L'humain qui éblouit par sa capacité à pousser des performances mécaniques dans leurs derniers retranchements, le tout pour la qualité du spectacle. La Formule 1, c'est une activité qui fait que des amateurs se lèvent la nuit pour regarder une course en temps réel, même si elle se déroule à l'autre bout du monde.

Un monde de sensations.

Rien à redire là-dessus.

Ce qui me turlupine un brin, c'est cette facilité que nous avons, comme collectivité, à débloquer des sommes publiques étonnamment élevées pour maintenir des activités économiques. Au nom du levier économique. Investir 25 M$ par année, par exemple, pour en générer 40 M$, c'est un bon deal. Même si les retombées ne reviennent pas directement à celui qui met l'argent sur la table, le système économique s'en porte mieux et notre frêle équilibre est temporairement maintenu. Personne ne trouve à redire là-dessus, semble-t-il.

C'est comme ça pour le Grand Prix, mais c'est aussi comme ça pour Bombardier.

Le levier économique est invoqué. Et l'argent coule à flots.

Quand on parle du Grand Prix de Montréal, on parle du grand cirque de la F1. Le grand cirque brille de tous ses feux lorsque les projecteurs sont allumés, que le spectacle se déroule. Mais, comme dans tout cirque ambulant, la réalité du quotidien est parfois plus sombre.

Les reportages parlent peu, par exemple de l'étonnant problème de prostitution qui sévit de façon encore plus spectaculaire lors du Grand Prix. Des prostituées viennent de partout. On les reconnaît, apprend-on, par le fait qu'elles passent les douanes avec très peu de bagages, qu'elles ne savent pas exactement où elles vont coucher quand on leur demande. Elles sont aussi nerveuses parce que leurs proxénètes les regardent de près, même s'ils sont toujours juste assez loin de l'action principale.

Ça, c'est pour les prostituées qu'on importe.

Mais il y a les autres. Celles d'ici. Fraîches et très jeunes. On les recrute dans les environs des Centres de jeunesse ou autres endroits où se regroupent les jeunes en quête de repères ou de sensations fortes. Les jeunes vulnérables, quoi. Et on ne leur parle pas directement de prostitution au départ. On les embarque dans le cirque. Sans trop révéler la programmation réelle.

Je sais que la prostitution n'est pas unique au Grand Prix. Mais elle s'en trouve amplifiée.

Je m'en vais où, avec tout ça?

Je trouve juste qu'on a le portefeuille souple quand il s'agit de mettre en valeur ce qu'on considère comme un levier économique. On parle subitement d'austérité quand on parle de communautaire et de services de proximité aux citoyens en perte de repères.

Dit autrement, j'aimerais qu'on considère aussi comme un levier le fait d'investir dans l'équité sociale. Un levier dont on reconnaîtrait l'utilité et qu'on défendrait aussi valeureusement qu'on défend le Grand Prix et les investissements dans Bombardier...

Clin d'œil de la semaine

La société, c'est un bolide sur une piste de course : poussée à la limite de sa performance, elle risque de manquer un virage un bon jour...


Résidence Le Boisé du Lac dec 2020
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Entre Woke et Ward

Entre Woke et Ward
Mais demain matin, m’aimeras-tu un peu?

Mais demain matin, m’aimeras-tu un peu?
NOS RECOMMANDATIONS
Place au Carnaval de Sherbrooke

Place au Carnaval de Sherbrooke
Semaine de relâche : une présence accrue des policiers

Semaine de relâche : une présence accrue des policiers
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Résidence Le Boisé du Lac dec 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Sports TA février 21
 
François Fouquet
Lundi, 1 mars 2021
Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate

Me François Sylvestre
Jeudi, 25 février 2021
Le Choix d’un liquidateur : Une décision pas toujours si simple!

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Radio-Canada VLR mars 21
Semaine de relâche : Sherbrooke veut que les jeunes s’amusent Par Maxime Grondin Jeudi, 25 février 2021
Semaine de relâche : Sherbrooke veut que les jeunes s’amusent
Opération IMPACT : une journée chargée pour les policiers Par Maxime Grondin Lundi, 22 février 2021
Opération IMPACT : une journée chargée pour les policiers
Vaccination de masse : la campagne débutera le 15 mars en Estrie Par Maxime Grondin Mardi, 23 février 2021
Vaccination de masse : la campagne débutera le 15 mars en Estrie
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous