Salon Priorité Emploi fev 21
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 6 mars
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
Salon Priorité Emploi fev 21
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 21 avril 2014

Esprit critique



 Imprimer   Envoyer 

Avoir l'esprit critique. Voilà bien une notion qui manque cruellement.

C'est comme si l'on faisait tout à l'envers. En lieu et place de l'esprit critique, on est devenus, collectivement, « critiqueux en esprit »!

Mais n'allons pas croire qu'il ne s'agit là que d'une inversion sans conséquence. Nenon! L'esprit critique n'a strictement rien à voir avec le chialage. Rien de rien.

L'esprit critique, c'est cette façon de bien écouter le propos d'un autre, de s'y intéresser et, surtout, de s'interroger sur le bien-fondé derrière le propos. Cela peut passer par le fait de vérifier les sources, les faits et les arguments. Sont-ils valables? Tiennent-ils la route? La source est-elle fiable?

Cette partie faite, le résultat devient une fondation relativement solide pour se bâtir une opinion.

Allez, j'en entends dire : « c'est ben compliqué, ton affaire! J'ai une vie, moi, je lis deux ou trois chroniqueurs et je me fais une opinion. Ils ont réfléchi, eux, non? »

S'ils ont réfléchi? Probablement. Mais cela ne devrait pas mettre votre esprit critique à « off » pour autant.

La semaine dernière, j'ai vécu une expérience fort rafraîchissante. Et enrichissante, de surcroît!

Je participais à un colloque intitulé « La mort, parlons-en » à la grande bibliothèque de Montréal. Un des sujets touchés, celui de l'épineux projet de loi qui veut encadrer le fait de mourir dans la dignité.

À la place d'une seule personne chargée de faire le tour de la question, trois invités étaient là. Un représentant du Collège des médecins (plutôt contre), une représentante des intervenants en soins palliatifs (plutôt pour) et un philosophe (plutôt questionnant!). Vous remarquez que les positions ne sont pas complètement noires ou blanches.

Si le Collège des médecins considère que la loi n'est pas nécessaire, le représentant hochait régulièrement la tête, approuvant plusieurs propos de la représentante des soins palliatifs. Et vice versa.

Mais les points de vue étaient documentés, le ton calme et le respect omniprésent.

Notre ami philosophe a beaucoup insisté sur le fait que ce qui est véhiculé par l'opinion publique ne doit pas pour autant être automatiquement considéré comme une vérité. Il faut aller plus loin. Pareille législation doit reposer sur des bases plus solides.

Tout cela a duré une heure.

Une heure après laquelle chacun retournait à sa table à dessin et devait, par la force des choses, redessiner son opinion.

Je vous le dis, j'ai vécu la chose comme une expérience rafraîchissante. Et je me suis demandé pourquoi on n'arrivait plus à débattre d'enjeux comme ceux-là, de façon éclairée et respectueuse, dans notre société? Pourquoi l'on a eu droit à une cacophonie de nounouneries méchantes lors des dernières élections en lieu et place de débats de fond?

Je peux maintenant vous le confirmer, ça se fait de débattre correctement, même avec des idées souvent opposées.

Dès qu'ils auront fini de légiférer sur le fait de mourir dans la dignité, j'invite nos politiciens à apprendre à vivre dans la dignité. Franchement, ça changerait de la routine habituelle.

Clin d'œil de la semaine

J'écris sur la dignité et je regarde d'un œil le coup de bâton salaud Milan Lucic des Bruins de Boston. Étrange contradiction!


Résidence Le Boisé du Lac dec 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate

Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate
Mais demain matin, m’aimeras-tu un peu?

Mais demain matin, m’aimeras-tu un peu?
Hyundai Sherbrooke Électrique Mars 21
NOS RECOMMANDATIONS
Bilan COVID-19 du 2 mars

Bilan COVID-19 du 2 mars
Même en mode virtuel, le Carnaval de Sherbrooke est un succès

Même en mode virtuel, le Carnaval de Sherbrooke est un succès
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Écoloboutique mars 21
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Radio-Canada PILI mars 21
 
Sarah Beaudoin
Samedi, 6 mars 2021
Vivement l’érotisme

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 5 mars 2021
Qu’est-ce que la médecine fonctionnelle ?

Daniel Nadeau
Mercredi, 3 mars 2021
Le petit panthéon de mes disparus

François Fouquet
Lundi, 1 mars 2021
Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Musée Nature Science relache 2021
La fraude qui sévit à Sherbrooke est également présente à Magog Par Maxime Grondin Lundi, 1 mars 2021
La fraude qui sévit à Sherbrooke est également présente à Magog
Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate Par François Fouquet Lundi, 1 mars 2021
Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate
La Fondation Constance Langlois veut répondre à une demande grandissante Samedi, 27 février 2021
La Fondation Constance Langlois veut répondre à une demande grandissante
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous