magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Projet Galt Ouest : le contrat de démolition est accordé
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
HABITATION / Construction Estrie
Vendredi, 24 juillet 2015

Comment mettre à profit la tendance du vivre dehors



 Imprimer   Envoyer 

Par Jacques Desjardins

Certains nomment le phénomène le outdoor living, d'autres le outdooring ou encore le vivre dehors. Une tendance qui semble être la suite logique du cocooning. Coup d'œil sur cette tendance et les travaux qu'elle implique.

La tendance du vivre dehors consiste à prolonger l'espace de vie intérieur en aménageant un espace de vie extérieur avec le même souci de confort qu'une pièce intérieure. L'idée est de pouvoir profiter au maximum du temps passé dehors. Selon les goûts et les besoins, cet espace extérieur sera une cuisine, un salon, un lieu de relaxation ou encore une salle de jeux. Tout cela rehaussé par une décoration et un ameublement au goût du jour et muni d'un équipement adéquat, tel un éclairage adapté à la vocation de l'endroit, une chaîne haute-fidélité et même un écran télé.

Selon Michel Martel, propriétaire de Michel Martel paysagiste, le phénomène du vivre dehors date d'environ huit ans. La majorité des adeptes aurait entre 30 et 50 ans, une carrière bien remplie et une famille avec laquelle elle veut passer du temps de qualité. « Si la génération des baby-boomers aimait le jardinage et se contentait d'un banc ou d'un hamac pour relaxer, ça ne semble plus être le cas des propriétaires plus jeunes. Ils désirent un espace extérieur douillet, clés en main, facile à entretenir, à l'abri des intempéries, des moustiques et des frissons », affirme Michel Martel.

Pour bien conseiller un propriétaire qui caresse un projet d'aménagement d'un espace de vie extérieur, il faudra tout d'abord s'assurer qu'il a bien pris conscience que vivre dehors, c'est vivre sous les regards possibles des voisins. Le propriétaire devra donc réfléchir à l'impact de son projet sur son voisinage et prévoir l'aménagement qui lui donnera le degré d'intimité souhaité.

Plusieurs autres éléments de réflexion orienteront le propriétaire vers le meilleur choix d'aménagement en fonction de ses besoins. Pour Noémie Bergeron, designer de jardins chez Marc-André paysagiste, le propriétaire doit commencer par déterminer quels usages il réserve à son nouvel aménagement extérieur. Il doit aussi se demander avec qui il fera ses activités et combien de personnes il pourra y accueillir. Il ne faut pas oublier non plus de considérer à quel moment de la journée il habitera son espace extérieur. Des activités en soirée requerront nécessairement de l'éclairage. Enfin, la question cruciale : quel est le budget disponible?

Selon le type d'aménagement, ses dimensions, les matériaux choisis et l'équipement installé, le coût de l'espace extérieur peut varier considérablement. Il est possible que le propriétaire doive restreindre l'étendue de son projet pour ne pas dépasser son budget. À cet effet, Noémie Bergeron recommande au propriétaire de graduer les éléments de l'aménagement, en commençant par les incontournables jusqu'aux moins importants. L'entrepreneur pourra ainsi proposer la meilleure solution en fonction du budget et remettre à plus tard les éléments moins essentiels.

Il est important pour le client d'avoir une vision à long terme et d'étudier la possibilité de réaliser le projet de ses rêves par étapes, de manière à bonifier son aménagement au fil des ans, à mesure que les fonds seront disponibles. Il faut aussi qu'il réfléchisse à ses besoins futurs. Voudra-t-il une piscine dans quelques années? Un ajout dont il vaut mieux prévoir tout de suite l'incidence sur l'aménagement de l'espace.

Les vocations possibles d'un espace de vie extérieur sont nombreuses : espace cuisine et salle à manger, espace salon avec un coin bar ou foyer si désiré, espace détente, espace spa, espace divertissement et pourquoi pas, un espace bain de soleil? Comme le souligne Noémie Bergeron, il n'est pas toujours nécessaire de munir l'espace d'un toit ou de l'encadrer d'une structure. Après tout, le but est de vivre à l'extérieur, et cet extérieur peut revêtir différentes formes. Et si le budget le permet, l'aménagement peut comporter plusieurs espaces, à l'image de l'habitation qui comporte plusieurs pièces.

Dans le design d'un projet, il faut tenir compte de l'habitation et de son accès à la cour. Normalement, il est souhaitable d'installer l'espace de vie extérieur près de la maison, afin d'y accéder facilement. De plus, comme l'endroit est esthétique, il est agréable de l'avoir à porter de vue, de l'intérieur de la maison. Sur le plan esthétique, il faudra prendre soin d'agencer le style de l'espace extérieur au style de l'habitation.

Selon les spécialistes consultés, plusieurs clients ont un faible pour l'aménagement d'une cuisine extérieure. Des fabricants comme Napoléon fournissent tous les éléments nécessaires pour composer des tables de cuisson. Noémie Bergeron a remarqué une demande croissante pour des cuisines tout équipées. De plus en plus, les gens souhaitent ne pas avoir à passer par l'intérieur quand ils arrivent de l'épicerie. La cuisine extérieure devra alors posséder un réfrigérateur, un évier et même un lave-vaisselle. Par contre, si l'alimentation électrique et en eau potable peut se réaliser assez facilement, il en va autrement de l'évacuation des eaux usées, dont le système doit être relié au drain sanitaire. Chose certaine, pour éviter les erreurs coûteuses, l'aménagement d'une cuisine exige une bonne planification.

Bien sûr, c'est surtout l'été que l'espace de vie extérieur sera utilisé, mais ceux qui optent pour un pavillon avec murs et toiture peuvent choisir d'installer un chauffe-terrasse afin de rendre l'endroit confortable au printemps et en automne. L'hiver, le pavillon servira d'espace de rangement.

Différents types de pavillons préfabriqués sont offerts sur le marché. Les pavillons Outdooring de Trévi, par exemple, sont offerts dans des dimensions allant de 10 pieds par 10 pieds, jusqu'à 12 pieds par 18 pieds. Les structures sont en aluminium ou en bois. Selon les modèles, les murs peuvent être composés de différents éléments : bois, aluminium, rideaux moustiquaires et opaques, disposés sur deux rails indépendants. Les modèles avec murs rigides viennent avec portes, fenêtres et moustiquaires. Les portes des modèles en bois se verrouillent à l'aide d'une serrure à clé, ce qui n'est pas le cas des modèles en aluminium.

Les pavillons en bois sont les plus solides, et leur toit est composé d'une résine opaque ondulée capable de supporter le poids de la neige. Plus fragiles, les pavillons dont la structure est en aluminium ont un toit en polycarbonate, plus léger que le toit de résine. Ce matériau offre l'avantage de laisser passer la lumière tout en filtrant les rayons UV. Comme le souligne Martin Gadoury, installateur de pavillons pour Trévi, il est recommandé de déneiger le toit de polycarbonate. Pour ce qui est du toit en toile, représentant l'option la plus économique, il faudra l'enlever pour l'hiver.

Si le client opte pour un pavillon préfabriqué, Martin Gadoury conseille de prévoir un dégagement minimal de deux pieds tout autour du pavillon de manière à avoir suffisamment d'espace pour assembler les éléments sans problème.

Peu importe le type d'aménagement choisi, il faudra s'assurer d'avoir une base solide. Michel Martel recommande d'excaver le sol à une profondeur de 12 à 18 pouces, d'installer une toile de géotextile et de remplir avec de la pierre concassée. Et, pour la surface, le choix pourra porter sur trois principaux revêtements: le béton, le pavé ou le bois. S'il s'agit d'un espace cuisine, l'entrepreneur suggère de couler une dalle de béton. Pour assurer un égouttement adéquat en cas d'infiltration d'eau, une légère pente est bien sûr de mise. Le pavillon préfabriqué devra être ancré au sol afin de bien résister aux bourrasques.

Pour meubler son nouvel espace, le propriétaire devra opter pour du mobilier spécialement conçu pour l'extérieur. Même si l'aménagement possède un toit et des murs, les infiltrations d'eau peuvent quand même survenir à l'occasion et le mobilier doit pouvoir résister à l'humidité. Et, comme le souligne Alain Gravel, directeur marketing et publicité chez Trévi, le mobilier doit aussi résister à la chaleur intense des chaudes journées d'été alors que les portes et les fenêtres du pavillon sont fermées. Si l'espace est sans toit, il faudra rentrer les coussins du canapé ou des fauteuils si la pluie s'annonce. Et avant de faire l'acquisition d'un mobilier, il est bon de vérifier son confort sans les coussins : ainsi, il ne sera pas toujours nécessaire de les remettre, surtout pour une brève incursion.

Qu'en est-il des prix maintenant? Chez Trévi, par exemple, les prix des pavillons préfabriqués varient entre 2 000 $ et 7 000 $. Tout est inclus, à part les ancrages pour fixer le pavillon et le coût de l'installation.

Si le client opte pour un pavillon sur mesure, construit sur place, Michel Martel estime que le coût total peut se situer entre 15 000 $ et 20 000 $ pour une superficie d'environ 200 pieds carrés. Il s'agit cependant d'un investissement rentable qui pourra être récupéré en bonne partie à la revente de la propriété, à la condition que l'aménagement ait été bien entretenu.

Comme pour tout projet de rénovation domiciliaire, l'investissement doit idéalement être proportionnel à la valeur de la propriété. Selon le spécialiste, le coût de l'ensemble de l'aménagement paysager devrait correspondre à environ 20 % du prix de la propriété. Il serait donc sage pour le propriétaire de sortir sa calculatrice avant de se lancer dans de grandes entreprises.

Enfin, avant d'entreprendre les travaux, l'entrepreneur devra vérifier les normes en vigueur auprès de sa municipalité. Selon les caractéristiques de l'aménagement, les normes peuvent effectivement varier d'une municipalité à l'autre.

Source : Québec Habitation Juin 2014 - Magasine publié par l'APCHQ Provinciale


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Le fouillis de l’immigration

Le fouillis de l’immigration
ARRESTATION - Leurre informatique

ARRESTATION - Leurre informatique
NOS RECOMMANDATIONS
La Ville de Magog lauréate du programme GEST

La Ville de Magog lauréate du programme GEST
Une bière quand tout brasse autour

Une bière quand tout brasse autour
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
AC- Opératrice, opérateur de machine à coudre industrielle - nov 2019
 
François Fouquet
Lundi, 18 novembre 2019
Le poids d’un coton ouaté

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 15 novembre 2019
Intervenant en conditionnement physique

Me Ariane Ouellet
Jeudi, 14 novembre 2019
Le bail de logement au-delà du décès

Daniel Nadeau
Mercredi, 13 novembre 2019
Le fouillis de l’immigration

Sarah Beaudoin
Mardi, 12 novembre 2019
Ce qui se passe dans ma chambre à coucher

La Ville de Magog lauréate du programme GEST Par Daniel Campeau Mardi, 12 novembre 2019
La Ville de Magog lauréate du programme GEST
Le Haut-St-François a un nouvel ambassadeur Par Anita Lessard Mercredi, 13 novembre 2019
Le Haut-St-François a un nouvel ambassadeur
Le fouillis de l’immigration Par Daniel Nadeau Mercredi, 13 novembre 2019
Le fouillis de l’immigration
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous