magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 15 janvier
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
SPORTS / Régionaux
Megan Foy Par Megan Foy
mfoy@estrieplus.com

Vendredi, 11 décembre 2020

Escalade: ouvert, mais pas pour autant rentable



 Imprimer   Envoyer 

Même si l'escalade en Estrie connait un certain essor depuis le début de la pandémie, les temps sont difficiles pour les centres récréatifs O-Volt et Vertige Escalade. 

« Vertige Escalade, ça fait 15 ans que ça existe, dont 12 années à Sherbrooke. C'est une entreprise qui était bien ancrée, qui avait un background financier solide », explique Jean-Martin Cyr, copropriétaire des deux institutions. Le coussin financier de l'entreprise, bâti au courant des dernières années, devait être réinvesti dans les deux entreprises de M. Cyr. Mais quand la COVID-19 est arrivée, il s'est avéré impossible de respecter l'engagement établi avec les fournisseurs. Par ailleurs, puisque Vertige n'était pas considérée en « danger » compte tenu de ce coussin financier, Jean-Martin Cyr s'est vu presque « bloqué de tous les prêts et de toutes les subventions [qu'il] aurait pu toucher ».

De son côté, O-Volt a ouvert une succursale à Blainville en décembre dernier - ce qui mettait déjà l'entreprise dans une position d'instabilité financière. M. Cyr soutient également qu'une mesure d'aide gouvernementale lui aurait été refusée en raison d'un critère d'admissibilité en lien avec l'âge de l'entreprise : « Ici, O-Volt, parce que ça fait 2 ans et 9 mois qu'on est ouvert, on n'a pas accès aux programmes qui nous donneraient un prêt pour nous permettre de continuer. Le critère, c'est trois ans. » Alors que des entreprises déficitaires presque année après année reçoivent cette aide, M. Cyr n'y a pas accès, même si son institution est solide et rentable. Certes, de nombreuses autres mesures d'aide sont disponibles, mais cet exemple illustre selon lui le manque de cohérence dans les décisions gouvernementales. 

 

Manque de ressources 

« On se retrouve dans une situation où on est plus endettés qu'à l'ouverture de nos centres », affirme Jean-Martin Cyr, exprimant toute la frustration et l'anxiété avec lesquelles lui et sa conjointe doivent pallier depuis le mois de mars. « Le seul véritable prêt qu'on a eu, c'est le [prêt de 40 000$ sans intérêts octroyé par le gouvernement fédéral.] Tous les autres prêts, il fallait signer notre vie », rajoute-il. Il explique que sa résidence personnelle ainsi que sa retraite sont en jeu : « Les intérêts continuent à s'accumuler, Si on fait un calcul rapide, que tu as une dette d'un demi-million et que tu as 6 ou 7% d'intérêts, c'est 70 000$ par année, seulement en intérêts. » De plus, il affirme que les montants dédiés à l'achat d'équipements sanitaires sont extrêmement différents d'une région à l'autre (soit à Sherbrooke et à Blainville), car les enveloppes d'argent gouvernementales ont été gérées par les municipalités elles-mêmes. 

Au-delà du manque de ressources, M. Cyr constate, pour les entrepreneurs, un manque de solutions venant du palier provincial. Bien sûr, il propose avant tout un remaniement des impôts de cette année. Mais dans l'optique où les frais fixes (électricité, location du bâtiment, assurances, etc.) de l'entreprise doivent être payés même si elle ne génère aucun revenu, c'est plutôt vers des solutions visant à les réduire que M. Cyr abonde.

« En ce moment par exemple, avec l'escalade chez O-Volt, je roule à 20% de mes revenus [pour 100% de mes frais fixes] », explique-t-il, rajoutant que son entreprise n'est pas considérée comme étant fermée - et donc, qu'elle n'a pas accès aux mêmes aides financières qu'un restaurant, entre autres... Même s'il fonctionne lui aussi grâce à 20% de ses revenus grâce aux commandes pour emporter. Jean-Martin Cyr se désole de le dire, mais il serait probablement plus rentable que ses entreprises soient complètement fermées qu'elles fonctionnent à capacité réduite.

L'activité physique au détriment du reste

« Ça n'augure rien de bon que le temps d'écran explose et que le temps passé à faire de l'activité physique diminue. », a exprimé dans La Presse Marie-Maude Dubuc, post-doctorante à la faculté des sciences de l'activité physique de l'Université de Sherbrooke, un peu plus tôt cette semaine.

Les centres de conditionnement physiques ayant fermé lors de l'entrée en zone rouge, les centres d'escalade comme Vertige ou O-Volt s'avèrent les seuls endroits où il est possible de faire de l'activité physique à l'extérieur de chez soi. La FQME (Fédération québécoise de la montagne et de l'escalade) en est probablement pour quelque chose, selon M. Cyr, précisant qu'ils ont eu la chance d'être représentés auprès des gouvernements : « en ce moment, c'est le secteur qui détermine ta survie. »

Chose certaine, la fermeture des gyms amène une nouvelle clientèle dans les centres d'escalade, mais elle ne représente actuellement que 10 à 15% des clients. Le reste? Il s'agit de la clientèle habituelle (adeptes, sport-études, etc.) : « On est tellement à une capacité réduite, que tous ces clients-là remplissent à eux seuls cette capacité », explique le copropriétaire, précisant ainsi la nuance à faire quand on constate que les cahiers de réservation des centres d'escalade sont pleins. 

« Pourquoi l'escalade est-elle permise, mais pas les trampolines et les installations pour enfants chez O-Volt? Ça je ne sais pas », exprime M. Cyr. Ses institutions sont maintenant munies d'un vaporisateur désinfectant le matériel, de lavabos pour se nettoyer les mains et de craie liquide - à base d'alcool - pour l'escalade. M. Cyr décrit ses entreprises par trois valeurs, soit l'éducation, la sécurité et l'activité physique... Mais comment les faire valoir lorsque les groupes scolaires ne viennent plus, lorsque le trampoline est jugé moins sécuritaire que l'escalade au niveau sanitaire et que les jeunes sont encore plus rivés sur leurs écrans depuis le début de la pandémie? 

Jean-Martin Cyr estime que la valeur des prêts octroyés à ses entreprises se situe à un peu plus d'un demi-million de dollars. À ce jour, les propriétaires évaluent toutes les possibilités pour leurs entreprises, particulièrement pour le centre récréatif O-Volt. L'établissement est le seul du genre dans la région.


Résidence Le Boisé du Lac dec 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Deux athlètes de Sherbrooke se voient récompensés

Deux athlètes de Sherbrooke se voient récompensés
Sherbrooke retrouvera son équipe de baseball junior en 2021

Sherbrooke retrouvera son équipe de baseball junior en 2021
Hyundai Sherbrooke jan 2021 B
NOS RECOMMANDATIONS
Trois musées de Sherbrooke s’unissent pour une expérience culturelle

Trois musées de Sherbrooke s’unissent pour une expérience culturelle
Rue King : le maire se prête au jeu

Rue King : le maire se prête au jeu
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Résidence Le Boisé du Lac dec 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
MSSS COVID-19 phase 9 dec 20
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 13 janvier 2021
Burlesque Amérique !

François Fouquet
Lundi, 11 janvier 2021
Vivre dans un état policier

Sarah Beaudoin
Samedi, 9 janvier 2021
Je ne suis pas ton idéal sexuel

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 8 janvier 2021
C'est le temps des résolutions

Yves Nantel
Vendredi, 8 janvier 2021
Se préparer à vivre autrement

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Concours Boucherie du Terroir 2101
Implantation d’un plan d’état d’urgence pour le Service de police de Sherbrooke Par Maxime Grondin Jeudi, 7 janvier 2021
Implantation d’un plan d’état d’urgence pour le Service de police de Sherbrooke
Couvre-feu à Sherbrooke : 35 constats d’infraction émis en deux nuits Par Maxime Grondin Lundi, 11 janvier 2021
Couvre-feu à Sherbrooke : 35 constats d’infraction émis en deux nuits
Trois musées de Sherbrooke s’unissent pour une expérience culturelle Par Maxime Grondin Jeudi, 7 janvier 2021
Trois musées de Sherbrooke s’unissent pour une expérience culturelle
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous