Musée Nature Science relache 2021
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
Salon Priorité Emploi fev 21
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 7 avril 2014

La valeur des choses



 Imprimer   Envoyer 

Dimanche matin. Tôt. Veille des élections provinciales. Je précise le moment pour bien situer l'état de cet esprit qui m'habite et qui a subi bien des pressions au cours des dernières semaines.

Il s'en est dit des niaiseries. Il s'en est insulté des gens au fil des semaines.

La bassesse des attaques a trouvé écho dans les médias sociaux. Il suffisait de retransmettre un texte qui vous a plu pour recevoir une flopée d'insultes. C'est étrange, cette agressivité. Vous remarquerez que les gens qui frappent le plus fort sont souvent ceux qui prétendent être complètement impartiaux. Se mentir à soi-même (et se croire...) c'est troublant aussi.

Le ton de cette campagne m'a déplu. Frustré, même.

M. Couillard qui ouvre le bal en disant : « C'est un gouvernement que je déteste! » en parlant de celui de Madame Marois. Le ton était lancé par le chef lui-même. La publicité qui démolissait Madame Marois était franchement déplacée (pour ne pas dire plus).  Déplacée parce qu'elle reprend le modèle américain. Et que je ne souhaite pas que ce modèle s'installe chez nous.

Dans une cour d'école, les chicanes les pires commencent par une insulte. C'est pareil dans la vie. Ce que sème ce type de publicité implique une réponse. Une vengeance. Une riposte. C'est la suite des choses qui me fait peur. On s'attend de nos chefs à ce qu'ils donnent l'exemple.

Le pire, c'est que si M. Couillard survit à Madame Marois, au sens propre, il déclarera, lors du décès de celle-ci : « Le Québec perd une grande dame. Nous avions des divergences dans nos façons de voir et de faire, mais je salue la politicienne de haut calibre qui a servi les Québécoises et les Québécois pendant près de quarante ans ». Madame Marois, à l'inverse, tiendrait des éloges de même acabit. La politique vient-elle avec le prononcé d'un serment d'hypocrite?

Oui, je sais, M. Couillard ne jouait pas seul sur la patinoire électorale. C'est juste qu'il a été plus spectaculaire à ce niveau.

Jamais, de mémoire, une campagne au Québec n'a été aussi pleine de vides. Avec un « s ». Il nous faut revoir nos manières et le livre des règlements, sinon, la haine et le mépris nous guideront dans tous nos gestes. 

Dimanche matin. 6 avril. Il neige encore. Bien honnêtement, cette campagne m'a déprimé passablement.

Heureusement, il y a eu vendredi dernier.

Attablé avec ma blonde et entouré de gens de toutes allégeances politiques, je participais à une soirée destinée à saluer des bénévoles qui oeuvrent dans notre arrondissement. J'animais la partie protocolaire. Je suis toujours ému de constater le travail que font les bénévoles sur le terrain.

Il y a, autour de vous, des voisins qui, chaque jour, chaque semaine, sortent de leur petit confort et donnent un coup de main. Ils le font gratuitement. Dans le sens gratuit du terme. Vendredi, ils sont arrivés à l'activité reconnaissance, habités par une sorte de petit malaise. Heureux, mais un peu troublés par tant d'attention. Pas qu'ils ne la méritent pas, nenon, mais parce que leurs gestes ne sont pas posés dans le but de recevoir un prix, une reconnaissance.  

Et vous savez quoi? Les politiciens de tous les partis auront beau s'égosiller, si on soustrayait, demain matin, l'implication bénévole de notre vie collective, le tissu social tomberait en lambeaux. Les conséquences seraient désastreuses.

La formule n'est pas magique. Le travail bénévole part d'un système de valeurs solide. Le jeu consiste à mettre ces valeurs en application. Le « politique » a pris la mauvaise habitude de mettre en place des mesures et de tenter de les faire coller à des valeurs ensuite. Tout cela pour les rendre vendables.

Il est temps de revoir nos mœurs politiques. Peu importe le résultat de cette élection.

Il est temps de regarder autour et définir ce qui est vrai de ce qui est faux.

Il est surtout temps d'arrêter de prétendre qu'à force de le répéter, le faux devient du vrai...

Merci à vous, bénévoles. Vous me donnez une inspiration dont vous ne vous doutez pas! Et c'est normal, parce que ce n'est pas, non plus,  pour cela que vous êtes bénévoles! Vous l'êtes simplement pour aider. Pour être utile!

Que les feux de la rampe quittent un peu le politique et qu'ils vous éclairent. Comme vous éclairez votre entourage. Et ne soyez pas mal à l'aise outre mesure. Vous ne l'avez pas bénévolé!

Clin d'œil de la semaine

Le printemps ne s'installe pas. J'imagine que le nouveau gouvernement va s'en occuper mardi...


Carnaval de Sherbrooke 2021
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Entre Woke et Ward

Entre Woke et Ward
Mais demain matin, m’aimeras-tu un peu?

Mais demain matin, m’aimeras-tu un peu?
Hyundai Sherbrooke fev 2021
NOS RECOMMANDATIONS
Un nouveau type de fraude à Sherbrooke fait deux victimes

Un nouveau type de fraude à Sherbrooke fait deux victimes
Cas possibles de variant de la COVID-19 au sein de deux écoles de la région

Cas possibles de variant de la COVID-19 au sein de deux écoles de la région
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Résidence Le Boisé du Lac dec 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
QT Recherche fév 2021
 
Me François Sylvestre
Jeudi, 25 février 2021
Le Choix d’un liquidateur : Une décision pas toujours si simple!

François Fouquet
Lundi, 22 février 2021
Entre Woke et Ward

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Musée Nature Science relache 2021
Entre Woke et Ward Par François Fouquet Lundi, 22 février 2021
Entre Woke et Ward
L’apport d’un mentor en entrepreneuriat de Sherbrooke reconnu Par Maxime Grondin Samedi, 20 février 2021
L’apport d’un mentor en entrepreneuriat de Sherbrooke reconnu
Semaine de relâche : une présence accrue des policiers Par Maxime Grondin Jeudi, 25 février 2021
Semaine de relâche : une présence accrue des policiers
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous