Automobiles Val Estrie dec 2019
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Sherbrooke aura son projet pilote pour la collecte du verre
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
Station Vacances 2019
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 8 avril 2015

La « fausse » bonne idée



 Imprimer   Envoyer 

Au dernier jour de mars, le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny conviait le milieu économique sherbrookois à une grande messe de remue-méninges pour faire naître chez nous un écosystème entrepreneurial qui sera le fondement de notre croissance économique future. Plaidant pour la mise en œuvre d'une véritable culture entrepreneuriale issue des forces vives de notre milieu, le maire Sévigny cherche donc à poser des gestes pour faire la différence.

Il est difficile d'être contre la tarte aux pommes de grand-mère. Pourtant, l'idée de la tenue d'un sommet sur l'entrepreneuriat apparaît comme une drôle d'idée et un vote de non confiance envers la stratégie de développement économique mise en place depuis le dernier sommet économique de 2007. Il avait alors été décidé collectivement de nous donner un nouvel outil de développement économique pour faire de Sherbrooke un pôle d'innovation majeur reconnu tant chez nous qu'à l'échelle internationale. On connaît la suite de l'histoire. Ce fut la naissance de Sherbrooke Innopole et la mise en œuvre d'une stratégie de développement économique basée sur cinq filières-clés. Où en sommes-nous au juste en 2015 avec notre volonté de créer une nouvelle économie à valeur ajoutée chez nous?

Retour sur image

À la suite du sommet de 2007, conformément à la volonté des forces vives de notre milieu économique, la structure de développement économique de la ville de Sherbrooke Innovation et développement économique (IDES) a été remplacée par une nouvelle; Sherbrooke Innopole. Un nouveau conseil d'administration présidé par Me Louis Lagassé, et réunissant les forces vives du milieu des affaires, a été mis en place et Sherbrooke s'est dotée d'une nouvelle stratégie de développement économique.

Cette stratégie de développement économique a été proposée par le spécialiste en développement économique international, ex-fondateur de Laval Technopole, Pierre Bélanger. Le plan de match proposé par ce dernier aux Sherbrookois tenait en quatre points essentiels à ses yeux :

✓        Une vision de développement stratégique basée sur cinq filières-clés;

✓        La création d'un environnement économique catalyseur de croissance;

✓        La création d'un terreau propice et fertile à l'innovation et à l'entrepreneuriat;

✓        La mise en œuvre d'une politique de « branding » énergique pour Sherbrooke et ses entrepreneurs.

Au départ de Pierre Bélanger, après près de cinq ans, tous nous convenions que Sherbrooke était sur le bon chemin pour réaliser son objectif de devenir une référence incontournable en matière d'innovation et d'entrepreneuriat. Pourquoi aujourd'hui vouloir dramatiser le lancement d'un nouveau chantier, qui est déjà en cours de toute manière, pour faire de l'entrepreneuriat le phare de notre avenir? Pourquoi abandonner la stratégie mise en place?

tournement de mission

Il n'a pas fallu de nombreuses années pour que nous posions des actions peu structurantes eu égard à nos objectifs. On ne devient pas Boulder, Colorado ou Silicon Valley en manquant de ténacité et en perdant foi en une stratégie mise en place avec tant de soin par tout un milieu économique. Il en a fallu des heures et des heures de discussion pour que les intervenants économiques s'entendent sur un plan de match afin de se donner des outils communs de développement et pour expliquer à ceux qui paient les taxes que le chemin est long afin d'atteindre les résultats escomptés. Pourtant, à peine quelques années plus tard, on voit bien que la stratégie des filières-clés a été mise au rancart même si officiellement on continue de la promouvoir avec nos mots.

On constate aussi que les critiques mal fondées par certains quant à l'abandon du secteur manufacturier par notre organisme de développement économique ont eu leur impact. Aujourd'hui, la situation est que sur cinq filières-clés, il reste bien sûr celle du secteur manufacturier qui peut compter sur trois personnes, la filière des sciences de la vie a toujours Josée Blanchard, la filière des technologies propres compte une professionnelle qui était l'adjointe de la directrice Chloé Legris, les filières des nano-technologies et des TICS n'a plus personne à sa tête depuis le départ de Gordon Harling. Si la stratégie des filières-clés est toujours à l'honneur, on constate qu'il y a de moins en moins de gens pour les animer.

Sherbrooke Innopole se voulait aussi une plate-forme de relations avec d'autres pays et d'autres économies innovantes sur la planète. On se rappellera que le coût des voyages de Sherbrooke Innopole faisait jaser. Aujourd'hui, plus de doute possible sur la frivolité de dépenses de Sherbrooke pour se promouvoir à l'étranger si l'on en croit certains médias de notre région. Imaginez, Sherbrooke a dépensé la somme de 63 000 $ en six ans pour entretenir des relations avec la Ville de Montpellier. Scandale en la demeure. Une journée durant, le maire de Sherbrooke a été obligé de justifier ces dépenses dans les médias.

Ce ne sont là que quelques exemples qui font la démonstration que Sherbrooke s'éloigne de son plan de match initial même si ce plan avait été appelé par tout un milieu. Si cela n'est pas un manque de ténacité, je ne sais ce que cela peut-être.

La politique un mauvais outil de développement économique

Dans un tel contexte, la proposition d'une grande messe sur l'entrepreneuriat par le maire Sévigny ne surprend guère. Outre le fait que cela ne fera que politiser le processus d'entreprendre. Ce qui est fondamentalement contre-productif. Pour s'en convaincre, il s'agit de voir comment nos relations économiques avec Montpellier ont été instrumentalisées par les adversaires politiques du maire Sévigny. Cette idée d'un sommet de l'entrepreneuriat vient aussi faire contre-emploi puisque Sherbrooke Innopole a déjà la mission de promouvoir une culture d'entrepreneuriat et d'innovation. Au prix que cela nous coûte collectivement, on devrait s'attendre à ce que cet organisme s'acquitte de sa mission. Plus encore, le maire Sévigny est membre du C. A. de Sherbrooke Innopole, il n'avait qu'à demander à cet organisme de prévoir l'organisation d'un tel événement dans le cadre de ses activités annuelles. Cela aurait évité de politiser le processus et aurait permis d'augmenter les chances de succès d'une telle initiative.

Mauvaise cible

En clair, j'ai la conviction intime que le maire Sévigny fait fausse route avec cette idée de sommet sur l'entrepreneuriat. C'est du mimétisme avec l'événement Je vois  Montréal. Un geste inconséquent avec ce que nous sommes et ce que nous voulons devenir. Bien sûr, il faut valoriser et mousser l'entrepreneuriat et l'innovation. C'est d'ailleurs le travail quotidien de Sherbrooke Innopole. Néanmoins, dramatiser ce thème et le politiser ne rendra pas service ni à nos entrepreneurs ni à nos outils de développement économique.

Le maire Sévigny aurait été plus avisé de convoquer un sommet des forces vives de notre milieu pour mettre en demeure nos gouvernements supérieurs, tant fédéral que provincial, de mettre fin à leurs compressions draconiennes dans nos universités, nos collèges et nos commissions scolaires et nos centres de recherche. Il devrait aussi défendre les organismes de développement régional que nous nous sommes donnés et surtout refuser que Sherbrooke soit une ville comme les autres au Québec en dehors de la métropole et de la capitale. Sherbrooke est l'un des trois pôles majeurs de développement économique et en plus nous sommes un pôle d'innovation majeur non seulement au Québec, mais à l'échelle internationale. Cela n'empêche que notre silence complice relativement à des décisions arbitraires d'Ottawa et de Québec et notre obsession de la rigueur budgétaire nous font dévier de notre objectif de faire de Sherbrooke quelque chose de grand. Le sommet de Bernard Sévigny est à ce titre une « fausse » bonne idée...


Entrepôt Chaussures Prix 27 nov 2019
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Le Canada aujourd’hui

Le Canada aujourd’hui
Le fouillis de l’immigration

Le fouillis de l’immigration
NOS RECOMMANDATIONS
Des entreprises s'engagent pour le développement durable

Des entreprises s'engagent pour le développement durable
Voies de fait causant des lésions

Voies de fait causant des lésions
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Fondation Rock-Guertin 2019
Alain-François concours
OSS - Grand concert de Noël Simons 2019
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 4 décembre 2019
Reconquérir le Québec

François Fouquet
Lundi, 2 décembre 2019
Ultimes indicateurs de performance

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 29 novembre 2019
Qualitarisme alimentaire, vous connaissez?

Zone Golf maintenant ouvert à Sherbrooke! Jeudi, 28 novembre 2019
Zone Golf maintenant ouvert à Sherbrooke!
Renaissance aux Promenades King Mercredi, 4 décembre 2019
Renaissance aux Promenades King
Un calendrier tout beau pour Magog Vendredi, 29 novembre 2019
Un calendrier tout beau pour Magog
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous