Automobiles Val Estrie dec 2019
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Sherbrooke aura son projet pilote pour la collecte du verre
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
Station Vacances 2019
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 3 avril 2019

Les bonnes consciences



 Imprimer   Envoyer 
Photo: Wikipedia

Tous y vont de leur commentaire sur la nouvelle Loi 21 sur la laïcité de l'État québécois présentée par le gouvernement Legault. Le débat fait rage. On a droit à un fracas d'invectives de part et d'autre, de lieux communs, d'idées préconçues, de références imprécises à l'histoire, qui se mêlent à la mauvaise foi empruntée à des idéologies avariées, le tout amplifié par les réseaux sociaux et sur la Toile (cette aire de jeu où parfois la bêtise anonyme se donne des airs de pertinence).

Même des commentateurs sérieux ou gâteux, à vous de choisir le meilleur adjectif, se permettent de comparer notre gouvernement caquiste nouvellement élu aux nazis d'Adolf Hitler. On a le superlatif facile, mais surtout les connaissances historiques anémiques. On met le feu comme au 19e siècle à notre parlement. Halte-là ! Il n'y a pas péril en la demeure. On parle de bouts de chiffon, de signes insignifiants à connotation religieuse et non pas du droit imprescriptible à sa religion, mais de ne pas la montrer pendant son travail. La religion, vous savez, c'est opium des peuples. Ces croyances en « un grand tout absent » en dehors de la vie réelle des femmes et des hommes. Tentative de pause sur un sujet banal transformé en poudrière par des forces nihilistes de la nation québécoise.

La Loi 21 sur la laïcité de l'État québécois

Cette loi vise tout simplement à interdire le port de signes religieux, non pas dans l'espace public, mais dans l'exercice d'une fonction (un travail) où il représente l'État québécois c'est à dire nous tous. Mieux encore, le gouvernement limite le rayonnement de cette interdiction à celles et à ceux qui exercent des fonctions d'autorité auprès des citoyennes et des citoyens. Par ailleurs, le gouvernement propose de reconduire les dispositions de la Loi 62 du gouvernement libéral précédent eu égard à l'obligation de recevoir des services à visage découvert. Cela tombe sous le sens si pour avoir accès au transport en commun par exemple, on ne peut vérifier l'identité du titre de transport, cela mène à la banqueroute du système de contrôle. C'est essentiellement cela la loi 21 du gouvernement Legault. Il n'y a pas de quoi écrire à sa mère.

La loi des mesures de guerre de Pierre Elliott Trudeau en 1970 vous vous en souvenez ?

Alors, comment expliquer tous ces cris et toutes ces vociférations de plusieurs groupes à l'encontre de cette loi du gouvernement Legault ? Ah oui, j'oubliais, c'est parce que notre gouvernement a décidé d'utiliser la clause dérogatoire prévue dans la constitution canadienne, la clause « nonobstant ». Là, on se déchaîne. Ce gouvernement de droite suspend les droits et libertés, des droits fondamentaux, au nom de ses lubies électoralistes de nation québécoise et de société distincte. C'est un crime contre l'humanité dirait le père de l'autre, Pierre Elliott Trudeau, que de défendre des droits collectifs contre les droits individuels. Celui-là même qui a emprisonné sans justifications aucunes des centaines de Québécoises et de Québécois en 1970 pour le crime abject de voir l'avenir du Québec comme un pays. Ah ces méchants terroristes.

Encore heureux que notre premier ministre de l'époque n'ait pas jugé bon d'imiter le gouverneur anglais Sir John Colborne et pendre haut et court ces méchants séparatistes comme le furent le 15 février 1839, le notaire Chevalier Delorimier. Le militaire français Charles Hindelang, l'huissier Pierre-Rémi Narbonne, le cultivateur Amable Daunais et finalement l'instituteur François Nicolas.

Justin, le fils de son père

Personne ne doutera un seul instant de la foi vive de Justin Trudeau envers les droits individuels et le multiculturalisme, les piliers de la pensée de Pierre Elliott Trudeau. Ce n'est pas étonnant que le premier ministre du Canada ait déclaré sur les ondes de RDI avant même d'avoir pris connaissance du projet de Loi 21 : « Pour moi, c'est impensable qu'une société libre légitime la discrimination contre quiconque, basée sur la religion. »

Plus tard en après-midi, dans le cadre d'un point de presse diffusé aussi sur les ondes de Radio-Canada, Justin Trudeau en a ajouté : « Je pense que les gens au Québec et partout au pays savent très bien que je vais toujours défendre la Charte canadienne des droits et libertés. Je vais toujours défendre les libertés individuelles. [...] M. (François) Legault, son gouvernement et tous les Québécois savent déjà à quel point ma position est très ferme là-dessus. » Il avait d'abord dit que « le Canada est un pays laïque qui respecte profondément les libertés individuelles, y compris la liberté d'expression, la liberté de conscience et de religion, le Québec fait de même. »

En substance, les chefs du Parti conservateur et du NPD Andrew Scheer et Jagmeet Singh ont tenu des propos similaires à Justin Trudeau. Seul Yves-François Blanchet du Bloc québécois s'est réjoui de la Loi 21 déposée à l'Assemblée nationale du Québec.

La réconciliation du Canada avec lui-même par le « Québec Bashing »

Belle unanimité contre le Québec. La meilleure façon de réconcilier le Canada avec lui-même et le parti libéral si divisé par les temps qui courent c'est de s'attaquer au Québec et surtout aux droits nationaux des Québécoises et des Québécois. Après tout, comme en Espagne, le Canada défend ces temps-ci devant les tribunaux la position voulant que le Québec n'ait pas le droit de quitter le Canada qu'importe la volonté du peuple québécois. Le droit à l'autodétermination c'était une chimère d'intellectuels et de constitutionnalistes d'une autre époque révolue aujourd'hui. Nous sommes en 2019, la nation québécoise n'existe pas. Nous sommes tous des Canadiens de nulle part. Nous n'avons pas d'autres identités que celle d'être membre de la « grande fratrie des calinours apatrides » qui ne carburent qu'aux droits individuels et à la culpabilité envers les peuples autochtones.

Si l'on réécrivait l'histoire, je ne serais pas étonné que tout ce qu'a pu faire le Canada anglais envers les peuples autochtones soit attribué à nous les méchants Français catholiques. C'est tout dire, à croire que l'on pourrait assister à la grande réconciliation de Jody Wilson-Raybould avec Justin Trudeau autour de leur opposition commune au méchant Québec qui viole les droits individuels et la sacro-sainte Charte des droits et des libertés en utilisant la clause maudite de dérogation.

Ah que nous sommes vilains !

La disposition de dérogation et le rapatriement de la constitution canadienne

Un mot pour finir sur la clause dérogatoire qualifiée de bombe atomique contre les droits et libertés individuelles. Cette clause existe parce que les premiers ministres des provinces de l'Ouest canadien ont exigé de Pierre Elliott Trudeau cette clause pour quitter le camp des huit provinces qui s'opposaient au rapatriement de la constitution canadienne en 1982. Ce n'est pas une demande du Québec.

Par ailleurs, le Québec, son Assemblée nationale, n'a jamais signé cette constitution canadienne qui lui a été imposée de force par le fédéral. À la limite, cette constitution qui consacre le multiculturalisme et la Charte des droits et libertés enchâssés n'est pas la nôtre. Si l'histoire a une signification, si les faits ont droit de cité et si l'on reconnaît vraiment que le Québec est une société distincte, le Canada devrait baisser le ton envers nous et envers notre gouvernement légitimement élu. Je finis par en avoir marre des bonnes consciences...


Fondation Québecoise du Cancer - voyage nov 2019
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Reconquérir le Québec

Reconquérir le Québec
Le temps du mépris et du sexisme éhonté

Le temps du mépris et du sexisme éhonté
NOS RECOMMANDATIONS
Des entreprises s'engagent pour le développement durable

Des entreprises s'engagent pour le développement durable
Jade Lacroix-Dubé a été RETROUVÉE

Jade Lacroix-Dubé a été RETROUVÉE
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Badmofo Methods juin 2019
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Animatout sept 2019
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 4 décembre 2019
Reconquérir le Québec

François Fouquet
Lundi, 2 décembre 2019
Ultimes indicateurs de performance

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 29 novembre 2019
Qualitarisme alimentaire, vous connaissez?

Un calendrier tout beau pour Magog Vendredi, 29 novembre 2019
Un calendrier tout beau pour Magog
Qualitarisme alimentaire, vous connaissez? Par Pierre-Olivier Pinard Vendredi, 29 novembre 2019
Qualitarisme alimentaire, vous connaissez?
Des horodateurs dans les rues de Magog Jeudi, 28 novembre 2019
Des horodateurs dans les rues de Magog
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous