magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
L'actualité en vidéos
Affaires & juridique
L'actualité en photos
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Ça se passe chez nous!
Blogue
Découvertes
Centre culturel Pierre-Gobeil 14 janvier 2019
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 3 décembre 2018

Mais qu’est-ce qu’on a tant ?



 Imprimer   Envoyer 

« Qu'est-ce qu'on a tant à quoi? », me direz-vous...

Qu'est-ce qu'on a tant à pogner les nerfs de façon si irrévérencieuse, si disproportionnée, si vulgaire, souvent?

Ce n'est pas la première fois que j'aborde le sensible sujet du « pognage de nerfs » sur les médias sociaux, dans la rue, au service à la clientèle, etc.

Mais je me demande encore d'où vient cette colère presque haineuse envers un inconnu ou envers un individu qui représente une institution, qu'elle soit commerciale ou publique.

Je comprends bien des choses, cela dit. Je ne suis pas si naïf. Et je suis très loin d'être un parfait exemple de calme. Je ne vous fais donc pas la morale, croyez-moi!

Je sais, par exemple, que quand on obtient une réponse fuyante à une question claire, il y a quelque chose de choquant dans l'air. Quelque chose qui devient une source de frustration et de perte de temps. Je sais tout ça.

Mais je m'explique mal comment on peut franchir les limites du savoir-vivre avec autant d'aisance!

Prenons exemple de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke. Il y a eu deux tempêtes de neige à date (et on est seulement le 2 décembre au moment d'écrire ces lignes). Chaque fois, on parle de la décision d'ouvrir ou de fermer les écoles toute la journée. Et pas des commentaires heureux, je vous dirais?

« Gang de crétins et d'imbéciles! Ils font un communiqué pour dire qu'il y a une veille pour le lendemain. C'est ben con de semer des faux espoirs chez les jeunes ! »

J'ai lu ce commentaire.

Ouch!

Ils annoncent une veille la veille (!) pour faire penser aux parents à un plan B si jamais les écoles ferment. C'est mal, ça? Ça sème de faux espoirs? Ben voyons! Ça te force à planifier, c'est tout.

Vous savez, j'aurais pu titrer ma chronique : « Y vont payer pour les autres! »
Je n'ai pas trouvé, exactement, ce qui ne va pas avec notre colère, nos accès de chialage, nos insultes lancées à gauche et à droite.

Mais je me dis que ça ressemble à « les esties, y vont payer pour les autres! » Au sens où tout autour de nous est pression : pression de performer, de consommer, de réussir, d'être heureux, d'être efficace, d'être un bon parent... Toutes sortes de pressions qui nous font pratiquement imploser au quotidien. Alors, quand se pointe une victime sur laquelle on peut frapper, on fesse fort!

Et là, tout est permis : les insultes, les bêtises, les menaces, tout! Les médias sociaux, le commis au magasin, l'employé de bureau du gouvernement, le gars ou la fille qui « chauffe mal son char », tout ce beau monde constituent une cible de choix qui ne peut pas se défendre. Et j'ai fichtrement l'impression que tout ce beau monde paie pour « les autres ». Ceux qu'on ne peut pas identifier, mais qui bouffent allègrement toutes nos ressources de patience.

Puis, un matin de tempête, je me promène en fredonnant le refrain « il est où le bonheur, il est où? »

Une collègue m'apostrophe, excédée : « Change de toune, maudite chanson de marde! »

Je me suis dit que le bonheur n'était probablement pas là...

Clin d'œil de la semaine

Je regardais l'orthographe des statuts des parents sur Facebook et je me suis dit qu'il devait neiger fort et souvent quand ils fréquentaient l'école...


Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Quand la musique parle au temps des Fêtes

Quand la musique parle au temps des Fêtes
Le goût de l’optimisme

Le goût de l’optimisme
NOS RECOMMANDATIONS
200 étudiants recherchés pour travailler à la Ville

200 étudiants recherchés pour travailler à la Ville
Une maison en construction rasée par les flammes

Une maison en construction rasée par les flammes
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Priorité Emploi Estrie Coaticook 18 janvier 2019
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Diex Recherche Sherbrooke Inc.
 
Sarah Jitten
Jeudi, 17 janvier 2019
Lingerie made in Québec pour la Saint-Valentin!

William Lafleur
Mercredi, 16 janvier 2019
Flexibilité ou mobilité ?

Alexis Jacques
Mardi, 15 janvier 2019
L’art du bonheur

François Fouquet
Lundi, 14 janvier 2019
Le goût de l’optimisme

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Les yeux rivés sur les JO de 2024 Par Vincent Lambert Vendredi, 11 janvier 2019
Les yeux rivés sur les JO de 2024
Embardée sur la 55: un conducteur avait 300 comprimés en sa possession Par Cynthia Dubé Vendredi, 11 janvier 2019
Embardée sur la 55: un conducteur avait 300 comprimés en sa possession
Condo et vice caché Par Me Michel Joncas Jeudi, 10 janvier 2019
Condo et vice caché
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous