SAQ_Mondial_des_cidres_2102
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 25 février
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
SAQ_Mondial_des_cidres_2102
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 7 février 2011

Petite chronique essentielle…


7 février 2011

 Imprimer   Envoyer 

« On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux. » J'y vais de mémoire. Une courte phrase de Antoine de St-Exupéry. Je vous laisse googler si vous voulez vous assurer que ce sont les mots justes. Je m'arrête à l'essentiel. 

C'est une bien belle phrase qui me rappelle une bien belle époque. En fait, toutes les époques qui appartiennent au passé sont de belles époques. Elles deviennent belles lorsqu'embellies par le temps qui passe. Ce temps, qui agit comme un vernis, fait reluire les moments moins drôles et rend plus éclatants les beaux. Un vernis qui camoufle bien des égratignures.

C'était donc l'époque où je savourais l'ultime liberté, celle que me procurait mon char neuf. Il n'était pas neuf, mais pour moi, il l'était. Une Honda Civic ‘76 achetée en '79. Ce bolide m'a rendu malade, ou presque. J'étais toujours dedans. Pour écouter le baseball des Expos, les nouvelles, la musique sur cassette 4 pistes, bref, j'étais toujours dedans! Mon char brisait et ma vie se brisait. Rien de moins. Mon grand frère en témoignerait sûrement...     

Et pour quelle raison est-ce que je parle de mon char aujourd'hui? Parce que je me souviens parfaitement bien y avoir entendu un reportage à la radio. On y prétendait que la société de loisirs était à nos portes. Je ne sais plus trop par quel tour de passe-passe, mais toujours est-il qu'on ne devait pas travailler après nos 50 ans sonnés, qu'on allait être riches d'une pension du gouvernement et d'une autre de notre entreprise, que nous allions crouler sous les liquidités financières, etc. La belle vie! Imaginez mon bonheur. J'étais libre, grâce à mon char. Et je serais riche, grâce à la vie.

La société de loisirs n'est pas venue, finalement. Sauf dans de rares cas. Il faudra donc travailler plus longtemps. Il y a même fort à parier que les employeurs vont nous encourager à rester après 65 ans... Les croûtons reviendront peut-être à la mode!

Dans le même reportage, on parlait aussi de l'extraordinaire quantité d'argent que nos héritiers allaient obtenir à notre grand départ. Sauf que... quand on veut établir une projection, il faut voir les deux côtés de la médaille. Oui, nous avons des valeurs : essentiellement, la maison et les assurances sur la vie. Mais l'espérance de vie ne cesse de monter! Ce qui fait qu'il y a fort à parier que nous aurons dépensé l'argent résultant de la vente de nos piaules en services de soins de santé et de résidences spécialisées avant de prendre le grand large. Ça change la donne!

Les pessimistes vous diront que c'est plutôt poche de penser qu'ils ont contribué monétairement à toutes sortes de fondations destinées à trouver des solutions pour régler des tas de maladies et que, lorsqu'ils seront âgés, ils dépenseront leur pécule à payer pour des soins parce que la science les retiendra de quitter...

Les autres diront que tant mieux s'ils vivent vieux, de toute façon, ils n'ont pas le goût de quitter pantoute! Et tant pis s'il ne reste pas vraiment d'argent.

Effectivement, ce n'est pas si grave si on ne lègue pas des fortunes. La réussite parentale n'est-elle pas de s'assurer que nos enfants disposent de ce que ça prend pour se débrouiller pendant qu'on est vivants?

L'essentiel est donc invisible pour les yeux. L'essentiel, en fait, c'est d'apprendre à vivre pour aujourd'hui, sans trop écouter les visionnaires qui décrivent la société de demain.

On dirait vraiment que tout est fait pour reporter à plus tard ce qu'on devrait vivre maintenant.

Je regarde la photo de ma Honda Civic '76. Maudite belle époque!

Clin d'œil de la semaine

Je remarque que Les Résidences Soleil sont partenaires de plusieurs fondations hospitalières. Voilà un investissement stratégique intéressant !

 

 

 


Résidence Le Boisé du Lac dec 2020
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Mais demain matin, m’aimeras-tu un peu?

Mais demain matin, m’aimeras-tu un peu?
Entre Woke et Ward

Entre Woke et Ward
Scie à Chaine Claude Carrier fév 2021
NOS RECOMMANDATIONS
Entre Woke et Ward

Entre Woke et Ward
Vaccination de masse : la campagne débutera le 15 mars en Estrie

Vaccination de masse : la campagne débutera le 15 mars en Estrie
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Carnaval de Sherbrooke 2021
Inscription Infolettre EstriePlus.com
QT Recherche fév 2021
 
Me François Sylvestre
Jeudi, 25 février 2021
Le Choix d’un liquidateur : Une décision pas toujours si simple!

François Fouquet
Lundi, 22 février 2021
Entre Woke et Ward

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 19 février 2021
Stressé ? Respire par le nez !

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
SAQ_Mondial_des_cidres_2102
Entre Woke et Ward Par François Fouquet Lundi, 22 février 2021
Entre Woke et Ward
Des capsules vidéo pour découvrir des artistes des Cantons-de-l’Est Mercredi, 17 février 2021
Des capsules vidéo pour découvrir des artistes des Cantons-de-l’Est
Stressé ? Respire par le nez ! Par Pierre-Olivier Pinard Vendredi, 19 février 2021
Stressé ? Respire par le nez !
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous