Musée Nature Science relache 2021
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan COVID-19 du 5 mars
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
Salon Priorité Emploi fev 21
CHRONIQUEURS /
Deux mots à vous dire
François Fouquet Par François Fouquet

Lundi, 17 janvier 2011

Insoutenable légèreté… de Facebook


17 janvier 2011

 Imprimer   Envoyer 

C'était une de mes premières chroniques. Celle sur la bulle. La bulle dans laquelle chaque individu se réfugie pour vivre dans une société qui en est à redéfinir ce qu'est la vie en société. La société du chacun-pour-soi.

« Je m'arrange, moi, ben qu'y s'arrange! » Le genre de phrase facile qui s'applique aux autres, mais jamais à soi. Quand le problème nous tombe dessus, là, on cherche de l'aide. Et on se surprend de ne pas en trouver là, tout de suite! Et on blâme le gouvernement, celui qui devrait donc avoir tout prévu « avec les impôts qu'on paie! »

Vous voyez le genre...

Je repensais donc à cette chronique cette semaine et j'en étais à me demander, sincèrement, si des trucs comme Facebook ne constituaient pas une solution à l'isolement. Après tout, certains comptent des centaines d'amis. C'est de l'interaction, ça madame!

Ironiquement, le lendemain, sur Facebook même, par le biais de mon fils (qui est aussi mon ami...), je me suis retrouvé devant un miroir incroyable : la vidéo d'un jeune homme qui, aidé de plusieurs cartons portant des messages, raconte qu'il n'est plus accroc à Facebook depuis cinq mois et 17 jours... Le miroir nous dit des choses solides et vraies. On n'a jamais 852 amis dans la vie. On en a 4, plus ou moins. Il dit aussi que le réseau social virtuel nous permet de regarder nos amis plutôt que de les voir... en vrai. Bref, il met en lumière l'incroyable légèreté de l'être ... sur Facebook. Une vidéo qu'on devrait tous voir.

http://www.youtube.com/watch?v=8UouP8cRYZ8&feature=player_embedded

On voit la vidéo, puis on se déconnecte, se désabonne, se désocialise? Pas du tout.

On devrait voir la vidéo rien que pour se rendre compte de ce que sont ces réseaux. De ce qu'ils peuvent faire. De ce qu'ils peuvent nous faire.  Ce sont des outils de communication modernes, nouveaux, éclatés. Mais des outils de communication distants, qui favorisent la socialisation chacun chez soi. L'outil est magique pour transmettre de l'information. Pour faire savoir des trucs.  Mais quand il prend toute la place, il peut faire de nous des invalides sociaux. Des gens devenus incapables de se regarder, de se sourire, de s'apprécier. La présence physique de l'autre devient un genre d'obstacle qu'on ne sait pas trop comment contourner. Tous les LOL, les bonhommes sourire, les acronymes, tout ça ne devrait jamais remplacer une poignée de main ou une accolade.

Chaque fois qu'on se dit qu'on va sur ces réseaux parce qu'on manque de temps, on donne raison au temps qui passe sans nous.

Je regarde autour et il est devenu presque impossible de voir des gens attablés dans un bar et qui ne textent pas avec quelqu'un d'autre en même temps. Je suis là sans y être. Je suis partout et, surtout, nulle part.

Je repense aux Colocs qui disaient : « J'ai jamais dit  je t'aime tout court, j'ajoute toujours quelque chose après. C'est comme ça qu'on voit si on est en amour Je t'aime beaucoup, ça fait moins vrai. »

Tantôt, on verra un gars et une fille, regardant au sol, dans l'angle familier de leur écran de téléphone et tentant de relever le défi de se dire je t'aime sans se texter.

Clin d'œil de la semaine

Découverte d'une hormone commune aux ados mâles et femelles : la textostérone


Écoloboutique mars 21
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Anniversaire pandémique : le temps de faire le point

Anniversaire pandémique : le temps de faire le point
Entre Woke et Ward

Entre Woke et Ward
NOS RECOMMANDATIONS
Un nouveau type de fraude à Sherbrooke fait deux victimes

Un nouveau type de fraude à Sherbrooke fait deux victimes
La vitesse aura un goût amer pour un jeune automobiliste

La vitesse aura un goût amer pour un jeune automobiliste
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Résidence Le Boisé du Lac dec 2020
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Radio-Canada PILI mars 21
 
Sarah Beaudoin
Samedi, 6 mars 2021
Vivement l’érotisme

Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 5 mars 2021
Qu’est-ce que la médecine fonctionnelle ?

Daniel Nadeau
Mercredi, 3 mars 2021
Le petit panthéon de mes disparus

François Fouquet
Lundi, 1 mars 2021
Je vous aimais bien, Monsieur et Madame Patate

Jacinthe Dubé 14 sept 2020
Radio-Canada PILI mars 21
Deux adolescents surpris à vendre du cannabis Mardi, 2 mars 2021
Deux adolescents surpris à vendre du cannabis
La vitesse aura un goût amer pour un jeune automobiliste Par Maxime Grondin Mercredi, 3 mars 2021
La vitesse aura un goût amer pour un jeune automobiliste
Même en mode virtuel, le Carnaval de Sherbrooke est un succès Par Maxime Grondin Mardi, 2 mars 2021
Même en mode virtuel, le Carnaval de Sherbrooke est un succès
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous