magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Arrestation pour braquage d'arme
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
Coop Funéraire arrangements juillet 2020
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 5 février 2014

Charbonneau, le cirque!



 Imprimer   Envoyer 

La Commission d'enquête de la juge Charbonneau tourne au cirque. La semaine dernière où l'ex-président de la FTQ, Michel Arsenault, a été mis en vedette en a fourni une brillante illustration.

Une procureure de la commission irrévérencieuse qui fait preuve d'irrespect et d'impatience envers le témoin. Elle se permet même de claquer des doigts comme pour rappeler à l'ordre un animal domestique. Non, Me Sonia Lebel n'a pas fait honneur à sa profession la semaine dernière.

Des bouteilles lancées à la mer...

S'il n'y avait que les comportements inacceptables de la procureure en chef, on pourrait toujours mettre cela sur le compte d'une personnalité à la recherche de la célébrité. Mais il n'y pas que cela. Il y a aussi les ratés inacceptables d'un service d'enquête et de recherche qui laissent filtrer des informations qui ne sont pas documentées par la suite avec le résultat déplorable que cela peut avoir sur des réputations. On n'a qu'à se rappeler la liste de personnalités lancée au printemps 2013 fréquentant le club privé 357 C. Le contexte pouvait laisser croire que ces gens entretenaient des relations malhonnêtes liées à la corruption et cela n'a pas eu de suite. Les torts irréparables causés à l'ancien maire de Montréal Gérald Tremblay alors qu'il n'était coupable de rien. Plus récemment, la commission a laissé filtrer des informations sur du financement douteux touchant la circonscription de l'ancien premier ministre Jean Charest qui se sont avérées sans fondements. Même chose à l'endroit d'un coquetel de financement au bénéfice de l'ex-ministre Jean-Marc Fournier. La semaine dernière encore, on a laissé croire pendant quelques jours à l'existence d'un « deal » entre Claude Blanchet, le conjoint de madame Pauline Marois, ci-devant première ministre. J'ai même commenté cela dans une chronique ici. Non vraiment, cela tourne au vaudeville.

Une vraie commission d'enquête

Madame Charbonneau manque à son devoir de présider une commission d'enquête qui devrait nous renseigner sur les stratagèmes afin de nous aider à comprendre les systèmes. Nous avons plutôt droit à un cirque qui alimente les médias sociaux et les réseaux d'information continue. Je ne suis pas juriste, mais je me fie aux commentaires de l'ex-juge Suzanne Coupal et je trouve que cette femme a plein de bon sens dans ses commentaires. Madame Charbonneau manque à ses devoirs élémentaires dans son rôle actuel. Elle n'avait pas le droit de laisser passer les remarques ironiques et les claquements de doigts de Me Lebel. Pas plus qu'elle ne doit nous faire connaître son approbation ou sa désapprobation envers les témoins qu'elle entend.

Madame Charbonneau devrait se garder une petite gêne dans ses leçons de moralité à la petite semaine sur ce que devraient faire ou ne pas faire un homme et une femme politiques. Traquer les stratagèmes, les débusquer et proposer des recommandations pour chercher à faire en sorte que de tels abus soient plus difficiles à l'avenir, voilà son rôle. Si j'en crois le rapport d'étape qui a été déposé à la va-vite la semaine dernière, je suis inquiet quant à l'avenir.

Alimenter les préjugés

La commission Charbonneau ne peut être uniquement une séance de défoulement collectif où l'on accrédite l'idée que tout le système est pourri et que tous les politiciens sont des proches de la mafia. La population dans son ensemble cultive le cynisme à l'endroit de sa classe politique, madame Charbonneau devrait aider à faire la part des choses, pas alimenter les préjugés. Il est vrai que de nombreuses personnes ont abusé de notre argent. Il y avait un système de corruption et cela a bien été démontré. Néanmoins, la preuve est loin d'être faite que ce système était généralisé et que tous les gens œuvrant dans le secteur privé au Québec sont liés à la mafia.

Un sondage réalisé par Léger marketing au bénéfice de Cogeco et dévoilé par monsieur Louis Audet, président-directeur général de cette entreprise, fait état du fait que 50 % de la population croit que l'entreprise privée est mauvaise pour l'économie du Québec. Ce n'est pas avec la façon de faire de la commission Charbonneau que l'on va convaincre la population que cela n'est pas exact.

La responsabilité de madame Charbonneau

À l'ère des réseaux sociaux et des réseaux d'information continue, la juge Charbonneau a une immense responsabilité. Elle doit faire preuve de prudence et chercher à revigorer le tissu démocratique québécois. La démocratie ou le vouloir-vivre ensemble n'est pas la propriété des hommes et femmes politiques, encore moins des partis politiques. Faire la lumière sur un système qui dépossédait notre société de son système démocratique était une nécessité. Néanmoins, pour atteindre cet objectif, il faut que cette commission soit autre chose qu'un cirque qui alimente le cynisme et qui dépossède les Québécoises et les Québécois de leur vie publique commune.

J'ose espérer que la semaine de congé d'auditions publiques permettra à la juge Charbonneau et à tous ceux et à toutes celles qui y œuvrent de faire un examen de conscience et de faire preuve d'une plus grande perspicacité sociologique afin que cette commission ne devienne pas un vulgaire cirque.

Tweet de la semaine : « Le deuil du bonheur est-il plus ou moins douloureux que son attente » dans Bernard Pivot, Les tweets sont des chats, Paris, Albin Michel, 2013, p.158.

Commentaires ou suggestions : dnadeauestrieplus@gmail.com



Genevieve Hébert, députée de Saint-Francois
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Le pays qui refuse de naître

Le pays qui refuse de naître
S’encanailler avec les idées à la mode…

S’encanailler avec les idées à la mode…
NOS RECOMMANDATIONS
L’ÉTÉ 2020 SANS FESTIVAL, VRAIMENT?

L’ÉTÉ 2020 SANS FESTIVAL, VRAIMENT?
Sherbrooke et Magog, à vos rasoirs!

Sherbrooke et Magog, à vos rasoirs!
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Dominos_juin2020
 
Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 10 juillet 2020
J’ai pris 10lbs depuis le début de la pandémie

Daniel Nadeau
Mercredi, 8 juillet 2020
Le grand déboulonnage…

Alexis Jacques
Mardi, 7 juillet 2020
Chronique en rappel - Nous avons peur!

Jérôme Blais
Mardi, 7 juillet 2020
Pluie pas pluie j’y vais !

Sarah Beaudoin
Lundi, 6 juillet 2020
Chronique en rappel - Parlons sexe, genres et identité

François Fouquet
Lundi, 6 juillet 2020
Les clichés du miroir

Jacinthe Dubé 5 juin20
Coop Funéraire arrangements juillet 2020
L’an 2 du projet artistique Cultures croisées :  L’art, la terre et les racines Par Daniel Campeau Samedi, 4 juillet 2020
L’an 2 du projet artistique Cultures croisées : L’art, la terre et les racines
L’ÉTÉ 2020 SANS FESTIVAL, VRAIMENT? Jeudi, 2 juillet 2020
L’ÉTÉ 2020 SANS FESTIVAL, VRAIMENT?
Chronique en rappel - Parlons sexe, genres et identité Par Sarah Beaudoin Lundi, 6 juillet 2020
Chronique en rappel - Parlons sexe, genres et identité
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous