Radio-Canada - Par Ici l'info
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
13°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Ça se passe en Estrie
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
J & M Grégoire
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 11 juillet 2018

Garder le cap sur l’avenir!



 Imprimer   Envoyer 
Ces vingt dernières années, nous avons patiemment cherché à faire le virage d’une économie à forte intensité de main-d’œuvre à une économie à valeur ajoutée. - Daniel Nadeau

La décision du conseil municipal de la Ville de Sherbrooke d'aller de l'avant non seulement avec le déplacement du pont des Grandes-Fourches, mais aussi avec le concept d'un pont signature mérite d'être saluée. Ce n'est pas tous les jours que nous avons l'occasion de célébrer une décision de notre ville en matière d'urbanisme et surtout pour sa vision quant au développement de notre centre-ville. Quelques éléments de réflexion autour du centre-ville de Sherbrooke.

Un contexte global

Si l'on veut discuter intelligemment de développement urbain en ce 21e siècle, il importe de bien situer la perspective selon laquelle on veut discuter.

Ces vingt dernières années, nous avons patiemment cherché à faire le virage d'une économie à forte intensité de main-d'œuvre à une économie à valeur ajoutée. Nous avons à la suite d'une concertation de tous les intervenants économiques de Sherbrooke dans le cadre d'un sommet convoqué par l'ancien maire Perrault, fait le virage vers l'innovation. Nous avons créé Sherbrooke Innopole et mis en œuvre une stratégie économique basée sur l'idée des grappes industrielles popularisées au Québec par l'ancien ministre libéral Gérald Tremblay, stratégie connue sous le nom de filières-clés.

Devant une urbanisation débridée dictée bien souvent par les intérêts du moment, nous avons tenté de nous donner une vision de développement urbain adapté aux circonstances. Des décisions incohérentes comme la création du Plateau Saint-Joseph ont cependant fait naître une solide opposition citoyenne qui a retardé de près de dix ans l'adoption d'un schéma d'urbanisme adapté à notre époque. Un schéma qui reprend à son compte des idées comme la consolidation des pôles de développement de l'économie du savoir; le soutien à une base manufacturière diversifiée; la concentration de l'offre commerciale tout en assurant une desserte commerciale de quartier dans chacun des milieux de vie; la densification du territoire ainsi que la consolidation et le développement de pôles urbains stratégiques susceptibles de favoriser le transport urbain collectif et le transport actif.

L'une des orientations les plus fondamentales est la consolidation du caractère spécifique du centre-ville de Sherbrooke qui se traduira entre autres par le renforcement de ses activités culturelles; la réaffirmation du lieu d'accueil des services administratifs régionaux; le développement d'un écosystème entrepreneurial prospère et le développement d'un fort caractère résidentiel.

La décision du conseil municipal

Ce que le conseil de ville de Sherbrooke a annoncé la semaine dernière c'est deux décisions porteuses d'avenir pour le développement du centre-ville de Sherbrooke. D'abord, le choix courageux et salutaire d'accepter de dépenser plus pour le réaménagement du nouveau pont des Grandes-Fourches et d'en faire un pont signature. Puis, la publication des critères pour l'appel d'offres public lié à la revitalisation de la rue Wellington Sud. Par ces décisions, le conseil municipal s'inscrit dans les consultations citoyennes en amont et dans les orientations fondamentales qui en ont découlé que l'on retrouve dans le plan 20/20 du développement du centre-ville de Sherbrooke. Nous saluons ces deux gestes.

Ici, il apparait important de rappeler que de nombreuses consultations ont été faites sur l'avenir du centre-ville de Sherbrooke. Des consultations en amont des citoyennes et des citoyens qui ont marché le centre-ville un samedi matin et des consultations ciblées auprès des groupes intéressés, les parties prenantes. À la fin du processus, le comité-conseil du plan 20/20 composé de citoyennes et de citoyens et présidé par monsieur Jean-Pierre Bertrand a proposé un plan au Conseil d'administration de Commerce Sherbrooke qui en a recommandé l'adoption au Conseil municipal de la Ville de Sherbrooke. Cela en fait de la consultation ne croyez-vous pas?

Bien sûr, pour être de bons comptes, il faut dire que des projets particuliers comme celui du pont des Grandes-Fourches, ou la taille des stationnements pour la rue Wellington Sud n'ont pas fait l'objet de consultations spécifiques. Il n'en demeure pas moins que ces projets sont pleinement inscrits dans les orientations et les objectifs du plan 20/20 qui a fait place à une large consultation de toutes les parties prenantes.

Le projet de revitalisation de la rue Wellington Sud et du pont Abénaquis

Le 21 novembre 2017, j'écrivais ici que : « Les projets Well Inc. et celui de déplacer le pont des Grandes-Fourches pour en faire le pont Abénaquis ne sont pas une lubie de l'ancien maire de Sherbrooke ni des idées de grandeur déconnectées de la réalité de notre époque. Je veux bien que le nouveau conseil municipal et le nouveau maire, Steve Lussier, se penchent une fois encore sur ces dossiers et qu'ils y apportent leur touche personnelle. C'est leur droit et leurs prérogatives puisqu'ils ont été élus. Il ne faudrait pas cependant que l'on perdre de vue que l'avenir de Sherbrooke et sa prospérité future sont liés à un centre-ville revivifié par la création d'une culture entrepreneuriale forte et d'un caractère résidentiel et commercial dynamiques.

Ces projets qui sont des investissements importants, convenons-en, sont fondamentaux pour notre avenir. Ils permettront de redonner aux Sherbrookoises et aux Sherbrookois le cœur historique de la ville de Sherbrooke, créeront un milieu de vie résidentiel et commercial d'avant-garde, redynamiseront le développement économique de la ville, affirmeront la place de Sherbrooke parmi les grands centres économiques du Québec et permettront enfin de donner une identité forte à Sherbrooke en développant un sentiment d'appartenance de la population envers le centre-ville. »

C'est pourquoi aujourd'hui, il est normal que j'écrive à nouveau sur le sujet et que je félicite les membres du conseil municipal et le maire de la Ville de Sherbrooke, monsieur Steve Lussier, d'avoir appuyé les orientations et les volontés de la population pour le développement du centre-ville de Sherbrooke.

Le centre-ville de Sherbrooke : la clé de la prospérité

Le développement du centre-ville c'est aussi la clé de notre prospérité et constitue non pas une dépense inappropriée, mais c'est en quelque sorte, notre planche de salut. Au lieu d'en parler dans ces termes, le centre-ville a fait l'objet de débats oiseux et l'on en a discuté comme un irritant, une menace ou encore comme un projet concurrent pour les autres quartiers de la ville. Quelle bêtise! Nous sommes sûrement la seule ville où l'on retrouve des gens qui n'aiment pas leur centre-ville. C'est comme si l'on se refusait comme ville le droit de se donner une identité.

Les centres-villes ont historiquement toujours été des hauts lieux d'animation et d'interaction, jusqu'au tournant des années 1950 où la démocratisation du transport par l'automobile a profondément changé la donne. Chez nous, la création du Carrefour de l'Estrie a littéralement tué notre centre-ville. Le plateau Saint-Joseph a également ajouté des défis pour notre centre-ville.

Cela s'inscrivait dans une logique où la mixité des usages et la mixité sociale étaient remplacées par des quartiers à fonction unique. On a choisi l'isolement plutôt que l'interaction, la quiétude des banlieues plutôt que l'effervescence des quartiers centraux, l'automobile et la société du pétrole plutôt que la marche, le transport actif, le transport collectif et le développement durable. Ces choix du 20e siècle ne sont plus d'actualité à l'heure où les changements climatiques vont dramatiquement bousculer nos vies. Il y a urgence d'agir.

Quelques voix discordantes

Il est normal que l'on entende dans la foulée de ces décisions du conseil municipal, certaines voix qui s'opposeront à ces projets au nom des réflexes de boutiquiers qui veulent dépenser le moins possible ou encore celles et ceux qui rêvent de déménager le centre-ville à l'intersection des rues King et Jacques Cartier. Ces voix seront relayées par certains membres du conseil municipal. C'est de bonne guerre. C'est de la politique municipale. Ce qui me réjouit aujourd'hui c'est de prendre la mesure des voix majoritaires de ce conseil municipal qui a choisi la cohérence du développement de notre ville plutôt que la voix populiste de certains abonnés du conseil municipal. Cela est d'autant plus important que le centre-ville de Sherbrooke, c'est la clé essentielle de l'identité sherbrookoise à construire et à développer.

Le centre-ville constitue le lieu le plus propice à la rencontre des forces vives de notre communauté et le plus apte à y faire naître une synergie créatrice d'innovation. C'est le lieu par excellence pour attirer et retenir chez nous les millénaristes qui sont des adeptes du mode de vie Work, Live and Play et où la mobilité durable et les contenus culturels se rencontrent dans un lieu de créativité. C'est un lieu de rencontre exceptionnel où la nature et la culture se juxtaposent dans un cadre bâti exceptionnel et patrimonial. C'est enfin un lieu important de mixité sociale.

Un geste de leadership

Le maire Steve Lussier et les membres du conseil viennent de poser un geste important de leadership. Par leurs décisions, ils vont contribuer à faire de Sherbrooke un centre urbain important au Québec. Cette ville possède une tradition d'entrepreneuriat et d'innovation qui est devenue sa marque de commerce. Cette tradition doit aujourd'hui se traduire par une vision innovante de l'avenir du centre-ville. Il faut investir dans notre avenir. Il faut garder le cap sur l'avenir!


Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Québec 2018, c’est parti…

Québec 2018, c’est parti…
Ça va être lait!

Ça va être lait!
NOS RECOMMANDATIONS
Un Sherbrookois disparu depuis le 7 septembre

Un Sherbrookois disparu depuis le 7 septembre
Comment se faire des amis ?

Comment se faire des amis ?
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Club de Golf Milby
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 19 septembre 2018
Voter autrement pour gouverner autrement…

William Lafleur
Mercredi, 19 septembre 2018
Plus fort que le café

Priscilla Boutin
Mercredi, 19 septembre 2018
La tendance est aux couleurs!

François Fouquet
Lundi, 17 septembre 2018
Jacques Rougeau et les élections…

Hyundai Sherbrooke
Magog prend part à la Flambée des couleurs Par Cynthia Dubé Mercredi, 12 septembre 2018
Magog prend part à la Flambée des couleurs
L’inflammation chronique, c’est quoi ça et en quoi ça nous concerne? Par Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND. A. Jeudi, 13 septembre 2018
L’inflammation chronique, c’est quoi ça et en quoi ça nous concerne?
Nouveau projet pour réduire les bouteilles de plastique Par Vincent Lambert Jeudi, 13 septembre 2018
Nouveau projet pour réduire les bouteilles de plastique
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous