Remises Gagnon
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
L'actualité en vidéos
Affaires & juridique
L'actualité en photos
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Ça se passe chez nous!
Blogue
A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
MEMPHRÉMAGOG / Actualité
Vincent Lambert Par Vincent Lambert
vlambert@estrieplus.com

Vendredi, 9 novembre 2018

Yanic Perreault, recordman des Cantonniers



 Imprimer   Envoyer 
Yanic Perreault (troisième à partir de la droite en bas) a complété sa saison chez les Cantonniers avec une récolte de 127 points (70-57) en 42 parties, tout juste devant son coéquipier Pierre Sévigny (121 points en 40 parties) (crédit photo: archives Cantonniers de Magog).

Le passage de Yanic Perreault avec les Cantonniers de Magog n'a duré qu'une seule saison, mais ce fut suffisant pour qu'il inscrive son nom dans le livre des records de l'équipe, mais aussi dans celui de la Ligue de hockey midget AAA du Québec (LHMAAAQ).

Lorsqu'il est arrivé avec les Cantonniers de Magog - auparavant appelés les Cantonniers de l'Est - à l'âge de 16 ans en 1987-88, le Sherbrookois Yanic Perreault quittait pour la première fois le nid familial pour aller jouer au hockey. Rapidement, il s'est intégré et sa productivité offensive lui a permis de se classer comme meilleur pointeur dans LHMAAAQ cette année-là.

Il a complété la saison avec une récolte de 127 points (70-57) en 42 parties, tout juste devant son coéquipier Pierre Sévigny (121 points en 40 parties). Les Cantonniers avaient terminé en deuxième position au classement général derrière les Régents de Laval-Laurentides-Lanaudières, équipe contre laquelle ils avaient perdu le championnat.

« On avait une très bonne équipe, se rappelle Yanic Perreault. J'avais mis beaucoup d'énergie et d'efforts durant l'été. Lorsque j'ai été jumelé à Pierre Sévigny après quelques parties, j'ai trouvé qu'on avait une bonne chimie. Ç'a vraiment cliqué. Je me souviens aussi que ça allait très bien avec Guy Lehoux sur le jeu de puissance. Les entraîneurs Pierre Cliche et Luc Boucher nous faisaient vraiment confiance. Ils nous laissaient être créatifs. Ils voulaient qu'on travaille fort dans les deux côtés de la patinoire. Ç'a été une très belle année. »

Durant toute sa carrière de hockeyeur, Yanic Perreault a toujours mis les chances de son côté pour avancer et continuer dans son sport. Cette attitude, il l'avait déjà quand il s'est amené avec la formation magogoise. « Quand je suis parti de chez moi, j'ai compris que la première raison pour laquelle je m'en allais à Magog, c'était pour jouer au hockey avec les Cantonniers, raconte-t-il. Je me suis toujours dit que je mettrais le plus de chances de mon côté pour continuer et avancer. J'ai toujours pensé comme ça, même dans le junior. C'est facile parfois de tomber dans toute sorte de pièges et de ne pas mettre toutes les énergies nécessaires. Mes parents m'ont montré de belles valeurs et j'étais très discipliné. Ça m'a beaucoup servi à continuer dans ma progression de joueur de hockey. »

Un record qui tient toujours

Yanic Perreault détient toujours le record du plus grand nombre de points marqués par un joueur chez les Cantonniers de Magog en une saison. Sa récolte de 127 points en 42 parties n'a toujours pas été surpassée depuis les trente dernières années. La sera-t-elle un jour?

« On ne sait jamais parce que le hockey change toujours, répond le principal intéressé, dont le chandail numéro 16 a été retiré. J'avais amassé beaucoup de points cette année-là. Les gardiens de but sont encore plus athlétiques. Des fois, il se compte un peu moins de buts, ça dépend des années. On ne sait jamais ce qui peut arriver. On voit peut-être un peu moins d'offensive aujourd'hui qu'il y en avait dans ce temps-là. »

Le Sherbrookois figure aussi en haut de classement pour le plus de buts (8) en une partie, record qui tient toujours également dans la LHMAAAQ. Il avait réalisé cette marque contre les Frontaliers de l'Outaouais le 22 novembre 1987 à l'aréna de Magog. « Ce soir-là, tout cliquait et ça allait bien, se souvient-il. Je pense même que j'ai frappé deux poteaux. On ne sait jamais, un soir, tout peut cliquer pour un joueur. »

Quand il évoluait dans le hockey mineur, Yanic Perreault souhaitait jouer pour les Cantonniers. Faire partie de l'histoire de cette organisation est pour lui bien spécial. « En jouant pour les Cantonniers, tu réalises un petit peu ton rêve d'enfance, souligne-t-il. Ensuite, tu veux continuer et essayer de jouer dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Quand tu es dans le junior, ton but est de continuer avec le professionnel. C'est toujours après ça que tu accroches. Les Cantonniers ont été très gentils avec moi. Chaque fois que je vais à l'aréna de Magog, c'est toujours spécial. »

Une longue carrière dans la LNH

Yanic Perreault a eu le privilège de jouer 859 parties et d'amasser 516 points dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Repêché en 1991 par les Maple Leafs de Toronto, il a terminé sa carrière en 2007-08 avec les Blackhawks de Chicago.

Au cours de sa carrière, le Sherbrookois a évolué avec plusieurs équipes dont les Predators de Nashville, les Coyotes de l'Arizona et les King de Los Angeles. Mais avoir porté les couleurs de trois des six équipes originales (Toronto, Montréal, Chicago) figure parmi ses bons souvenirs.

« J'ai manqué de temps un peu pour faire les trois autres, lance-t-il à la blague. C'est sûr que de jouer dans des marchés comme Montréal, Toronto et même Chicago, c'est toujours spécial. On connait l'importance que le monde accorde au hockey. Quand tu te fais repêcher, déjà là, tu réalises un rêve. Le fait de pouvoir jouer à Montréal devant tes amis et ta famille avec une équipe que tu as regardée en grandissant, ça aussi, c'est super spécial. »

Maintenant retraité comme joueur de hockey, Yanic Perreault demeure impliqué dans le milieu comme entraîneur au développement des joueurs chez les Blakhawks de Chicago. « Quand j'ai fini à Chicago, j'avais pris quelques années de recul et j'étais revenu au Québec, note-t-il. Certaines équipes m'appelaient pour voir si je voulais être encore impliqué dans le hockey étant donné que j'avais beaucoup d'expérience. Chicago avait appelé plusieurs fois pour voir si je voulais essayer une demi-saison en 2013. Cette année-là, les Blackhawks ont gagné la Coupe Stanley, le timing était bon. »

« L'année d'après, l'organisation voulait que j'en fasse un peu plus, poursuit-il. On a regardé ma famille et moi la possibilité de déménager là-bas. Tout le monde a embarqué dans ce défi. Si tu attends trop longtemps avant de t'impliquer à nouveau dans le hockey, c'est difficile de revenir, car le sport change continuellement. On l'a vu dans les dernières années. »

Même s'il est loin de la région de l'Estrie, Yanic Perreault continue de regarder ce qui se passe avec les Cantonniers de Magog, formation avec laquelle il a connu beaucoup de succès lors de son passage dans la LHMAAAQ.

 

Crédit photos dans le texte: Club de hockey Canadien inc.


Karting Orford
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Des modifications pour la revitalisation du centre-ville

Des modifications pour la revitalisation du centre-ville
Fondation Christian Vachon : soutien pour 16 enfants

Fondation Christian Vachon : soutien pour 16 enfants
NOS RECOMMANDATIONS
Nouvelle expérience immersive pour le vélo

Nouvelle expérience immersive pour le vélo
Un homme décédé en abattant un arbre sur son terrain

Un homme décédé en abattant un arbre sur son terrain
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Remise Gagnon
 
François Fouquet
Lundi, 10 décembre 2018
L’esprit des Fêtes… ou les esprits de Fêtes!

Cégep de Sherbrooke
Lundi, 10 décembre 2018
Cégep de Sherbrooke : s’adapter au changement

Marie-Soleil Samson, B.Sc., ND. A.
Vendredi, 7 décembre 2018
Refrain de Noël: «tous les soirs, ce besoin de boire» en version plus santé!

Jacinthe Dubé 29 nov 2018
Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Un premier artiste dévoilé pour la Fête du lac des Nations Par Cynthia Dubé Lundi, 3 décembre 2018
Un premier artiste dévoilé pour la Fête du lac des Nations
Une révolution pour les maladies neurodégénératives Par Vincent Lambert Lundi, 3 décembre 2018
Une révolution pour les maladies neurodégénératives
Nouvelle expérience immersive pour le vélo Par Vincent Lambert Vendredi, 7 décembre 2018
Nouvelle expérience immersive pour le vélo
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous