Automobiles Val Estrie dec 2019
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
Automobiles Val Estrie nov 2019
AUTOMOBILES / Actualité automobile
Auto123.com Par Auto123.com

Lundi, 31 mars 2014

Audi et la légendaire Quattro


Par Mathieu St-Pierre

 Imprimer   Envoyer 

L'année 2013 fait maintenant partie de l'histoire et les souvenirs sont nombreux. En repensant à tous les hauts et les bas, les vols retardés et les dates de tombée non respectées, une expérience ressort nettement du lot, celle que je voudrais revivre encore et encore.

J'ai sillonné les Alpes autrichiennes et italiennes au volant d'une Audi UR Quattro 1991 de couleur Rouge Mars.

Au cours de ma carrière, j'ai eu le privilège de conduire des voitures exceptionnelles, dont une paire de Porsche 356, des Mercedes AMG des années 1990 et une décapotable Cadillac DeVille 1967. J'aime beaucoup les vieux modèles américains et japonais, mais je dois avouer mon fort penchant pour ceux qui viennent d'Allemagne. 

Berceau des RS

L'événement organisé par Audi a débuté à Innsbruck, en Autriche, où j'ai pu essayer quelques-unes des voitures les plus convoitées de la marque, soit les RS Q3, RS 5, RS 6 (mon trésor!) et RS 7. La cerise sur le gâteau, évidemment, a été la légendaire Audi Quattro.

Considérant le petit nombre d'exemplaires disponibles et la horde de journalistes impatients de s'assoir dans la Quattro, je remercie le ciel et mon ami Cort d'Audi Canada pour avoir permis à 3 compatriotes et moi de vivre notre rêve.

La vieille école est la bonne école

En recevant la clé, j'ai tout de suite eu l'impression de refaire connaissance avec un vieux pote, car ma très chère Volkswagen Jetta GTX 1992 partage plusieurs pièces et technologies avec la Quattro, à commencer par les poignées de portes.

Une fois à bord, mon cœur a fondu, mon sourire s'est fendu et mes mains sont devenues moites. J'ai humé l'odeur et, en fermant les yeux, je me croyais dans ma Jetta. Impossible de vous expliquer ce que je ressentais dans des termes plus clairs - désolé.

Pour tout vous dire, j'avais déjà conduit 2 Audi UR Quattro au Canada avant celle-ci, mais leur état laissait à désirer. L'idée de traverser les Alpes au volant d'une Quattro entretenue à l'usine m'a rendu béat et confiant à un niveau que je n'ai jamais connu auparavant avec une voiture d'un certain âge.

Le réveil des 5

J'ai à peine eu le temps d'en prendre conscience, car dès que le moteur turbocompressé à 5 cylindres en ligne de 2,2 L s'est réveillé, je me suis laissé envoûter par ce qui m'entourait. Juste à écrire ces lignes, j'en ai des frissons. De la vraie magie!

Glisser le levier de vitesses en première et relâcher la pédale d'embrayage n'était pas plus difficile qu'avec ma Jetta malgré les composantes mécaniques plus costaudes. J'ai parcouru les premiers mètres à une vitesse raisonnable, étant surveillé de près par plusieurs représentants d'Audi. Aussitôt sorti du stationnement, j'ai appuyé à fond.

Bien sûr, il ne faut pas s'attendre à des départs canon dignes de la R8. L'Audi Quattro 1991 pèse 1 380 kilos (3 036 livres) et ses 220 chevaux la propulsent exactement comme ce que j'avais en tête. Loin d'être aussi rapide qu'une RS 7 (l'écart de plus de 20 ans est spectaculaire), elle propose une conduite pour le moins divertissante, mais pas autant que le grondement très distinctif du moteur à 5 cylindres exprimé par les 2 embouts d'échappement.

Je me suis aussi régalé du sifflement du turbocompresseur, bien que très étouffé. Comme de la musique à mes oreilles, je ne m'en suis jamais lassé, sachant bien qu'il annonçait la livraison d'une puissance soutenue. Le décalage entre les pressions sur l'accélérateur et les réactions du turbo n'était pas aussi prononcé qu'on l'imagine, ce qui a rehaussé ma confiance et ma joie au volant.

Préparée pour les rallyes

Pendant que le moteur augmente sa cadence dans les 2 premiers rapports, le devant de l'Audi Quattro se soulève en raison du transfert de poids rapide vers l'arrière. Toutefois, n'allez pas dire que la voiture est trop molle; je vous rappelle qu'elle a été conçue en partie pour affronter des routes cahoteuses dans les épreuves de rallye, où le mot d'ordre est « débattement ».

Malgré le roulis de caisse, la Quattro ne perdait jamais contact avec le sol, à moins de provoquer un survirage majeur. Elle préfère nettement une conduite équilibrée, sinon un sous-virage.

Quatre roues qui travaillent

Le système de transmission intégrale quattro de l'Audi Quattro s'est montré à la hauteur de ses standards légendaires. Plusieurs des cols montagneux étaient détrempés (certains même enneigés), mais les pneus Dunlop SP Sport 9000 ont toujours bien travaillé pendant que le système variait le couple entre les essieux.

En aucun temps les freins n'ont été remis en question. Bien que petits si on les compare à ceux d'aujourd'hui, ils ne se sont jamais essoufflés complètement, du moins pas quand je conduisais. Tout ce qui monte doit redescendre et, après avoir gravi les Alpes jusqu'au-delà des nuages, l'Audi Quattro s'est mise à produire de la fumée par ses freins au milieu de notre descente.

Carrée comme je les aime!

Pour ce qui est du design de la Quattro, je dois dire : wow! L'habitacle : parfait. Le paysage : joli. Sans blague, élargissez les ailes d'une voiture et vous aurez immanquablement mon attention. Ce n'est pas surprenant que j'aie décidé de poser des ailes avant de berline WRX sur ma WRX à 5 portes...

La silhouette et les proportions de la voiture correspondent magnifiquement à l'époque. J'adore surtout les jantes de 15 pouces - trop hot! Par contre, je me passerais bien du toit ouvrant.

Audi et la tradition

Les constructeurs automobiles qui nous permettent d'essayer des modèles classiques ne cessent de m'épater. Ils sont fiers de leur histoire et nous font vivre des expériences extraordinaires.

Passer une demi-journée avec l'Audi Quattro, c'est comme rencontrer une idole d'enfance, une personne qui a influencé et donné espoir au monde. La Quattro fait partie de mes idoles depuis un peu plus de 30 ans.

Photo ; Mathieu St-Pierre


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
L'éducation juridique pour les jeunes

L'éducation juridique pour les jeunes
Quoi faire ce week-end

Quoi faire ce week-end
NOS RECOMMANDATIONS
ÉMERGENCE, Boutique pop-up: un nouveau concept avant-gardiste

ÉMERGENCE, Boutique pop-up: un nouveau concept avant-gardiste
Renaissance aux Promenades King

Renaissance aux Promenades King
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Alain-François concours
barduchatnoir.com/evenements 4 DEC 2019
 
Me Laurence Ferland
Jeudi, 12 décembre 2019
Les règles encadrant les cartes-cadeaux

Daniel Nadeau
Mercredi, 11 décembre 2019
Haïr les femmes et les tuer…

Jérôme Blais
Mardi, 10 décembre 2019
Conseil golf: les clés de l'élan

François Fouquet
Lundi, 9 décembre 2019
Parcours d’un week-end

Fondation québécoise du cancer - Estrie
Samedi, 7 décembre 2019
Les séjours à l’hôtellerie de l’Estrie de La FQC

Reconquérir le Québec Par Daniel Nadeau Mercredi, 4 décembre 2019
Reconquérir le Québec
Renaissance aux Promenades King Mercredi, 4 décembre 2019
Renaissance aux Promenades King
Perquisitions de drogues Jeudi, 5 décembre 2019
Perquisitions de drogues
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous