magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  La rue Meadow rouverte à la circulation
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
HABITATION / Construction Estrie
APCHQ Estrie Par APCHQ Estrie

Vendredi, 3 avril 2015

Responsable à vie pour la bonne exécution de vos travaux? On fait le point



 Imprimer   Envoyer 

Par Dominique Bougie

Il y a quelques semaines, un entrepreneur en construction nous appelle et nous demande : « Est-ce que c'est vrai que je suis responsable à vie pour les travaux que j'ai exécutés? ».

Cette question, pourtant si simple, mérite d'être répondue franchement afin de clarifier une fois pour toutes à quoi doit s'en tenir l'entrepreneur en construction au niveau de sa responsabilité contractuelle.

Bien que le Code civil du Québec prévoit des garanties spécifiques à l'entreprise de construction, il faut se rappeler que les règles de base en matière de droit des contrats continuent de s'appliquer. Ainsi, la responsabilité contractuelle générale oblige l'entrepreneur à respecter les termes du contrat qu'il a conclu avec le client en vertu de son obligation de résultat.

Dans l'optique où le client découvre que les travaux n'ont pas été exécutés correctement ou conformément au contrat, il dispose d'un délai de trois ans pour s'adresser aux tribunaux. À défaut de respecter ce délai, le recours sera prescrit.

Et maintenant une illustration!

Pour célébrer leur retraite, André et Diane font l'acquisition d'un magnifique chalet rustique dans les Laurentides construit en 1975. Le solage de béton des murs de fondation devait être conforme aux règles de l'art en vigueur à l'époque de la construction, soit des normes qui imposaient notamment une résistance à la compression de 20 MPa.

Cependant, au mois d'octobre 2015, André s'aperçoit que le béton s'effrite au passage d'un instrument contondant. Après vérification par un expert qui effectue un essai de compression, André et Diane apprennent que la résistance n'est non pas de 20 MPa comme le commandaient les normes en vigueur en 1975, mais plutôt de 5 MPa.

Compte tenu du défaut dans l'exécution du contrat, l'entrepreneur qui s'est chargé de la construction du chalet pourrait être tenu responsable des dommages si André et Diane sont suffisamment diligents pour entreprendre leur recours dans les trois ans qui suivent la découverte du défaut d'exécution, soit jusqu'en octobre 2018.

 


Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Une soirée réussie pour les Défenseurs Leucan

Une soirée réussie pour les Défenseurs Leucan
Le Centre récréatif de Coaticook se refait une beauté

Le Centre récréatif de Coaticook se refait une beauté
NOS RECOMMANDATIONS
Fermeture de rues pour le Jour du Souvenir

Fermeture de rues pour le Jour du Souvenir
La fin d’une carrière exceptionnelle pour René Provencher

La fin d’une carrière exceptionnelle pour René Provencher
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Remise Gagnon Multi Concept mars 2019
 
François Fouquet
Lundi, 11 novembre 2019
Une bière quand tout brasse autour

Claude Hébert
Jeudi, 7 novembre 2019
Le bon conseiller!

Daniel Nadeau
Mercredi, 6 novembre 2019
Il fait beau chez vous?

Reconnaître l'action des proches aidants Dimanche, 3 novembre 2019
Reconnaître l'action des proches aidants
Le cabinet fantôme du Bloc Québécois dévoilé Mercredi, 6 novembre 2019
Le cabinet fantôme du Bloc Québécois dévoilé
Fermeture de rues pour le Jour du Souvenir Vendredi, 8 novembre 2019
Fermeture de rues pour le Jour du Souvenir
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous