Accueil  |  Partenaires  |  Contactez-nous  |  Ajouter favoris  |  Télécharger notre Kit Média Suivez-nous sur      
 
-4°C
détails
Diffuser votre offre d’emploi
www.netrevolution.com

ESTRIEPLUS.COM  |  SHERBROOKE  |  COATICOOK  |  LE GRANIT  |  LES SOURCES  |  MEMPHRÉMAGOG  |  VAL-SAINT-FRANCOIS  |  JOURNAL HAUT-SAINT-FRANÇOIS
Actualités
Estrie
Élections provinciales 2014
Sports
Arts et spectacles
Affaires
Estrie en photos
Cahiers
Automobiles
Santé-Mieux-Être
Cinéma / DVD
Construction
Entreprises d'ici
Immobilier
Chroniques
Deux mots à vous dire
Activités physiques
Jardin et fleurs
Passer le flambeau
L'Agora
Immobilière
Info-Pratique
Méteo
Médias sociaux
Horaire cinéma
Horoscope
Loterie
Liens utiles
Journaux Locaux
Le Haut-Saint-François
L’écho de Compton
Le Papotin
Journal D'une Rive à l'autre
Clinique Vétérinaire de Sherbrooke
RÉPERTOIRE
CHRONIQUEURS
François Fouquet Par François Fouquet

Vendredi, 27 juillet 2012
De think big à être big : le pas qu’il ne fallait pas franchir

27 juillet 2012


 Imprimer   Envoyer 
Elvis Gratton passera à l'histoire avec cette phrase : Think big, s'tie. Falardeau venait de signer une des plus acerbes critiques du système américain.

J'ai bien ri en voyant ce film. J'ai surtout ri jaune, quelques années plus tard, quand j'ai réalisé qu'on était pas mal plus américains que je ne le pensais... 

Think big, c'était comme le prolongement de l'après-guerre aux États-Unis: tout était possible, il suffisait d'avoir de la volonté. Think big, c'était avoir son garage, un gros garage, une grosse maison, une voiture par habitant de la grosse maison, une clôture pour préserver l'intimité des gens qui hantent la grosse maison, bref, think big, c'était l'ode à l'appropriation du plus grand nombre de biens par une seule personne.

On a longtemps mesuré la réussite à la démesure des biens d'une personne.

On le fait encore, très souvent...

Le bien personnel avait remplacé le bien commun. La réussite personnelle se calculait en dollars. Et les gens qui travaillaient comme des fous avaient un mérite tout aussi fou.

Nous nous sommes roulés dans le caramel pendant des années. Il y avait un plat de bonbons au centre de la table et tout le monde revendiquait son droit à en abuser.

Ce que nous fîmes...

Aujourd'hui, on cultive du maïs pour en faire de l'éthanol. On préfère assurer la suffisance en carburant de nos bagnoles plutôt que la suffisance alimentaire de la population mondiale. On est prêts à se fracturer le sous-sol pour en extraire encore plus de carburant. Mais, jamais, on a pensé à réduire. Ou très peu.

On s'est donné bonne conscience en ne prenant plus de sacs de plastique à l'épicerie. On a fait notre bout, non? Mais les sacs de tissu restent dans la voiture quand on fait des courses ailleurs qu'à l'épicerie... Vous me trouverez sévère, mais je trouve qu'on souffre d'obésité de biens.

Du think big, on est passé à big tout court.

Plus gros que nature.

Plus gros que la nature.

Les enfants nés dans ces familles des années 1980 à 2000 ont vu leurs parents, très souvent séparés, courir comme des malades pour leur travail. Ils les ont vus changer de maison deux ou trois fois pour en avoir (enfin!) une assez grande. Ils ont vu le nombre de burnout exploser littéralement, aussi. Ils ont subi leurs sautes d'humeur et leurs angoisses.

Attendre avant d'obtenir quelque chose, ça n'existait plus. « À travailler comme on travaille, on peut ben se payer ça ! », se justifiaient les adultes... Et on s'est mis à mettre au chemin des télés conventionnelles qui fonctionnaient bien pour les remplacer par des écrans plats qui se paient en 36 paiements faciles.... Tout ça pour répondre à un besoin bien énoncé dans une publicité tout aussi bien ficelée.

On était devenus big. Un pas qu'il ne fallait pas franchir. Parce qu'autant d'abus créé nécessairement un débalancement dans la chaîne des ressources naturelles. Tôt ou tard, il faudra revenir sur nos pas. Plutôt tôt que tard, sinon, il sera peut-être trop tard...

Aujourd'hui, les jeunes de ces familles ne voient plus nécessairement les choses comme ça. Vous avez dit enfant-roi? Je vous en reparle le 30 juillet...

Clin d'œil de la semaine

On croit souvent que le bonheur est dans la consommation. On a aussi déjà cru que le Tang était du jus d'orange...



 Imprimer   Envoyer 

PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...   

Rest-o-Foyer
Sports Trans-Action inc.
Boucherie du Terroir
 
La Maison du Cinéma
Jeudi, 17 avril 2014
Festival cinéma du monde de Sherbrooke : première édition exceptionnelle

Daniel Nadeau
Mercredi, 16 avril 2014
Autopsie d’une défaite

Jardin Eden
Mercredi, 16 avril 2014
Jour de la Terre, développement durable!

Geneviève Gagné
Mercredi, 16 avril 2014
Un regain d'énergie grâce à Glow Cleanse

Myriam Keyzer
Mardi, 15 avril 2014
Vous vous êtes incarné sans permission aucune? Il n'appartient pas à ce monde d'arbitrer votre contribution!

François Fouquet
Lundi, 14 avril 2014
Je voulais vous dire, M. Couillard...

Auto123.com
Vendredi, 11 avril 2014
Nissan Pathfinder hybride 2014 : choisir la bonne voie

Groenland

Vieux Clocher de Magog

ÉCOLE NATIONALE DE L’HUMOUR

Tournée des finissants cuvée 2014

SAMEDI 19 AVRIL 2014


Théâtre Centennial

Orchestre symphonique des jeunes de Sherbrooke

Samedi 10 mai, 19 h 30
INSCRIPTION INFOLETTRE

Courriel:


  Copyright 2014 Estrieplus.com  | Notes Légales  | Sitemap |  logo xml  

Membre du groupe : dejavendu.com - avisdedeces.ca - 123matching.com - calendrierplus.com - concoursplus.com - clic2go.com - zipjobs.ca - radioactif.com