Granada_Virginie_fortin
Jacinthe Dubé
Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous    
 
En Estrie Concours Calendrier Annonces Classées
 
  CHRONIQUEURS / Deux mots à vous dire

Une place pour la naïveté?

 Imprimer   Envoyer 
François Fouquet Par François Fouquet
Lundi le 30 août 2021      

Ma chanson va changer le monde!

Ce n'est pas mon affirmation, c'est plutôt le titre d'une émission radio animée par Catherine Perrin sur Radio-Canada. Le sujet du jour : les chansons de paix et de fraternité. Grand sujet, quand même!

Quand on mélange l'art chanté et la paix et la fraternité, on se rend vite compte qu'un puissant agent liant est nécessaire pour que le gâteau lève : la naïveté.

Je vais plus loin et j'affirme : la naïveté est nécessaire dans nos vies. Point.

La naïveté n'est pas niaise et « débilisante ». Pas du tout.

En fait, elle a des vertus très vigoureuses. Elle permet de porter un œil plus idéal sur une situation alors que, sans naïveté, le regard se heurte constamment sur les obstacles autour.

Quand Lennon a composé : « All we are saying is give peace a chance! » (tout ce que nous disons, c'est : donnez sa chance à la paix!), il y avait nécessairement une grande part de naïveté.

Mais cette approche un peu naïve fait du bien. Elle peut même nous raccommoder avec le possible quand on croit qu'il nous a quittés définitivement.

La naïveté dans le regard qu'on a sur les situations nous permet aussi de constater les autrement incontournables : « non, ben, t'sais, ça peut pas parce que... » qui tuent toute vision dans l'œuf.

En plus, cette saine naïveté, quand elle est judicieusement soutenue par une mélodie simple et accrocheuse, crée une vague de chaleur intérieure qui donne de l'énergie, de l'espoir. Qui permet de chanter un air à l'unisson. De porter un message serein, tous ensemble. De croire, l'espoir d'un lumineux instant, que la paix est possible.

Thérapeutiquement parlant, je dirais que c'est aidant ! En tous les cas, je ne bouderai pas mon plaisir à ce niveau, certain!

Toute naïveté n'est pas saine pour autant!

À la maison, nous sommes assez adeptes de l'émission Zone Économie. L'autre soir, une assez longue entrevue entre deux personnes aux intérêts opposés m'a interpelé grandement. D'un côté, Daniel Boyer, de la FTQ et de l'autre, Karl Blackburn du Conseil du patronat.

Boyer défendait, entre autres, la notion de salaire minimum à 18 $. Blackburn, évidemment, était contre.

Jusque-là, rien de nouveau sous le soleil.

Sauf que.

M. Blackburn avait choisi d'arborer un mi-sourire un peu paternaliste, limite infantilisant. Du genre : « oui, oui, mon grand, je t'entends bien, mais, un jour, tu arriveras dans la réalité et tu comprendras ce qui se passe! »

Un mi-sourire qui ne l'a pas quitté de toute l'entrevue.

Mais ses arguments sont graves : le salaire minimum répond à des ratios établis. Et le Québec fournit des programmes sociaux pour pallier ce qui manque. « Lorsqu'on vient ajouter les différents programmes sociaux, les différents programmes pour soutenir les familles à faibles revenus, le revenu disponible pour ces ménages, le Québec se classe premier au Canada. Ce n'est pas vrai qu'on est les plus pauvres de la fédération canadienne », affirme-t-il.

Ce n'est pas sain de constater que quelqu'un qui gagne le salaire minimum et travaille 40 h/semaine a besoin de programmes sociaux pour boucler chaque fin de mois. Ce n'est pas sain non plus de constater avec un sourire calme que le modèle économique gère nos vies au point de défier ses propres fondements philosophiques.

Je suis troublé par cette entrevue.

Je veux bien être assez naïf pour croire que la paix et la fraternité se peuvent, même si...

Mais c'est de l'aveuglement volontaire de nier que le modèle économique basé sur la perpétuelle performance fonctionne bien de nos jours.

 

Clin d'œil de la semaine

« Je viens pour une aide sociale. »

« Parfait. Vous avez votre preuve de travail de 40 heures par semaine ? »

« Oui »

« Bon. Voici des coupons pour l'épicerie... »



Golf Longchamp_2022
Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...

Le revers de la main

Lundi le 9 mai 2022      
Le revers de la main
Images et émotions en vrac!

Lundi le 25 avril 2022      
Images et émotions en vrac!
L’élite. Ouin, l’élite…

Lundi le 2 mai 2022      
L’élite. Ouin, l’élite…
Jacinthe Dubé 9 mars 2022
NOS RECOMMANDATIONS
La Fête des Vendanges 2022, Pastilles et Papilles font la Fête!

Jeudi le 12 mai 2022      
La Fête des Vendanges 2022, Pastilles et Papilles font la Fête!
Un franc succès pour la 11e édition  du Souper gastronomique | Global Excel  au profit de la Fondation du CHUS

Mercredi le 11 mai 2022      
Un franc succès pour la 11e édition du Souper gastronomique | Global Excel au profit de la Fondation du CHUS
Joshua Roy porte le Phoenix en quart de finale

Jeudi le 12 mai 2022      
Joshua Roy porte le Phoenix en quart de finale
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Claude Carrier_Chasse Dindon
 
François Fouquet
Lundi, 16 mai 2022
Douloureuses nuances de gris

L'animatout, les mercredis
Mathieu Beaumont à l’animation de l’émission matinale Par ici l’info Par Daniel Campeau Vendredi, 13 mai 2022
Mathieu Beaumont à l’animation de l’émission matinale Par ici l’info
Quoi faire ce weekend? Par Catherine Blanchette Vendredi, 13 mai 2022
Quoi faire ce weekend?
L’ouverture d’un troisième magasin Au Vent du Nord contribue à la continuité de la mission sociale du Groupe Probex Par Daniel Campeau Vendredi, 13 mai 2022
L’ouverture d’un troisième magasin Au Vent du Nord contribue à la continuité de la mission sociale du Groupe Probex
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2022 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous