magasingeneral.com
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Mesures assouplies aux écocentres de Sherbrooke
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
HABITATION / Construction Estrie
APCHQ Estrie Par APCHQ Estrie

Vendredi, 3 mars 2017

Des glaçons sur le toit



 Imprimer   Envoyer 
Photo Courtoisie Marc-André St-Pierre, inspecteur en bâtiment

De jolis petits glaçons suspendus à l'extrémité du toit peuvent n'être que la pointe de l'iceberg. Voici des explications sur le problème des digues de glace sur les toits.

Le phénomène des digues de glace se manifeste souvent sur les coquettes maisons d'après-guerre aux toits percés de lucarnes. Les vieux bungalows et toutes les maisons ayant un comble habité ou un toit à plusieurs versants peuvent aussi en être victimes.

Souvent, les propriétaires ignorent qu'il s'agit d'un problème aux conséquences potentiellement coûteuses. Chaque hiver, de la glace s'accumule aux mêmes endroits sur le débord de toit, au bas des noues (l'intersection de deux pentes) ou sous une lucarne. On s'imagine que c'est normal, jusqu'au jour où de l'eau s'infiltre à l'intérieur.

Il y a une grande différence entre des glaçons de sept ou dix cm et des glaçons de 60 ou 90 cm. Quand on s'éloigne de la maison, on peut constater que ces derniers sont reliés à un barrage de glace sur le toit.Le soleil d'hiver peut faire fondre un peu la neige sur le toit, mais quand il y a formation de masses de glace, c'est la chaleur de la maison qui est responsable. Le toit est mal isolé.

Presque tous les toits de notre parc immobilier résidentiel sont isolés et ventilés selon les mêmes principes : dans le comble, un matériau isolant couvre toute la surface qui correspond au plafond du dernier étage. Sous cet isolant, un pare-vapeur empêche l'humidité contenue dans l'air chaud de migrer vers le comble.

Les toits en pente sont ventilés par des soffites, un matériau grillagé installé sous les débords de toit. L'air de l'extérieur y pénètre et circule jusqu'à un ventilateur de pignon. L'hiver, au-dessus de l'isolant, l'air dans les combles demeure froid.

Dans les maisons aux combles habités et aux toits dotés de lucarnes, ces principes d'isolation et de ventilation sont souvent mal appliqués. La chaleur de la maison vient réchauffer le pontage du toit, qui réchauffe à son tour la toiture de bardeaux s'asphalte. L'eau coule alors jusqu'au débord de toit, qui lui ne reçoit pas la chaleur de la maison.

L'eau gèle sur le débord de toit et la glace prend aussi dans la gouttière. Un barrage de glace se crée et lors d'un redoux, il retient de l'eau, qui peut s'introduire dans le toit. Dans de rares cas, l'infiltration d'eau se manifeste subitement sur le plafond et les murs de l'aire habitable. La plupart du temps, elle sera confinée aux combles. L'eau détériorera l'isolant et finira par faire pourrir les éléments en bois.

Le pontage du toit peut pourrir, s'affaiblir et fléchir sous le poids de la glace. Complètement gelé, le bardeau d'asphalte n'a pas la flexibilité qu'il aurait sous la chaleur de l'été. Il devient aussi fragile que de la vitre et il craque et se fend.La glace contribue aussi à détacher le granulat dont sont recouverts les bardeaux. Résultat : la toiture n'est plus étanche, peu importe la saison!

L'installation de câbles chauffants sur le débord de toit peut éliminer l'accumulation de glace. Cependant, l'eau pourra quand même finir sa course en gelant sur la gouttière et les problèmes d'isolation du toit demeureront.

Il est préférable de corriger le problème à la source, en révisant l'étanchéité du pare-vapeur, la quantité d'isolant et l'efficacité de la ventilation. On consulte un couvreur ou un expert en enveloppe de bâtiment. Sinon, toute une série de conséquences perdurera : coûts de chauffage élevés, condensation et pourriture sur les éléments en bois et affaiblissement de la structure. 


Hyundai Sherbrooke avril20
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Réflexion sommaire sur les conséquences politiques de la COVID-19

Réflexion sommaire sur les conséquences politiques de la COVID-19
L'ABC de l'hydratation à l'effort

L'ABC de l'hydratation à l'effort
Hyundai Sherbrooke avril20 ventes
NOS RECOMMANDATIONS
Je suis Montréal

Je suis Montréal
L’importance de l’auxiliaire

L’importance de l’auxiliaire
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Bain Magique après covid mai 2020
 
Pierre-Olivier Pinard
Vendredi, 22 mai 2020
L'ABC de l'hydratation à l'effort

Daniel Nadeau
Mercredi, 20 mai 2020
Je suis Montréal

Jérôme Blais
Mercredi, 20 mai 2020
La position d’adresse pour les coups d’approche

François Fouquet
Mardi, 19 mai 2020
L’importance de l’auxiliaire

JD Mars 2020
Réduction des GES: Le Canada respectera-t-il ses engagements? Partie 1 Par Yves Nantel Mardi, 19 mai 2020
Réduction des GES: Le Canada respectera-t-il ses engagements? Partie 1
Je suis Montréal Par Daniel Nadeau Mercredi, 20 mai 2020
Je suis Montréal
La pandémie: une occasion de réformer notre système économique? Par Daniel Campeau Mercredi, 20 mai 2020
La pandémie: une occasion de réformer notre système économique?
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous