Sherbrooke Auto Occasion
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
12°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
ACHETEZ EstriePlus.com
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
El Tabernaco-Taco shop
ACTUALITÉS / Estrie
Cynthia Dubé Par Cynthia Dubé
cdube@estrieplus.com

Lundi, 12 février 2018

4 enseignants passionnés lancent la fondation Le Goéland



 Imprimer   Envoyer 
Les enseignants Karina Veilleux, Olivier Brisson, Mélissa Milani et Carina Beltrano sont à la tête du projet.

Karina Veilleux, Olivier Brisson, Mélissa Milani et Carina Beltrano, quatre enseignants de l'école Le Goéland, sont à la tête de la nouvelle fondation éducative Le Goéland. L'objectif? Encourager leurs élèves à poursuivre leur secondaire et venir en aide financièrement à ceux qui en ont besoin.

L'idée germait depuis un bon moment dans la tête de Karina, Olivier, Mélissa et Carina. Puis récemment, en ce 35e anniversaire du Goéland, ces quatre enseignants passionnés par leur métier ont décidé de se lancer et de créer la fondation Le Goéland. « On y pensait depuis plusieurs années, mais c'est vraiment grâce à Olivier si on est allé de l'avant avec le projet », précise Mélissa Milani, qui enseigne au Goéland depuis dix-huit ans.

« Au fil des années, on s'est rendu compte que beaucoup de jeunes de notre clientèle abandonnaient l'école principalement pour des raisons financières, poursuit Olivier Brisson, enseignant en mathématique. Les gens ne réalisent pas à quel point il y a beaucoup de pauvreté à Sherbrooke ».

Les besoins sont nombreux dans cette école où des jeunes de 16 à 21 ans y viennent pour terminer leurs études secondaires (environ 1 000 jeunes par année). Si certains d'entre eux n'ont qu'un ou deux cours à rattraper pour pouvoir s'inscrire au cégep, d'autres fréquentent le Goéland parce qu'ils avaient de la difficulté dans le réseau conventionnel, en raison de troubles de comportement ou d'apprentissage. Bon nombre d'entre eux proviennent aussi d'un milieu social difficile et n'ont pas d'aide de leurs parents.

« Ce n'est pas que des contraintes académiques; certains jeunes abandonnent l'école parce qu'ils n'ont pas le choix d'aller travailler pour survenir à leurs besoins, indique Karina Veilleux, enseignante en français. On veut tout faire pour diminuer le décrochage scolaire. »

L'argent de la fondation Le Goéland servira à aider les élèves en difficulté financières ainsi qu'à la réalisation de divers projets. Par exemple, la création d'une cuisine, un projet qui sera mené par Carina Beltrano.

« Nous avons beaucoup d'élèves qui s'alimentent mal. Certains ne mangent pas leur trois repas par jour. Nous avons déjà sur le terrain de l'école un jardin, mais avec la création d'une cuisine, les jeunes pourront apprendre à cuisiner et faire des plats. Mon but, c'est qu'on puisse offrir aux élèves au moins un repas par jour », explique Carina, enseignante en anglais et en design de l'environnement.

La Fondation offrira aussi du soutien aux élèves en cas de problèmes personnels (psychologue ou autre) et répondra à des besoins directement liés à la formation académique, que ce soit pour l'achat de livres, des bourses de réussite ou même des passes d'autobus.

« Je me souviens d'élèves Afghan qui venaient d'arriver au Québec et qui marchaient tous les jours de la semaine de leur résidence, située tout près du magasin Canac sur Galt Est, jusqu'au Goléand, situé sur la rue Ontario, raconte Carina. J'allais les porter en voiture parfois le soir après l'école. »

L'argent de la Fondation pourrait même servir à payer divers activités, tels que de petits voyages instructifs. « En tant qu'enseignante d'histoire, j'ai l'impression de pouvoir faire rêver un peu mes élèves, explique Mélissa. Par exemple, si je parle dans mes cours de la Ville de Québec, il serait intéressant pour eux de se rendre sur place, d'aller voir ce à quoi je fais référence. Je ne voudrais pas qu'une question d'argent les empêche de faire un séjour là-bas. Avec la fondation, on pourrait leur donner les 50 ou les 100 $ nécessaires pour passer la journée là-bas. »

Spectacle-bénéfice le 19 avril

Comme toute première activité pour la Fondation, le quatuor d'enseignants a choisi de présenter un spectacle d'humour, mettant en vedette François Maranda et Jean-Marie Corbeil, le 19 avril (19 h), au Théâtre Granada.

« Le spectacle est une façon de faire connaitre notre fondation, souligne Olivier. On veut aussi mobiliser les gens d'affaires et les entreprises pour nous aider dans notre démarche. En encourageant nos jeunes, c'est eux (les entreprises) qui en bénéficieront un jour! »

Pour en savoir plus et pour encourager la Fondation, vous pouvez contacter Olivier Brisson au brissono@csrs.qc.ca ou visiter la page Facebook @écoleLeGoéland.

Karina, Olivier, Mélissa et Carina lancent aussi l'invitation à tous ceux qui ont fréquenté Le Goéland au cours des 35 dernières années. « L'école Le Goéland vous a aidé à un certain moment de votre vie, c'est maintenant à votre tour de redonner au Goéland. »


Centre Sherbrooke Ma Rentrée Techno 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Fraudées par de faux agents de Revenu Canada

Fraudées par de faux agents de Revenu Canada
Les animaux pensionnaires déménagent dans quelques jours

Les animaux pensionnaires déménagent dans quelques jours
NOS RECOMMANDATIONS
Les bons et mauvais côtés du maternage

Les bons et mauvais côtés du maternage
Achalandage record pour le Festival des traditions du monde

Achalandage record pour le Festival des traditions du monde
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Domino's Pizza septembre 2018
 
Caroline Caouette
Jeudi, 16 août 2018
Les bons et mauvais côtés du maternage

Royal Lepage Jacinthe Dubé - 20 juillet 2018
Centre de développement athlétique Badmofo Methods
11 Sherbrookois parmi l’élite du pays Par Vincent Lambert Mardi, 14 août 2018
11 Sherbrookois parmi l’élite du pays
Refus global : la honte de l’oubli Par Daniel Nadeau Mercredi, 15 août 2018
Refus global : la honte de l’oubli
Tatoueurs itinérants: aucune loi concernant les ados Par Cynthia Dubé Mardi, 14 août 2018
Tatoueurs itinérants: aucune loi concernant les ados
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous