Radio-Canada - Par Ici l'info
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
 
10°C
détails
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
ACTUALITÉS
Estrie
Memphrémagog
Ça se passe en Estrie
Culture & Événements
Sports
L'actualité en photos
L'actualité en vidéos
El Tabernaco-Taco shop
ACTUALITÉS / Estrie
Vincent Lambert Par Vincent Lambert
vlambert@estrieplus.com

Mercredi, 14 mars 2018

Un projet qui permet la double diplomation



 Imprimer   Envoyer 
Le projet Concomitance Estrie permet aux jeunes de s’accrocher en suivant un parcours atypique pour obtenir simultanément une diplomation générale et professionnelle dans un métier qui les passionne.

Le passage au secondaire représente parfois une montagne insurmontable pour des élèves qui éprouvent des difficultés académiques. Il arrive même que certains pensent au décrochage. Le projet Concomitance Estrie permet aux jeunes de s'accrocher en suivant un parcours atypique pour obtenir simultanément une diplomation générale et professionnelle dans un métier qui les passionne.

Les quatre commissions scolaires de l'Estrie ont lancé ce matin le projet Concomitance Estrie pour permettre à des jeunes de la région de suivre l'une des 23 formations professionnelles tout en obtenant une formation générale de niveau secondaire. Pour les élèves qui éprouvent des difficultés à l'école, il s'agit d'une alternative intéressante pour bâtir un futur.

« J'ai eu la chance de participer à ce programme avec l'école secondaire de la Ruche, explique Laurent Lavoie, qui travaille comme soudeur-monteur depuis un an chez Ter-O Concept inc. J'étais considéré comme un élève à problèmes. Quand j'étais à la Ruche, j'ai dû faire un plan pour mon futur. Cela m'a permis de retrouver confiance en moi et de me dire que j'avais un avenir. Ça m'a poussé à terminer mon secondaire pour ensuite poursuivre mes études en soudage-montage. »

Le parcours académique n'a pas toujours été facile pour Laurent. Il n'a par contre jamais abandonné. C'est d'ailleurs cette possibilité de double diplomation dans un métier qui le passionne qui lui a redonné le goût d'aller à l'école. « Le matin, je n'avais aucune difficulté à me lever pour aller au DEP, souligne-t-il. Dans mon groupe, on apprenait tout en s'amusant. L'ambiance était spéciale. La concomitance, ce n'est pas seulement pour les élèves à problèmes. C'est aussi pour tout le monde. »

Pour le copropriétaire de l'entreprise Ter-O Concept inc., Gaétan Sénécal, qui a donné une chance à Laurent, avoir participé au projet de concomitance a été une expérience agréable. «On m'a offert les services de Laurent qui ne s'était pas trouvé une place encore après sa formation, explique-t-il. Il est venu me rencontrer le lendemain et le tout a cliqué. Son intégration a super bien été. Laurent est un très bon employé. Je vais continuer de faire affaire avec ce beau projet.»

Afin de permettre aux élèves de suivre cette formation, les commissions scolaires mettent à leur disposition du transport ou de l'aide au transport entre leur école secondaire et le centre où est proposée la formation qui les attire. Tous les jeunes de deuxième cycle du secondaire ayant réussi les unités de troisième secondaire en français, en anglais et en mathématique peuvent s'inscrire à ce projet.

Des parents qui sont bien fiers

Les parents de Laurent Lavoie ont été témoins du cheminement académique de leur fils au cours des dernières années. Ils ont traversé avec lui les moments plus difficiles jusqu'à ce qu'il reçoive sa double diplomation.

« Je félicite Laurent parce qu'en cours de chemin, il m'a fait vraiment peur, confie Guy Lavoie, le père du jeune homme. La marge n'était pas large entre la réussite et le décrochage. Le plan dans lequel il a embarqué, c'est ce qui l'a sauvé. C'est vraiment intéressant comme projet. C'est une belle réussite et je suis pas mal fier de lui. Je suis certain qu'il va avoir d'autres personnes qui vont passer par le même chemin. »

« Je félicite mon garçon, je suis très fière de lui, ajoute Nicole Dubois, la mère de Laurent. J'ai vu notre fils se réconcilier avec l'école et avoir le goût d'aller à ses cours chaque matin. C'était très encourageant. Je l'ai toujours poussé à aller à l'école et à suivre sa passion pour qu'il fasse un travail qu'il aime. Je vois aujourd'hui que ça a fait toute la différence. Il a grandi, il a pris une grande maturité et je suis très fière de lui. »

Ce projet de concomitance répondra aux besoins de main-d'œuvre qualifiée dans les entreprises locales. « Chaque jeune a sa place dans le réseau scolaire et nos commissions scolaires ont le souci de miser sur les forces des élèves et de leur offrir des choix qui leur permettent de se diplômer et de se qualifier pour le marché du travail, et ce, dans des secteurs très souvent en pénurie de main-d'œuvre », commente Yves Gilbert, président de la Commission scolaire des Hauts-Cantons, au nom des quatre commissions scolaires de l'Estrie.


Basta Communication sept 2018
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Cannabis: la lutte contre la contrebande sera intensifiée

Cannabis: la lutte contre la contrebande sera intensifiée
Un homme qui souffre de schizophrénie manque à l’appel

Un homme qui souffre de schizophrénie manque à l’appel
NOS RECOMMANDATIONS
Une augmentation de 25% de la clientèle

Une augmentation de 25% de la clientèle
Un Sherbrookois disparu depuis le 7 septembre

Un Sherbrookois disparu depuis le 7 septembre
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

A.R.Turgeon Portes - Fenêtres - Rénovations
Inscription Infolettre EstriePlus.com
Hyundai Sherbrooke
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 19 septembre 2018
Voter autrement pour gouverner autrement…

William Lafleur
Mercredi, 19 septembre 2018
Plus fort que le café

Priscilla Boutin
Mercredi, 19 septembre 2018
La tendance est aux couleurs!

François Fouquet
Lundi, 17 septembre 2018
Jacques Rougeau et les élections…

Jacinthe Dubé
Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Des œuvres à la rescousse d’étudiants Par Vincent Lambert Mardi, 11 septembre 2018
Des œuvres à la rescousse d’étudiants
La Legionella, «pas inhabituel de la retrouver» Par Vincent Lambert Vendredi, 14 septembre 2018
La Legionella, «pas inhabituel de la retrouver»
Apprendre à accepter la maladie mentale Par Vincent Lambert Mercredi, 12 septembre 2018
Apprendre à accepter la maladie mentale
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous