Centre Sherbrooke
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
  Voleur d'ordinateurs recherché par le SPS
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
CHRONIQUEURS /
Être LGBTQ+ en Estrie
Sarah Beaudoin Par Sarah Beaudoin

Dimanche, 21 juillet 2019

De Genève au Québec : L’inclusivité de mouvements féministes


Il serait intéressant de se questionner sur le potentiel d’inclusion des mouvements féministes actuels, sur les moyens par lesquels nous pouvons favoriser une plus grande inclusion, ainsi que de donner des exemples concrets de réussite à cet égard.

 Imprimer   Envoyer 
crédit photo: Médium.com

Dans les mouvements sociaux, tout particulièrement les mouvements féministes qui ont pour objectif de tendre vers une égalité des genres et se penche donc fréquemment sur la définition mouvante de genre. Il serait intéressant de se questionner sur le potentiel d'inclusion des mouvements féministes actuels, sur les moyens par lesquels nous pouvons favoriser une plus grande inclusion, ainsi que de donner des exemples concrets de réussite à cet égard.

Dans cette optique, j'ai rencontré le Collectif féministe de personnes en formation, particulièrement impliqué dans les actions féministes dans le cadre de la grève du 14 juin, à Genève, en Suisse. Bien que n'ayant pas à aller sur un autre continent pour trouver un exemple de réussite, je trouvais pertinent de montrer que les obstacles pour l'inclusion de personnes trans et non-binaires sont souvent similaires et que des projets inclusifs pourraient avoir des résultats similaires aussi, ici, au Québec.

J'ai donc rencontré Pauline et Hélène, deux étudiantes à l'Université de Genève ainsi que femmes engagées dans leur syndicat étudiant. Bien qu'encore très jeune comme Collectif (fondé en novembre dernier), elles ont déjà pu participer à plusieurs types d'actions dans le cadre de la grève et elles trouvaient pertinent d'inclure toutes les personnes de minorités de genres opprimées à travers leur diversité, adoptant ainsi l'écriture non genrée. Constat à la fois désolant et rassurant pour la féministe en moi, dans un pays comme la Suisse, être féministe et s'opposer aux nouvelles normes néolibérales prenant place dans certaines parties du mouvement est aussi mal reçu partout sur la planète. En fait, Hélène, qui a fait un échange de 3 mois à l'UQÀM a même trouvé avoir été mieux reçue à Montréal que dans son pays natal. Pour elles, lors de la fondation du Collectif, il était hautement pertinent d'inclure toutes les personnes de minorités de genres dans le mouvement pour à la fois les inclure, mais surtout enrichir les discussions et les prises de décision en prenant en compte toutes les réalités de toutes les personnes de minorité de genre.

C'est quoi l'écriture non genrée ?

L'écriture non genrée c'est, si vous voulez, une branche de l'écriture non sexiste. L'écriture non sexiste consiste à rédiger de façon à représenter équitablement tous les genres et à ne pas faire la promotion de sexisme au niveau du vocabulaire et des expressions utilisées. La partie non genrée signifie qu'au lieu de féminiser les textes (un exemple concret, c'est tous les articles que je rédige), on s'assure de rédiger de façon neutre en utilisant des termes épicènes (ex : élève, rebelle, etc.) et en ajoutant une lettre non genrée au lieu d'une lettre déterminant une connotation genrée (ex : «des rebelles aiméTs» au lieu de «des rebelles aimées»).

Plusieurs personnes s'identifiant comme non-binaire (ni homme ni femme, soit donc agenre ou entre les deux), ou même comme femmes trans, ont de la difficulté à être comprises et incluses dans les mouvements féministes. C'est une réalité ressentie autant dans le communautaire, que les mouvements citoyens et qui renvoie à plusieurs facteurs.

En effet, il est vrai que les coming out de personnes non-binaires sont encore très récents dans l'histoire et il peut bel et bien y avoir une certaine période d'adaptation pour des mouvements comme le féminisme qui repose sur des bases solidement établies et travaillées depuis presque une centaine d'années.

Pourquoi le féminisme devrait s'ouvrir aux réalités des personnes non-binaires et trans ?

C'est simple. Le féminisme est un regroupement de mouvements pour l'équité des genres, exercé pour et par les femmes. Déjà, plusieurs mouvements ont une perspective intersectionnelle qui fait en sorte que les enjeux propres aux identités de femmes sont considérés en prenant compte leurs différentes oppressions subies, ainsi que le fait que celles-ci s'inter-influencent. Cette perspective va à l'encontre de la conception statique et stable du concept de femmes qui devrait avoir des organes génitaux et des attributs sexuels « cohérents » avec le genre qui lui a été assignée à la naissance. Accepter, inclure et contribuer à la non-binarité des genres dans des mouvements féministes permet à l'objectif du féminisme de se transformer en fait, en lutte contre les subordinations, quelles qu'elles soient, pas sur des revendications basées sur des discussions entre femmes correspond à la même définition unique et statique de femme.

C'est correct de se sentir confronté.es ou d'être en désaccord, mais c'est définitivement une discussion que nous devons avoir en 2019, avec l'évolution des mentalités et l'augmentation des sexualités et identités de genres assumées.

 

 


Vieux Clocher de Magog 20 aout 2019
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
L’activité physique lors des traitements contre le cancer : oui, vous avez bien lu!

L’activité physique lors des traitements contre le cancer : oui, vous avez bien lu!
De la belle visite au Marché de Soir de Compton

De la belle visite au Marché de Soir de Compton
L'ÉcoloBoutique 31 juillet 2019
NOS RECOMMANDATIONS
La Société de Transport de Sherbrooke prépare une importante bonification du service d’autobus

La Société de Transport de Sherbrooke prépare une importante bonification du service d’autobus
Deux fraudeurs recherchés par le SPS

Deux fraudeurs recherchés par le SPS
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Badmofo Methods juin 2019
CONCOURS - Les Éditeurs Réunis - aout 2019
Festival de rue de Lennoxville 2019
 
Jérôme Blais
Mardi, 20 août 2019
Bien positionner sa balle de golf

François Fouquet
Lundi, 19 août 2019
À côté de la track

Fondation québécoise du cancer - Estrie
Vendredi, 16 août 2019
L’activité physique lors des traitements contre le cancer : oui, vous avez bien lu!

Alexandre Montreuil
Vendredi, 16 août 2019
Mariage à destination

William Lafleur
Mercredi, 14 août 2019
L’été s’achève, mais pas toi.

Daniel Nadeau
Mercredi, 14 août 2019
Jouer notre propre musique

Hyundai Sherbrooke mai 2019
Le Service de police de Sherbrooke demande l'aide du public pour retrouver un adolescent    disparu Mercredi, 14 août 2019
Le Service de police de Sherbrooke demande l'aide du public pour retrouver un adolescent disparu
La Société de Transport de Sherbrooke prépare une importante bonification du service d’autobus Par Anita Lessard Vendredi, 16 août 2019
La Société de Transport de Sherbrooke prépare une importante bonification du service d’autobus
Deux fraudeurs recherchés par le SPS Jeudi, 15 août 2019
Deux fraudeurs recherchés par le SPS
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous