Radio-Canada - Par Ici l'info
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Avis de décès Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier Annuaire
 
Memphrémagog - journal
SPORTS
Régionaux
Phoenix de Sherbrooke
Novus Vitres
SPORTS / Régionaux
Vincent Lambert Par Vincent Lambert
vlambert@estrieplus.com

Lundi, 10 septembre 2018

Les Castors immortalisés à jamais



 Imprimer   Envoyer 
Les Castors juniors de Sherbrooke 1975-1976 ont aligné dans leur formation plusieurs bons joueurs qui ont atteint les rangs professionnels (photo gracieuseté Panthéon des sports de Sherbrooke).

Le Panthéon des sports de Sherbrooke immortalisera à jamais l'édition 1975-1976 des Castors juniors le 19 septembre prochain. Pour bon nombre de joueurs, leur passage au sein de cette formation aura été rempli de succès et de souvenirs. 

Les Castors juniors de Sherbrooke 1975-1976 ont aligné dans leur formation plusieurs bons joueurs qui ont atteint les rangs professionnels. C'est le cas notamment de Peter Marsh, Daniel Chicoine, Jere Gillis, Fernand Leblanc, et la liste s'étire encore. Richard Sévigny est aussi un de ceux-là. Celui qui a protégé le filet des Canadiens de Montréal garde de bons souvenirs de son passage avec les Castors dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

« J'ai seulement joué avec les Castors, mais pour moi, c'était la place du junior majeur, explique le cerbère qui a évolué dans la Ligue nationale pendant près de sept saisons. On était gâtés, car les gens de Sherbrooke et ceux qui s'occupaient des Castors prenaient soin de leurs joueurs. On était comme des rois dans la ville. Le hockey junior était suivi et il y avait une ambiance spéciale qu'on ne retrouvait pas dans les autres arénas. »

Avec les Castors, Richard Sévigny a appris à devenir un gagnant. Et c'est d'ailleurs ce qui l'a suivi pour le reste de sa carrière professionnelle. « Quand tu joues pour une équipe junior, il faut que tu performes, peu importe où tu vas aller ensuite, indique l'homme de 61 ans. C'est quelque chose qui va te suivre. À Sherbrooke, j'ai été mieux traité que dans certaines équipes de la Ligue américaine et de la Ligue internationale. »

Bien qu'il ne puisse être présent lors de la cérémonie d'intronisation, Richard Sévigny accueille cette reconnaissance avec beaucoup de fierté. « Je trouve que c'est formidable, remarque celui qui a joué avec les Castors pendant trois saisons. Surtout pour les anciens joueurs et les gens qui ont été mêlés à l'organisation dans le temps. Pour les Castors, ce n'est pas juste l'année 1975-1976 qu'il faut célébrer, c'est toutes les belles années que l'organisation a connues. »

Les Castors en Finlande

Au printemps 1975, les Castors ont remporté la Coupe du Président dans la LHJMQ et ont ensuite participé à la Coupe Memorial. Devant le succès de son équipe, le directeur général de l'époque, Georges Guilbault, a proposé qu'elle représente le Canada en Finlande dans un événement qui est maintenant connu sous le nom du Championnat mondial junior de hockey.

« Ç'a été tout de même un grand défi puisqu'on représentait le Canada, rappelle M. Guilbault. Ça ne devait pas arriver de cette façon-là. Il ne devait pas y avoir d'équipe canadienne à ce tournoi. C'est ce qu'avait décidé l'Association de hockey amateur du Canada. À ce moment, on avait une équipe formidable avec notamment Peter Marsh, Fernand Leblanc, Jere Gillis et Daniel Chicoine. On avait un nombre de joueurs assez talentueux pour être capable de prendre le risque. J'ai donc décidé d'offrir notre équipe pour aller jouer dans le tournoi pour représenter le Canada au même titre qu'une équipe étoile. »

« J'ai refusé de prendre des joueurs d'autres équipes parce que je ne voulais pas pénaliser notre équipe qui était tout de même bonne, poursuit-il. Ç'a été accepté et c'est comme ça qu'on s'est rendu en finale pour gagner la médaille d'argent. Par contre, on est passé très proche de gagner l'or. »

L'expérience hockey

Lorsqu'il est entré en fonction comme directeur général des Castors juniors de Sherbrooke, Georges Guilbault a voulu apporter quelque chose de différent qu'on ne retrouvait pas ailleurs dans la ligue.

« Après que ma carrière professionnelle se soit terminée, je suis tombé à l'emploi de Sher-Wood comme représentant aux ventes, se souvient-il. J'avais eu l'expérience de voir comment les équipes d'expansion de la Ligue nationale travaillaient sur le côté marketing en engageant d'anciens joueurs comme Doug Harvey, Jacques Plante ou Phil Goyette. On a commencé avec des uniformes plus flamboyants, en inscrivant les noms dans le dos et en installant des tapis dans la chambre comme dans la LNH. »

Quand les Castors jouaient à domicile, c'était tout un happening qui entourait le match, se rappelle M. Guilbault. À l'entrée des villes comme Sherbrooke, Windsor, et Magog, de gros panneaux avec le logo de l'équipe invitaient les gens. « On avait de la musique et un orchestre pour divertir les partisans. On avait constamment du plaisir et notre équipe était solide. On avait même installé un énorme coq dans le haut du Palais des sports et chaque fois que l'équipe marquait, il faisait son manège. On voulait créer un sentiment d'appartenance. »

Aujourd'hui, M. Guilbault, qui est un fier partisan du Phoenix de Sherbrooke, déplore toutefois qu'il y a eu un manque dans la gestion des bannières de championnats des Castors suite aux rénovations de l'édifice. « Elles ont été remisées dans un petit coin et ce n'est même pas la couleur de l'équipe, admet-il. Ça n'a pas été fait de la bonne façon. Plusieurs joueurs ont été insultés. Quand ils viennent au Palais, ils se demandent où sont les bannières. Je n'en veux à personne et je ne vis pas dans le passé. Le Phoenix est une excellente organisation respectée. Je pense juste que cette façon de procéder n'a pas été la bonne. »

Le 19 septembre, M. Guilbault sera présent lors de l'intronisation des Castors juniors de 1975-1976, tout comme plusieurs autres anciens joueurs. « Ça nous fait un velours, c'est tout de même une étape prestigieuse d'être reconnu par la municipalité, remarque-t-il. Ça l'a une grande valeur émotionnelle pour les joueurs et pour moi aussi », conclut l'ancien architecte des Castors juniors de Sherbrooke.

 

Photos dans le texte: Archives LHJMQ


Sykes Sherbrooke ICT Canada Marketing
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Les Championnats canadiens vont bon train

Les Championnats canadiens vont bon train
Le Panthéon des sports intronise 10 nouveaux membres

Le Panthéon des sports intronise 10 nouveaux membres
NOS RECOMMANDATIONS
Quoi faire ce week-end

Quoi faire ce week-end
Citoyen de demain du Salésien

Citoyen de demain du Salésien
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Radio-Canada - Par Ici l'info
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 19 septembre 2018
Voter autrement pour gouverner autrement…

William Lafleur
Mercredi, 19 septembre 2018
Plus fort que le café

Priscilla Boutin
Mercredi, 19 septembre 2018
La tendance est aux couleurs!

François Fouquet
Lundi, 17 septembre 2018
Jacques Rougeau et les élections…

Centre de développement athlétique Badmofo Methods
Un homme qui souffre de schizophrénie manque à l’appel Par Cynthia Dubé Vendredi, 14 septembre 2018
Un homme qui souffre de schizophrénie manque à l’appel
RETROUVÉ SAIN ET SAUF. Il pourrait se trouver avec des adultes abusifs Par Vincent Lambert Mercredi, 12 septembre 2018
RETROUVÉ SAIN ET SAUF. Il pourrait se trouver avec des adultes abusifs
Une augmentation de 25% de la clientèle Par Cynthia Dubé Mardi, 11 septembre 2018
Une augmentation de 25% de la clientèle
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous