Théâtre_Granada_GrandRéveillon
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
  Bilan Covid du 1er décembre
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe en Estrie
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Santé et Beauté
Famille
Automobile
Avis publics
Découvertes
Blogue
DÉCOUVERTES / Découvertes
Isabelle Perron Par Isabelle Perron

Mardi, 7 novembre 2017

Dans les souliers d’Isabelle



 Imprimer   Envoyer 
Les animateurs Sébastien Bouchard et Isabelle Perron, de Rythme FM, en compagnie de Vincent Vallières.

La beauté d'un spectacle, c'est qu'il n'en existe pas deux semblables et que personne ne le ressent de la même façon. Des émotions fusent de toutes parts, se heurtent à d'autres, se multiplient, se refoulent, s'évacuent... Un riche moment d'échange où l'artiste fait valser ses invités à coeur ouvert, sans imposer de tempo. Ajoutons à ceci l'authenticité et la sincérité pure, ça donne un spectacle de Vincent Vallières. Notre Vincent Vallières.

Voici pourquoi j’ai pleuré au spectacle de Vincent Vallières !

Son premier album Trente arpents est sorti en 1999. Ç'a fait bientôt 20 ans... Déjà ! Pensez aux chemins que vous avez parcourus durant toutes ces années. Une première peine d'amour, de festives soirées dans les bars, un vibrant road trip improvisé à Boston, l'arrivée d'un petit nouveau dans la famille, un déménagement, une promotion... Les souvenirs que l'on a de ces rites de passage sont conservés par la musique.

C'est assise, seule avec mon bagage émotif, désarmée de mon téléphone intelligent, sur le bout de mon siège au fond de la salle du Vieux Clocher de Magog que je me suis mise à chanter en silence toutes les chansons livrées sans faille par Vincent Vallières. Je suis devenue une véritable machine à souvenirs. Des souvenirs latents qui ont repris vie cette soirée-là.

Un quart de piasse (album Le repère tranquille) :J'ai tellement pleuré cette chanson. Aujourd'hui, elle me fait du bien, elle me fait sourire. Imaginez cet amour de jeunesse impossible... J'étais follement amoureuse de ce guitariste prodige. On passait tout notre temps ensemble. On travaillait sur différents projets ensemble... mais j'étais trop absorbée pas ses yeux, la productivité n'était pas toujours au rendez-vous. Il m'a même composé une chanson à l'époque LE Rêve... Malgré notre complicité, notre union n'est demeurée qu'embryonnaire. La principale raison : la communication. Êtes-vous surpris ? Un gars et une fille qui ne communiquent pas de la même façon (rires).


Ok, on part (album Chacun dans son espace) : Cette chanson a fait partie de la trame sonore de plusieurs road trips. Il y en a un en particulier qui me vient en tête. Nous souhaitions conquérir le monde en toute liberté les cheveux dans le vent, le rêve. Nous nous sommes finalement arrêtées à Québec (rires). Pour nous, Nord-Côtières que nous étions, c'était le Disneyland des enfants d'aujourd'hui. L'incontournable du voyage : magasiner aux Galeries de la Capitale.


Entre partout et nulle part (album Le monde tourne fort) : J'ai obtenu mon premier « vrai » emploi en communication au Théâtre de Baie-Comeau durant la période estivale. Enfin, je décrochais les étoiles. Je me rappelle du mélange de fierté et d'insécurité qui m'habitait. Avec du recule, je réalise que je n'avais aucune idée de ce qu'était réellement le métier et ça me fait sourire. J'avais une belle naïveté. Mais je me rappelle que dès ma première semaine, on m'a remis un album du ROSEQ* où l'on y retrouvait des chansons de plusieurs artistes en spectacle dans l'Est du Québec cet été-là. La chanson de Vincent Vallières si retrouvait. Je l'ai écouté en boucle chaque matin pour me rendre au travail.

Lili (album Fabriqué l'Aube): Pour plusieurs, le quotidien du mois de novembre est plus difficile. C'est souvent durant cette période que les coeurs s'assombrissent. Je trouve qu'une chanson comme celle-là les réchauffe. Bien qu'elle semble bouleversante aux premières écoutes, elle ajoute un baume sur les plaies taillées par les épreuves et la solitude. Notre Lili intérieure trouvera du réconfort au sein de ce texte.

On va s'aimer encore : Ce puissant hymne à l'amour a marqué l'ensemble des Québécois. Cette chanson n'a plus besoin de présentation. Chaque fois que je l'entends, je repense aux différents mariages que j'ai animés et mon épiderme est parcouru de frissons.

Vincent Vallières est d'ailleurs en spectacle le 11 novembre au Vieux Clocher de Magog avec Le temps des vivants !

*Mention spéciale à ceux qui appréhendent les journées grises de novembre. Je vous prescrits des spectacles le plus souvent possible. C'est la meilleure thérapie qui soit. Sachez qu'avoir l'album d'un artiste, l'entendre régulièrement à la radio et manquer de temps ne sont pas des raisons valables pour vous empêcher d'y assister (rires).

 

21 jours sans se plaindre !

Il s'agit du défi le plus difficile que je me suis lancé ces dernières années... Arrêter de me plaindre. « Ouf, je suis tellement fatiguée ces temps-ci », « Il fait tellement frette », « Ça ce peut tu les jeunes d'aujourd'hui... », « Voyonssss un clignotant, c'est une option sur sa voiture ou quoi ? » Le tout ponctué d'adjectifs populaires tout droit sortis des plus grands rituels religieux (rires).

Je suis certaine que vous avez plusieurs images en tête. Ce type de phrases colore la plupart de nos discussions. C'est même devenu des sujets de prédilection pour favoriser les échanges. Lorsqu'on se questionne sur le sujet à prendre pour aborder quelqu'un ou encore ou pour trouver un sujet rassurant, nous pensons automatiquement à des sujets tels la météo, le pointage du Canadien ou la jupe trop courte d'une collègue de travail.

Avouez qu'un sourire se dessine sur votre visage présentement. Sachez que vous n'êtes pas seul. En moyenne, nous chialons 15 à 30 fois par jour. En MO-YEN-NE !! Certaines personnes chialeront 10 950 fois au cours de l'année. J'en conviens, les chiffres sont saisissants.

Heureusement, le best-seller 21 jours sans se plaindre de Will Bowen est un outil pour nous aider à remédier à la situation. Il semblerait que c'est le nombre de jours nécessaires pour se départir d'une mauvaise habitude. Le principe est simple. Il suffit de porter le bracelet mauve A Complaint Free World (fourni avec le livre) et de le changer de poignet chaque fois que l'on émet un commentaire négatif. Un petit geste banal qui nous aide à prendre conscience de notre comportement. Le défi n'est réussi que lorsque le bracelet est demeuré dans le même poignet durant... 21 jours. Pour vous aider à tenir le coup, le livre de Bowen sera votre meilleur allié.

Jusqu'à maintenant, 11 millions de bracelets ont été distribués partout à travers 106 pays afin de nous rendre plus heureux et épanouis.

ATTENTION: la patience est de mise. Il est particulièrement difficile de réussir ce défi du premier coup. En moyenne, nous mettons 4 à 10 mois avant d'y arriver. Comme quoi notre dépendance au chialage est assez puissante. Pour ma part, ça fait un mois que j'ai commencé et je n'ai toujours pas réussi. La persévérance est d'or ! :) Bonne chance.

 

*(Réseau des Organisateurs de Spectacles de l'Est du Québec ).

 

 


Devenez membre de notre facebook
  A LIRE AUSSI ...
Les Marchés de Noël abondent en Estrie

Les Marchés de Noël abondent en Estrie
Bilan Covid du 1er décembre

Bilan Covid du 1er décembre
Destination_Sherbrooke_etincelles_2
NOS RECOMMANDATIONS
Musique à bouches: préserver la musique traditionnelle dans la mémoire collective

Musique à bouches: préserver la musique traditionnelle dans la mémoire collective
Marcel Bolduc et Pierre-Hughes Boisvenu commentent la disparition de Coralie Lessard

Marcel Bolduc et Pierre-Hughes Boisvenu commentent la disparition de Coralie Lessard
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Inscription Infolettre EstriePlus.com
Destination_Sherbrooke_lumière
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 1 décembre 2021
La politique québécoise s’emmêle…

François Fouquet
Lundi, 29 novembre 2021
Recherche de sens et espace

Archives nationales du Québec à Sherbrooke
Jeudi, 25 novembre 2021
Notre histoire en archives – Les groupes yé-yé des années 1960

JD_NOVEMBRE_2021
Destination_Sherbrooke_etincelles_1
Musique à bouches: préserver la musique traditionnelle dans la mémoire collective Par Catherine Blanchette Jeudi, 25 novembre 2021
Musique à bouches: préserver la musique traditionnelle dans la mémoire collective
La vaccination est débutée chez les 5 à 11 ans. Par Daniel Campeau Vendredi, 26 novembre 2021
La vaccination est débutée chez les 5 à 11 ans.
Les lutins seront de retour au Centre-Ville de Sherbrooke! Par Catherine Blanchette Mercredi, 24 novembre 2021
Les lutins seront de retour au Centre-Ville de Sherbrooke!
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous
-
slimecut