Automobiles Val Estrie dec 2019
Netrevolution Forfaits internet & Téléphonie illimité

Accueil   Chroniqueurs   Partenaires   Contactez-nous          
Annonces Classées Maison à vendre Concours Magasin général Calendrier INFOLETTRE
 
ACTUALITÉS
Estrie
En bref
Ça se passe chez nous!
Affaires & juridique
Sports
Culture & Événements
Memphrémagog
Habitation
Automobile
Santé et Beauté
Famille
Découvertes
L'actualité en vidéos
L'actualité en photos
Blogue
Station Vacances 2019
CHRONIQUEURS / L'Agora
Daniel Nadeau Par Daniel Nadeau

Mercredi, 11 décembre 2013

Et les souris dansent…



 Imprimer   Envoyer 

Et les souris dansent...

Je ne vous parlerai pas du chat qui est parti pour justifier le titre de ma chronique d'aujourd'hui. Je veux plutôt vous parler de commerce électronique. Une étude récente du CEFRIO, Centre facilitant la recherche et l'innovation dans les organisations, à l'aide des technologies de l'information et de la communication (TIC), sonne l'alarme, car les trois quarts des dépenses faites en ligne échappent aux entreprises du Québec et se font au profit d'entreprises américaines déjà solidement implantés. Le commerce en ligne est bel et bien une réalité et il est de plus en plus une source de préoccupation pour nos commerces locaux et québécois.

Des chiffres éloquents...

Les Canadiens sont très actifs dans la révolution digitale. Statistiques Canada nous apprend que 83 % d'entre nous utilisent régulièrement la toile pour s'informer, se divertir ou encore pour acheter des biens et des services. Les gens contrairement à la croyance populaire ne font pas qu'aller sur un site Internet voir la météo ou pour socialiser sur Facebook.

En 2012, les Canadiens ont dépensé, selon Statistiques Canada, 18,9 milliards de dollars par Internet. Une hausse de 24 % par rapport à 2010. Cela donne une moyenne de 1 450 $ en monnaie canadienne pour chaque citoyenne ou citoyen de ce pays.

Les temps changent :

Autrefois, il n'y a pas si longtemps, le succès d'un commerce tenait pour beaucoup à son emplacement stratégique dans le village ou encore dans la bonne filière commerciale. On ne compte plus les centres-ville au Québec qui ont été dévastés comme au temps de guerre par la création et la construction des centres commerciaux en périphérie. Conjugué à l'étalement urbain c'est ce dernier phénomène qui a le plus fait mal aux centres-ville de la plupart des grandes villes du Québec. Aujourd'hui, le phénomène est tout autre et l'enjeu fort différent. On ne parle plus de déplacements d'activités commerciales du centre vers la périphérie, mais d'une véritable révolution commerciale caractérisée par une présence étrangère forte et par l'absence significative d'intérêts québécois dans ce nouveau jeu de la concurrence commerciale du 21e siècle.

Les consommateurs sont encore accessibles :

Comme le dit le proverbe chinois dans chaque crise, il y a une opportunité. Comme les mauvaises nouvelles ne sont jamais seules, on peut trouver des notes encourageantes dans la plus vaste étude jamais réalisée sur les habitudes de consommation électronique des Québécois par le CEFRIO. On y note aussi que 50 % des Québécois boudent le commerce électronique. Un québécois sur deux, ce qui est quand même énorme, n'a jamais fait d'achats en ligne. Celles et ceux qui ont fait des achats par Internet se sont dits insatisfaits dans une proportion de 36 % du produit qui ne répondait pas à la description ou encore qui était défectueux alors que 31 % des acheteurs se sont dits insatisfaits des délais de livraison qu'ils ont jugé trop longs. D'autres se sont dits peu satisfaits de la convivialité du site (8 %), du rapport qualité-prix (7 %) et du mauvais service après-vente (6 %). Un monde d'opportunités s'offre aux entreprises commerciales, mais l'erreur qu'il ne faut pas commettre c'est d'opposer le commerce de rue au commerce électronique. Le commerce en ligne est une tendance lourde et tôt ou tard il faudra que les commerçants québécois relèvent le défi s'ils ne veulent pas être mis de côté et s'ils désirent demeurer dans la course. Si l'on veut sa part de marché des achats des Québécois en matière de voyages, de produits électroniques, de musique, de films et jeux vidéo, de livres ou de spectacles, il faut assurer sa présence sur le web.

Des obstacles à surmonter :

Les entreprises du Québec tardent toujours à assurer une présence web de qualité sur la toile et les chiffres dévoilés par CEFRIO tendent à démontrer que les effets de ces choix stratégiques commencent à peser lourd sur l'avenir du secteur commercial au Québec. Une entreprise québécoise sur deux n'a pas de site Web et seulement une sur huit offre la possibilité à ses clients d'effectuer des transactions en ligne. Dans ces circonstances, il n'est guère étonnant que les chefs de file du commerce électronique soient des entreprises américaines comme Ebay, Expédia, Amazon. On note que des entreprises d'ici parviennent à faire leurs marques en matière de commerce électronique comme Air Canada, Voyages à rabais, Voyages Bergeron ou Air Transat. Il faut faire plus et mieux si l'on veut assurer l'avenir. Parmi les raisons que l'on peut évoquer pour expliquer la faible présence du Québec sur la toile commerciale du monde sont principalement la taxation des achats en ligne, le coût des frais de livraison et l'absence de stratégie web dans les plus petites entreprises du Québec. La situation est inquiétante. Elle s'explique peut-être par le vieillissement de l'entrepreneur moyen ou encore pire par le désintéressement des entrepreneurs pour le commerce électronique. Chose certaine, il faut bouger en matière de commerce électronique avant qu'il ne soit trop tard. Non seulement les entreprises québécoises y perdront beaucoup, mais en attendant le fisc de nos deux ordres de gouvernement enregistre des pertes fiscales importantes évaluées à plus de 700 millions de dollars par année.

Une lueur d'espoir :

Peut-il y avoir une lueur d'espoir pour le commerce québécois en ligne? La réponse est sans conteste oui. Il faut d'abord se donner une politique québécoise de commerce en ligne et soutenir nos entrepreneurs tant dans le domaine commercial que dans le secteur des technologies de l'information. Le monde des nouveaux médias offre de grandes possibilités à notre intelligence collective. Chose rassurante, ici en Estrie, nous avons de solides assises en matière de TICS et des exemples de réussite probants. Je pense au succès de Mesbobettes.ca de mes amis Philipe Vachon et David Côté-Hamel ou encore à cette nouvelle agence de jeunes Osez.co qui faisait la une de ce journal le 6 décembre dernier. Nous avons des ressources, du talent et de la vision pour faire face à ces nouveaux défis. En cette période d'achats de Noël, ayons une pensée pour l'achat local et pour ces hommes et ces femmes qui gagnent leurs vies à nous offrir d'excellents produits. Avant de faire danser notre souris sur un site d'une compagnie étrangère, pensons à acheter nos biens et nos services aux gens d'ici. Il faut néanmoins que nous nous mettions sérieusement à la tâche et que nous dotions nos commerces d'une solide stratégie web. Il ne faut jamais oublier que lorsque le chat est parti, les souris dansent...

Tweet de la semaine : « C'est en écrivant que l'on devient écrevisse » dans Bernard Pivot, Les tweets sont des chats, Paris, Albin Michel, 2013, p.49.

Pour commentaires ou suggestions : dnadeauestrieplus@gmail.com

 


Fondation Rock-Guertin 2019
Inscription Infolettre EstriePlus.com
  A LIRE AUSSI ...
Le Canada aujourd’hui

Le Canada aujourd’hui
Le temps du mépris et du sexisme éhonté

Le temps du mépris et du sexisme éhonté
NOS RECOMMANDATIONS
Reconquérir le Québec

Reconquérir le Québec
ÉMERGENCE, Boutique pop-up: un nouveau concept avant-gardiste

ÉMERGENCE, Boutique pop-up: un nouveau concept avant-gardiste
PLUS... | CONSULTEZ LA SECTION COMPLÈTE...

Badmofo Methods juin 2019
Nicolas Pellerin & Les Grands Hurleurs concours
Hyundai dec 2019
 
Daniel Nadeau
Mercredi, 11 décembre 2019
Haïr les femmes et les tuer…

Jérôme Blais
Mardi, 10 décembre 2019
Conseil golf: les clés de l'élan

François Fouquet
Lundi, 9 décembre 2019
Parcours d’un week-end

Fondation québécoise du cancer - Estrie
Samedi, 7 décembre 2019
Les séjours à l’hôtellerie de l’Estrie de La FQC

Jacinthe Dubé 10 dec 2019 2019
La féérie des Correspondances d'hiver Mardi, 3 décembre 2019
La féérie des Correspondances d'hiver
Magog adopte son budget pour 2020 Par Daniel Campeau Mardi, 3 décembre 2019
Magog adopte son budget pour 2020
Perquisitions de drogues Jeudi, 5 décembre 2019
Perquisitions de drogues
ACHETEZ EstriePlus.com
bannières | concours | répertoire web | publireportage | texte de référencement | site web | vidéos | chroniqueur vedette
2017 © EstriePlus.com, tous droits réservés | Contactez-nous